Société de la Guillotine

De wikimerdja
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Société de la Guillotine. Œuvre de bienfaisance éphémère.


[En cours de rédaction]


Attention.jpg

Avertissement
Les personnages et les situations de ce récit n'étant pas purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être fortuite.[1][2]
Certaines scènes ou propos peuvent heurter les plus sensibles.


Fin

Le 10 septembre 1925 après JC [3] marque la fin de la Société de la Guillotine. Ce jour-là, la justice nippone [4] condamne Daijiro Furuta [5], Tetsu Nakahama [6], Genjiro Muraki [7] et Kyutaro Wada [8] à de lourdes peines. Tuberculeux, Genjiro Muraki ne peut assister au procès et décède deux jours plus tard. Condamné à mort, Daijiro Furuta est pendu le 15 octobre. Après avoir fait appel de sa condamnation à vie, Tetsu Nakahama est finalement condamné à mort et exécuté le 15 avril 1926. Kyutaro Wada est condamné à la perpétuité et se pend dans sa cellule en février 1928. Ils sont accusés d'avoir tenté à deux reprises d'assassiner en septembre 1924 l'ancien lieutenant-général Fukuda Masataro. Kyutaro Wada tire au pistolet sur le militaire, mais le blesse seulement [9]. Il est arrêté peu de temps après. Daijiro Furuta et Tetsu Nakahama posent ensuite une bombe dans la résidence personnelle du militaire mais, absent, celui-ci échappe à l'explosion. Depuis la tentative d'assassinat du prince héritier Hirohito le 27 décembre 1923 par Daisuke Namba [10] les autorités nippones sont sur les nerfs. Les condamnations à mort de Daijiro Furuta et Tetsu Nakahama s'expliquent par leur participation à l'attaque d'une banque en octobre 1923 lors de laquelle un employé de banque est tué. Huit hominines [11] sont alors arrêtés. Depuis fin septembre 1923, les activités de la Société de la Guillotine, créée l'année précédente, s'accélèrent. Les braquages sont nécessaires pour financer les projets. Et ils sont ambitieux ! Se venger directement en tuant Fukuda Masataro, le responsable de la mort des deux anarchistes Sakae Osugi et Noe Ito. Il et elle sont tués le 16 septembre par la police militaire après leur arrestation.

Haïku pour rien

Le 1er septembre 1923, un mouvement de plaques tectoniques au large de l'archipel d'îles qu'est le Japon engendre un tremblement de terre. Le sud de l'île principale d'Honshu est le plus touché par le séisme, et les grands centres urbains de Shizuoka, Yokohama et Tokyo sont particulièrement impactés. Le bilan officiel fait état de presque 600000 maisons détruites, environ 2 millions d'hominines sans abri et plus de 100000 morts. Les dégâts sont considérables. L'accès à l'eau est rendu impossible et les feux se propagent. Des rumeurs aussi. Les hominines originaires de Corée, de Chine et des îles Ryukyu, dans le nord du Japon, sont la cible des multiples accusations : empoisonnement de l'eau, pillages, incendies et meurtres. Entretenues par l'armée, ces rumeurs sont le prétexte à des arrestations policières et à des lynchages par des milices nippones. Tout semble partir d'un groupe d'ouvriers coréens venu à la rescousse de plusieurs des leurs coincés sous les décombres, et qui furent pris pour des pilleurs. La foule se déchaîne, comme le raconte un témoin direct, le cinéaste Akira Kurosawa : "De mes propres yeux, j'ai vu une foule d'adultes aux visages tordus se précipiter comme une avalanche dans la confusion, criant : "Par ici !" "Non, par là !" Ils poursuivaient un homme barbu, pensant que quelqu'un avec autant de poils sur le visage ne pouvait pas être japonais..." [12] Pour différencier les allochtones des autochtones, celleux-ci leurs font dire des mots de la langue nippone, difficiles à prononcer sans accent, afin de les "démasquer" [13]. Entre 6000 et 9000 hominines meurent sous les coups. Environ 20 % de la population coréenne de Tokyo et entre 50 et 90 % de celle de Yokohama est tuée. Les corps sont parfois brûlés. La police nippone se saisit de l'opportunité d'une telle situation extraordinaire pour incriminer les milieux politiques contestataires. Les organisations ouvrières, les anarchistes et les autres révolutionnaires sont dans son viseur. Qu'illes soient du Japon, de Corée ou de Chine. Illes sont accusés de vouloir profiter du désordre pour renverser le pouvoir impérial. La répression s'abat sur le groupe anarchiste "Les Hors-la-loi" (不逞社, prononcer "futeisha"). Park Yeol — un hominine mâle d'origine coréenne — est arrêté le 2 septembre et Fumiko Kaneko — hominine femelle d'origine nippone — deux jours plus tard, suspectés avec d'autres hominines de vouloir organiser un attentat lors du mariage du prince héritier prévu pour janvier 1924. Un certain nombre parviennent à fuir rapidement hors du Japon. En réponse aux affrontements qui opposèrent des grévistes aux forces de police l'année précdente lors des grèves à l'aciérie Ojima [14], dès le 2 septembre, dix membres de l'union des travailleurs sont arrêtés et décapités, puis leurs corps jetés dans un fossé [15]. La police militaire s'en prend de nouveau aux anarchistes. Sakae Osugi, son jeune neveu de 6 ans et Ito Noe sont arrêtés le 16 septembre [16] par un escadron mené par le lieutenant Masahiko Amakasu [17]. Selon son propre témoignage, il les étrangle les uns après les autres [18]. Les corps sont jetés dans un puits qui est ensuite sommairement comblé. La presse française relaie rapidement les informations sur la catastrophe, les meurtres d'hominines originaires de Corée et de Chine et les assassinats d'Ito Noe, Sakae Osugi et son neveu [19]. Au Japon, les lynchages et les meurtres anti-coréens suscitent aussi des réactions indignées [20].

Synopsis

Depuis 1868 l'archipel nippon est entré dans une nouvelle ère, celle de l'Empire du Japon. La capitale est déplacée de Kyoto à Tokyo. La mise à l'écart de l'ancien système féodal des shoguns [21] par le nouvel empereur Mutsuhito se fait par de larges réformes administratives, politiques et militaires. Depuis le milieu du XVIIème siècle après JC, le pouvoir militaro-politique des shoguns s'acharne à maintenir les îles sous son contrôle à l'écart des influences extérieures [22]. Le territoire et les eaux maritimes sont interdites, sous peine de mort, aux hominines mâles et femelles non-nippons. Seuls quelques ports sont accessibles, avec une autorisation. Ces mesures visent plus particulièrement les pays d'Europe, et dans une moindre mesure les pays voisins de l'archipel nippon. Les adeptes des mythologies christiennes [23] qui tentent de prendre pied sur les îles pour convertir la population sont expulsés et les marchands et navigateurs européens sont cantonnés dans certaines activités et subissent de multiples restrictions. Pendant deux siècles, la mythologie nationaliste nippone se structure. La littérature, les arts, la musique, la gastronomie, l'histoire, la langue et les cultures populaires sont mis au service de cette pensée autocentrée. Ils sont les ingrédients de la macédoine nauséabonde du compost nationaliste. L'empire du Soleil Levant se prépare doucement à dominer ce qui l'entoure et à affronter l'extérieur. Ses principaux rivaux régionaux sont la Chine et la Russie et, à l'international, le Royaume-Uni britannique et la France. Pragmatique, Mutsuhito accepte d'ouvrir partiellement l'économie du pays aux marchands étrangers pour mieux en tirer profit. Il cherche à industrialiser le pays et à moderniser l'armement. Réformateur, il permet une certaine libéralisation qui favorise l'éclosion de la presse écrite, encourage l'éducation secondaire et supérieure, et développe l'étude des sciences. Les techniques et les idées circulent aussi. Il est maintenant possible pour les hominines du Japon de sortir du pays.

L'Empire nippon

Le discours nationaliste nippon va de pair avec une militarisation grandissante. Le royaume de l'archipel Ryukyu, au sud du Japon, est annexé en 1879. La guerre contre la Chine entre 1894 et 1895 se solde par l'annexion de l'île de Taïwan et des îles alentours par l'empire nippon. À l'issue de la guerre contre la Russie, en 1904 et 1905, le Japon obtient le sud de l'île Sakhaline et sur le continent la péninsule du Liaodong, dans le sud de la Mandchourie. La Corée est décrétée protectorat en 1905 par le Japon, puis province de l'empire en 1910. Le territoire de l'empire augmente de 77 % entre 1894 et 1910. L'occupation militaire des nouveaux territoires est violente, le discours nationaliste nippon dénigre toutes les autres cultures et traite durement les hominines. Le Japon administre mais veut aussi imposer ses modes de vie et sa culture qu'il juge supérieurs [24]. Les contestations anti-impérialistes sont réprimées. Idem sur le territoire même du Japon où les manifestations ouvrières, les syndicalistes, les groupes révolutionnaires ou les contestataires de l'ordre politique ont à souffrir de la répression. Beaucoup d'activités doivent être clandestines. Outre les hominines qui arrivent du Japon pour y travailler, la côte occidentale des États-Unis d'Amérique est un refuge pour les activistes et les dissidences nipponnes depuis la fin du XIXème siècle. Une lettre ouverte adressée à "Mutsuhito, empereur du Japon par des anarchistes-terroristes" en novembre 1907 et envoyée au consulat du Japon à San Francisco préconise "la mise en œuvre du principe de l'assassinat". La menace est claire : "Hé toi, misérable Mutsuhito. Ta vie touche presque à sa fin. Des bombes sont tout autour de toi, sur le point d'exploser. Ç'est un au revoir pour toi." En 1908, des dizaines d'anarchistes subissent les foudres de la répression nippone pour avoir exhibé publiquement des drapeaux rouges pour fêter la libération d'un des leurs. Deux ans plus tard, l’incident de haute-trahison défraie la chronique [25]. Après une perquisition, la police nippone découvre du matériel pouvant servir à la fabrication d'une bombe et 26 hominines sont mis en cause. Quatre sont des moines bouddhiens [23]. Lors de leur procès, tenu en janvier 1911, deux hominines sont condamnés à quelques années de prison pour détention d'explosif et 24 sont condamnés à mort. Douze voient leur peine commuée en détention à vie par décret impérial le 19 janvier et onze sont exécutés le 24 janvier [26]. Parmi eux, Shusui Kotoku. Sugako Kanno, la seule hominine femelle du groupe, est pendue le lendemain à la prison d'Ichigaya à Tokyo. L'avènement en 1912 du nouvel empereur Yoshihito accélère la libéralisation politique et l'ouverture économique. Métropole d'un empire régional, le Japon, et particulièrement ses grandes villes, est un lieu où les hominines des provinces viennent chercher du travail ou étudier. Un lieu où les hominines s'organisent dans les luttes anti-impérialistes de Corée et de Chine, où la contestation de la réalité nippone prend des formes artistiques, tout autant que sociales ou politiques. Originaires de Corée, de Chine ou du Japon, des hominines se croisent dans des projets politiques divers. Illes veulent bousculer l'empire nippon et libérer les provinces colonisées, obtenir des améliorations de leurs conditions de vie, renverser l'ordre politique et ébranler les certitudes impériales, ou tout simplement s'affranchir partiellement des contraintes sociales et culturelles.

La sagesse a honte de la vie, la vie a honte de la sagesse et c’est de sa part la sagesse même, la sagesse est vie, – mais pour finir ? : le fin mot du tout, – rien !...[27]

Fiche technique

Distribution des rôles

Par ordre de disparition Par rôle dans les disparitions

La horde de 1911

La horde de 1923

L'Empire

  • Les empereurs Mutsuhito et Yoshihito
  • L'armée et ses supplétifs
  • Les polices de toutes sortes
  • La justice et ses auxiliaires
  • Les milices
  • La foule

La figuration

  • Non créditée

Les exécutions

  • Rikisaku Furukawa [28]
  • Sugako Kanno
  • Shusui Kotoku
  • Uitta Matsuo [29]
  • Takichi Miyashita [30]
  • Unpei Morichika [31]
  • Heishiro Nariishi [32]
  • Uichiro Niimi [33]
  • Tadao Niimura [34]
  • Seinosuke Oishi [35]
  • Kenshi Okunomiya [36]
  • Nitta Toru
  • Gudo Uchiyama [37]

La prison

  • Kenmyo Takagi [38] (†1914)
  • Yasutaro Miura [39] (†1916)
  • Dogen Sasaki [40] (†1916)
  • Eiichiro Okamoto [41] (†1917)
  • Setsudo Mineo [42] (†1919)
  • Zenbei Niimura [43] (†1920)
  • Kanzaburo Nariishi [44]
  • Kuhei Takeda [45]
  • Ushiji Komatsu [46]
  • Toramatsu Okabayashi [47]
  • Yojiro Tobimatsu [48]
  • Seiichi Sakikubo [49]
  • Seima Sakamoto [50]

Les exécutions

  • Keishichi Hirasawa [51]
  • Yoshitora Kawai [52]
  • Koju Kato [53]
  • Kichizo Kitashima [54]
  • Kozo Kondo [55]
  • Uhachi Nakatsuji [56]
  • Ito Noe
  • Sakae Osugi
  • Kinji Sato [57]
  • Naoichi Suzuki [58]
  • Jitsuji Yamagishi [59]
  • Koji Yoshimura [60]
  • Daisuke Namba [10] (1924)

La prison

  • Daijiro Furuta [5] (†1925)
  • Genjiro Muraki [7](†1925)
  • Fumiko Kaneko (†1926)
  • Tetsu Nakahama [6] (†1926)
  • Kyutaro Wada [8] (†1928)
  • Masanosuke Watanabe [61]
  • Park Yeol

Scénario

Avec l'ouverture de l'archipel nippon au monde extérieur à la fin du XIXème siècle, il est plus perméable à ce qui se passe chez son plus proche voisin européen, la Russie. Leur frontière commune se situe, avec des fluctuations, dans les confins de l'extrême-orient russe et de la Mandchourie. Les soubresauts politiques et les contestations sociales qui secouent l'empire russe interpellent les hominines qui, au Japon, rêvent aussi d'une libéralisation de la société. Le tsar russe se veut aussi intouchable et imperturbable que l'empereur nippon. Leurs quelques réformes ne sont pas jugées suffisantes. La paysannerie est toujours sous le joug d'une aristocratie foncière ou guerrière, l'industrialisation et la modernisation font naître une classe ouvrière urbaine dont les conditions de travail et de vie sont misérables. La bureaucratie et les fonctionnaires sont omniprésents. L'assassinat en Russie du tsar Alexandre II en mars 1881 est une grande joie pour les hominines qui ont souffert de son régime, et pour celleux qui espèrent ainsi faire pression sur son successeur. Les spécialistes du tsarisme se demandent encore, au vu de sa grande connaissance de la langue russe, quels sont les mots que le tsar n'a pas compris dans la phrase simple : "On a faim !". Peut-être n'a-t-il pas mesuré l'intensité du point d'exclamation ? La bonne nouvelle arrive jusqu'au Japon. Parmi les composantes du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple [62], qui milite pour une libéralisation politique du Japon depuis les années 1870, elle est diversement appréciée. Le recours à la violence n'est pas une option partagée par l'ensemble de ces activistes. Regroupement d'individus et d'associations de tout le pays, ce mouvement n'est pas monolithique et en son sein les divergences sont parfois grandes sur les choix et les projets politiques. Impossible de retracer les premiers instants des associations, groupes et partis contestataires qui se montent à travers tout l'archipel nippon. Parmi les révolutionnaires, les principales tendances présentes en Russie le sont aussi au Japon. Le qualificatif de "socialiste" est alors employé indistinctement par les hominines qui s'y rattachent. La première organisation de travailleurs est fondée en 1882 par Kenshi Okunomiya [36]. Sous le nom de Parti des tireurs de pousse-pousse, sans être ni un parti, ni un véritable syndicat, elle s'organise pour protester contre l'apparition des premiers tramways. Le premier "parti socialiste" voit le jour en mai 1882 à Nagasaki sous le nom de Parti socialiste d’Extrême-Orient dont les conceptions sont "une combinaison de nihilisme russe et de doctrines taoïstes et bouddhistes du néant" [63]. Lors d'une conférence en janvier 1884 intitulée "Parti nihiliste d'Orient", il justifie l'utilisation de la violence contre les hominines des classes dirigeantes, en réponse à leur intransigeance face aux demandes de réformes sociales et politiques. Ce parti est rapidement interdit et son principal dirigeant envoyé en prison.

Voir tout dans rien et ne rien voir du tout sont les deux mamelles de la religion et du nihilisme.[64]

Les deux dernières décennies du XIXème siècle et la première du suivant sont des périodes de fortes contestations sociales. Les raisons sont multiples. La guerre avec la Chine puis la Russie est un facteur d'accélération de l'industrialisation et de la modernisation nécessaire à soutenir l'effort de guerre. " Au Japon, la majorité des ouvriers d’industrie était issue de la paysannerie ou bien des classes les plus basses de la société féodale, les parias (eta, burakumin [65]) ; les anciens artisans, quand ils ne réussirent pas à conserver leur métier, constituaient l’encadrement de ce prolétariat. Les quelques artisans passés dans les rangs de la classe ouvrière fournirent, eux, le gros des ouvriers qualifiés, principalement dans le travail des métaux. À ses débuts, l’organisation du capitalisme est relativement simple et les industries sont peu diversifiées. Dans le Japon du XIXème siècle, le tissu industriel est avant tout composé de l’industrie textile, des chantiers navals, des transports, des mines et, à partir de la fin de la guerre sino-japonaise, de la métallurgie et de la sidérurgie. Ce tissu industriel est en outre, hormis dans la région de Tokyo, géographiquement spécialisé : le textile dans la région d’Osaka, les mines de charbon, la sidérurgie et les chantiers navals dans le Kita Kyushu, les mines de charbon à Hokkaido par exemple." [66] Si la plupart des emplois sont tenus par des hominines d'origine nipponne et paysanne, arrivant en ville pour y trouver du travail, les mines sont essentiellement exploitées par les catégories les plus pauvres qui n'ont pas d'autres réels choix et des hominines arrivant de Corée. Les conditions de travail y sont terribles et les conséquences néfastes sur la santé et l'environnement sont immenses. La mine de cuivre d'Ashio, au nord de Tokyo, est un bon exemple de ces débuts de l'industrialisation à marche forcée. En 1885, l'inondation de la mine cause la pollution par des métaux lourds (arsenic, plomb, zinc, cadmium...) de la rivière locale, tuant toute la faune et la flore, affecte 28 villes et villages, et contraint à l'abandon de 1600 hectares de rizière et de terres cultivées.Les inondations de 1896 sont encore plus dévastatrices : 136 villages et 46000 hectares sont touchés par la pollution industrielle. Et de nouveau en 1898. La population paysanne se soulève mais n'obtient que quelques maigres indemnisations [67]. De leur côté, les mineurs luttent pour l'amélioration de leurs conditions de travail et de leurs salaires. La fin de la guerre entre le Japon et la Russie en 1905 provoque une dégradation supplémentaire de leur conditions d'exploitation salariale. Face au refus catégorique de négociations, le 4 février 1907 les mineurs entrent en grève. L'envoie de l'armée fait déborder la colère des grévistes. "Les ouvriers [...] rouent de coups de bâton l’un des directeurs des travaux, s’emparent des magasins, pillent les provisions, mettent le feu aux bureaux, détruisent les habitations des surveillants, chassent des mines la police." [68] Après quelques combats, l'armée reprend le dessus le 7 février. À la charnière des deux siècles, le territoire nippon est parcouru de soulèvements paysans [69] — avec lesquels s’entremêlent parfois les mouvements de révolte de l'ancienne caste guerrière des samouraïs, déchue socialement — et de grèves dans les régions plus urbaines [70]. La multiplication des grèves entre 1896 et 1898 incite les autorités nippones à interdire les syndicats en 1900 par une loi qui restreint les droits de réunion publique, de grève et d’organisation. Dès lors, tout ne peut se faire que dans la clandestinité. Malgré la pression policière croissante contre toute tentative de contestation organisée et la diabolisation des socialistes — anarchistes, marxistes et syndicalistes — les années 1906 et 1907 sont traversées de conflits sociaux. Selon le journal à grand tirage Mainichi Shinbun du 7 juin 1907, "les grèves entreprises en vue d’obtenir une augmentation des salaires deviennent des faits presque quotidiens. (...) Les membres du gouvernement comprennent-ils enfin que la vraie cause de ces soulèvements, ce ne sont pas les agitations socialistes ? (...) C’est la situation économique qui constitue le fond du problème." [68]

Porte ouverte sur le monde...

Le contexte politique nippon de cette époque est complexe. L'ouverture de l'archipel sur le monde extérieur se double d'un discours nationaliste très virulent, alimenté par les guerres avec la Chine et la Russie, et qui justifie l'expansion de l'empire dans la région. Des hominines veulent s'ouvrir à des cultures différentes et s'enrichir de nouveaux modes de pensée, alors que d'autres y voient un risque pour la tradition culturelle nippone. Faut-il nipponiser la modernité ou moderniser la nipponité ? Quel équilibre ? Faut-il soutenir la guerre ? Les débats divisent. Depuis la fin du XIXème siècle, nombre d'hominines du Japon ont fait l'expérience d'un ailleurs. Des études ou du travail en France ou aux États-Unis d'Amérique, par exemple. Le Japon découvre le monde, autant que le monde découvre ce pays. Des hominines apprennent des langues étrangères et s'intéressent aux idées qui circulent. Cela est facilité par la présence sur le sol de l'empire d'hominines originaires d'Europe ou d'Amérique du Nord. Et parfois par des voyages.

Empire insulaire depuis des siècles, le Japon devient empire régional. La colonisation est brutale. Les populations locales d'hominines sont malmenées. Le racisme vis-à-vis des populations non-nippones est une réalité vécu par des millions d'hominines. Le nationalisme nippon prend plusieurs formes et s'expriment dans tous les secteurs de la société. Bien sûr, cette idéologie nationaliste est portée par les autorités impériales, les partis politiques ouvertement nationalistes et des milices armées, mais pas seulement. Même les premières organisations syndicales n’échappent pas à la xénophobie contre des travailleurs coréens et chinois lorsqu'elles demandent, dans le cadre de l'amélioration de leurs conditions de travail, de ne plus partager des espaces de vie mixtes avec les "Autres", ou qu'elles les désignent comme les responsables de leurs difficultés [71]. Les organisations et les partis politiques libéraux aussi reproduisent en partie le discours nationaliste en justifiant parfois la nécessité des réformes pour rendre sa grandeur et son honneur au Japon, pour le préserver d'un effondrement, etc. Pour le dire en termes protivophiles, illes ont l’ambiguïté de celleux qui pourraient, de nos jours encore, défendre les bienfaits de la colonisation nippone au prétexte que l'invasion de l'île Sakhaline permit aux militaires russes d'inventer leur propre art martial, la systema, sur la base du judo [72] et du ju-jitsu [73] et à la France d'avoir une médaille d'or aux Championnats du monde de judo en 1993 grâce au grand judoka et philosophe David Douillet, qui se résume lui-même ainsi dans L'âme du conquérant, son autobiographie : "On dit que je suis misogyne. Mais tous les hommes le sont. Sauf les tapettes !"[74]. Pour qu'il puisse s'amender de ce coming-out vomitoire, LE grand maître de ju-tluidsu, Lapsuceur, a jugé bon de lui lancer un défi :

Sodo
Prise de Judo
Au lieu de finir solo
Suce ton pote
Mais no homo
Suce ton pote
Pour faire preuve d'amitié, suce ton pote
Vas y suce ton pote[75]

Mais évidemment, l'ensemble des hominines de l'empire du Japon ne partagent pas ces approches nationalistes, conservatrices ou réactionnaires. Pour illeux "C'est nippon, ni mauvais", selon la célèbre tirade de la triade comique Les Inconnus[76]. La question n'est pas là. Pour les plus critiques, il est nécessaire de s'attaquer à tout ce qui fonde les oppressions sociales et individuelles, que leurs origines soient nippones ou pas. Et parallèlement, illes alimentent leurs réflexions de philosophies et de contextes étrangers et puisent aussi dans l'histoire populaire nippone et les religions et philosophies d'Asie pour construire des critiques de l'existant. La situation en Russie depuis la "Révolution de 1905" est dans toutes les têtes. Les anarchistes et les socialistes-révolutionnaires [77] harcèlent le pouvoir tsariste. L'exemple est tentant pour nombre d'activistes. Comme pour l'anarchiste Mikhaïl Bakounine en 1861, le Japon est parfois un lieu de transit pour les hominines qui s'évadent des bagnes russes de Sibérie. Quelques socialistes-révolutionnaires font ainsi escale sur l'archipel en 1909 [78]. La pensée marxiste propose une lecture de l'histoire nippone sous le prisme de l'exploitation économique, l'anarchiste sous celui des rapports de pouvoir, et l'individualiste sous celui de la domestication sociale. Au début du XXème siècle, le prolétariat urbain n'est pas très développé au Japon où la grande majorité de la population est encore paysanne et rurale. Contrairement aux marxistes qui se focalisent sur le prolétariat, l'approche des socialistes-révolutionnaires russes est en cela plus adaptée pour analyser la situation [79]. Le syndicalisme est aussi un grand sujet d'intérêt. Et particulièrement les formes révolutionnaires qu'il prend en France et aux États-Unis d'Amérique.

Cette macédoine d'idées, de discussions, de confrontations et de projets agite moult hominines. Les autorités nippones estiment de plusieurs centaines à plusieurs milliers le nombre d'hominines qu'elles classent dans la catégorie floue des socialistes, sans qu'il soit possible de porter un quelconque crédit à ces chiffres. La plupart sont des anonymes dont l'histoire a perdu les traces. Seuls quelques noms perdurent dans les mémoires. Pour leurs écrits, pour leurs choix, pour leurs activités, pour leur mort tragique, etc. Illes ne sont pas des exemples mais des points d'accès à une réalité historique. Rien de plus. Un peu moins d'un siècle avant sa sortie officielle, illes font de la chanson Partis de rien de la Scred Connexion leur hymne pessimiste à l'optimisme. Ou l'inverse ?

Partis de rien, on arrive à ce qu'on vise
Et vu qu'on apprend rien qui nous aide
C'est souvent rien, ce qu'on vise
Ils disent souvent qu'on est des bons à rien
Et il suffit d'un rien pour qu'on y croie
Quoi que t'en dises ! [80]

Shusui Kotoku & Sugako Kanno

Denjiro Kotoku naît le 4 novembre 1871 dans l'île de Kochi, au sud de l'archipel nippon, dans une famille qui vit de la fabrication de sake, un alcool de riz. Il y fait ses études secondaires avant de partir à Tokyo pour continuer à étudier. Sans le sou, il trouve un emploi auprès d'un politicien originaire lui aussi de Kochi et favorable à des réformes. Contraint de quitter Tokyo pour Osaka après un bannissement de son employeur, Denjiro Kotoku y fait la connaissance de Chomin Nakae [81]. Surnommé le "Rousseau d'Orient", ce dernier est un des dirigeants du Mouvement pour la Liberté et le Droit des Peuples. Ce serait lui qui donne à Denjiro le nouveau prénom de Shusui, "flots d'automne". De retour à Tokyo avec Chomin Nakae, Shusui Kotoku apprend l'anglais et devient journaliste pour des publications libérales. Il se rapproche doucement du socialisme et publie son premier livre en avril 1901 sous le titre L’Impérialisme, le spectre du vingtième siècle [82] dans lequel il critique la politique militariste nippone et ses conséquences sur les populations. Il participe en mai à la création du Parti social-démocrate, le premier parti socialiste du Japon, qui est immédiatement interdit. Lecteur de Karl Marx et Friedrich Engels, il publie L'essence du socialisme en juillet 1903. En profond désaccord avec les positions de soutien de son journal à la militarisation croissante, il le quitte en octobre 1903 en compagnie de Toshihiko Sakai. En novembre, ils lancent la Société de la Plèbe (平民社, prononcer "heimin-sha") et le Journal de la Plèbe (平民新聞, prononcer "heimin shinbun") dont les orientations politiques sont clairement socialistes et pacifistes [83]. Son triptyque est "Liberté. Égalité. Fraternité." L'hebdomadaire est très surveillé par les autorités et les deux animateurs régulièrement condamnés à des amendes et des interdictions. Le journal est tiré à 4000 exemplaires. La publication en 1904 de la traduction du Manifeste communiste [84] sonne le glas de l'hebdomadaire. Les exemplaires sont saisis. Le dernier numéro paraît fin janvier 1905. Shusui Kotoku est condamné à cinq mois de prison et la Société de l'Homme du Peuple est dissoute par les autorités nippones. Lors de son incarcération, Shusui Kotoku peaufine ses réflexions sur les limites du légalisme face à un État autoritaire et reformule sa critique de l’État nippon. Il se passionne pour les écrits de Piotr Kropotkine et revoit ses positions sur l'utilité de l’État en tant que tel. Il se tourne vers l'anarchisme [85].

Évidences et blablabla

Prolétaire déshérité ! Tu n’es pas excusable de ne pas dire ta pensée sur toutes choses, quand moi, j’ai pu le faire ! Courage ! L’Homme de bonne volonté et de sens droit peut tout faire de rien ! De tout Homme qui se dit ton maître, pédagogue ou démagogue, approche-toi sans crainte, prolétaire ! Place ton épaule contre son épaule et tes yeux en face de ses yeux. Et tu verras s’il est beaucoup plus grand que toi, et s’il supporte longtemps le feu de ton regard ! [86]

En novembre 1905 il part pour les États-Unis d'Amérique. Pendant les 6 mois que dure son périple nord-américain, Shusui Kotoku rencontre des socialistes du Japon, en exil, ainsi que des représentants du Parti socialiste des États-Unis. Par l'intermédiaire d'anarchistes de ce pays, il fait connaissance avec le syndicalisme révolutionnaire de l'IWW [87] qui prône la grève générale et l'action directe. Avec une cinquantaine d'hominines originaires du Japon, il participe à la création du Parti Révolutionnaire Socialiste au début juin 1906, auquel adhère Sakutaro Iwasa. De retour au Japon, il publie Les grands courants du mouvement révolutionnaire dans le monde dans lequel il affirme que l'action directe et la grève générale sont les seuls moyens pour parvenir au socialisme véritable, l'anarchie. Le Parti socialiste japonais est divisé entre les parlementaristes et les adeptes de la violence politique. Avant que la question ne soit tranchée, le parti est interdit. Avec cinq autre hominines, Shusui Kotoku relance en janvier 1907 le Journal de la Plèbe mais en avril il est de nouveau interdit. Shusui Kotoku entretient une correspondance avec Piotr Kropotkine dont il traduit en japonais le livre La conquête du pain [88]. Et aussi La grève générale et la révolution sociale [89] d'Arnold Roller. Le tournant anarchiste de Shusui Kotoku est acté. Il parcourt tout le pays afin de faire connaître ses analyses politiques et ses critiques, et diffuser le Journal de la Plèbe. Depuis la création en 1903 de la Société de la Plèbe, et malgré son interdiction, un petit groupe d'hominines gravitent autour du journal, y écrivent parfois et aident à sa diffusion. Des cercles de discussion et de lecture sont organisés à travers tout l'archipel nippon. Shusui Kotoku rappelle en 1908 que "chez nous, où seulement l'emploi du mot Anarchie vous coûte une amende ou la prison, il nous est impossible d'avoir une organisation publique. Notre mouvement est toujours déguisé sous le nom de "Socialisme" pris dans le sens le plus large et conduit très secrètement, de façon à pouvoir se débarrasser de tous les mouchards." [90]

En 1907 et 1908, les critiques contre l'empereur se font de plus en plus violentes. La lettre de menace directe contre Mutsuhito, écrite en novembre 1907 aux États-Unis d'Amérique, parvient jusqu'au Japon et est diffusée clandestinement. Gudo Uchiyama [37] écrit et fait paraître Communisme anarchiste en mémoire d’un emprisonnement en 1908. Le propos est clair : "Pourquoi es-tu pauvre ? Je te dirai, si tu ne le savais pas, que c’est parce que l’empereur, riche et grand propriétaire terrien, est une vermine qui absorbe le sang du peuple." Il est condamné pour cela à deux ans de prison. Les autorités nippones n'apprécient guère cet activisme anarchiste qui insulte l'empereur et prône la violence contre sa personne. Le 22 juin 1908, au cri de "Vive l'anarchie" (無政府万歳, prononcer "museifu banzaï"), une petite foule accueille la libération de l'anarchiste Koken Yamaguchi [91] avec des drapeaux rouges. La police intervient et arrête dix hominines. Absent au moment des arrestations, Shusui Kotoku revient à Tokyo et contribue de l'été 1908 au début 1909 à la Maison de la Société de la Plèbe qui accueille les proches des emprisonnés. Les condamnations vont de un an de prison à deux ans et demi de travaux forcés. Venue visiter en prison Kanson Arahata avec qui elle est mariée, et qui est condamné à un an et demi, Sugako Kanno rencontre Shusui Kotoku à la Maison de la Société de la Plèbe.

Sugako Kanno est née en 1881 à Osaka. Violée à l'âge de 15 ans et cherchant à échapper à son géniteur et à sa belle-mère, elle se marie à 17 ans avec un hominine de Tokyo. L'histoire tourne mal et elle le quitte rapidement. De retour à Osaka, elle se rapproche des idées pacifistes et féministes, fréquente les milieux christiens [23]. Elle découvre le socialisme en lisant un texte sur les abus sexuels qui lui fait comprendre qu'elle n'a pas à culpabiliser du viol qu'elle a subi. En 1903 elle publie son premier roman Rupture, au ton antimilitariste. Sugako Kanno rencontre le socialiste Kanson Arahata [92] en 1906 et entame avec lui une relation amoureuse. Elle participe à la revue Femmes du Monde (世界婦人, prononcer "sekaï fujin") lancée en janvier 1907 par Hideko Fukuda [93]. Initialement "revue féminine", Femmes du Monde devient rapidement une "tribune féministe" pour décortiquer et critiquer le sexisme de la société nippone [94]. Sugako Kanno y écrit plusieurs articles. Dans l'un elle se rappelle tristement que "parmi les nombreuses choses ennuyeuses de ce monde, je pense que les hommes sont les plus ennuyeux." Les différentes tendances du socialisme imprègnent le contenu de la revue, tout autant que les questionnements sur l'utilisation de la violence politique qui les divisent. Pour certaines des participantes à Femmes du Monde, dont Sugako Kanno, "nos revendications de liberté et d’égalité avec les hommes ne seront pas gagnées si aucun sang n’est versé."

Le duo Shusui Kotoku & Sugako Kanno quitte Tokyo en juillet 1909 et se lance dans la publication de la revue Pensée Libertaire (自由思想, prononcer "jiyu shiso"). Les amendes tombent dès le premier numéro, l'interdiction dès le second. Ne pouvant payer la somme qu'il lui est demandé en tant que responsable de publication, Sugako Kanno est envoyée en mai 1910 en prison pour trois mois et demi.

Le 25 mai 1910, du matériel permettant la fabrication d'une bombe est trouvé lors d'une perquisition au domicile de Takichi Miyashita [30]. S'en suit une série de perquisitions et d'arrestations. Selon l'accusation le but de cette bombe est de tuer l'empereur, ainsi "la population japonaise aurait la preuve irréfutable que l’empereur, loin d’être un dieu vivant, n’était qu’un être humain comme les autres", selon des propos prêtés à Takichi Miyashita. Pour cela, il étudie la fabrication d'explosifs pendant 6 mois. Certains dans l'entourage de Shusui Kotoku sont mis dans la confidence mais refuse d'y participer, dont Shusui Kotoku, d'autres acceptent de se joindre à la tentative d'assassinat. Déjà emprisonnée pour les amendes de la Pensée Libertaire, Sugako Kanno est interrogée en prison. Shusui Kotoku fait parvenir à son avocat une lettre dans laquelle il affirme que tout ceci n'est qu'une machination politique. Selon le scénario judiciaire, Sugako Kanno devait donner le signal et Takichi Miyashita se charger de jeter la bombe. Pour son casting, la justice incrimine 26 hominines, complices d'une manière ou d'une autre car ayant eu un contact avec Shusui Kotoku depuis août 1908. Deux sont condamnés à quelques années de prison pour détention d'explosif et 24 à la peine de mort. Selon Sugako Kanno, "plus de la moitié d'entre eux étaient d'innocents témoins ayant été impliqués dans les actions de cinq ou six d'entre nous. Juste parce qu'ils nous fréquentaient ils sont maintenant sur le point d'être sacrifiés de cette monstrueuse manière. Simplement parce qu'ils sont anarchistes, ils sont sur le point d'être jetés de la falaise de leur mort."[95] Défiante vis-à-vis de cette institution judiciaire qui les condamnent sans réelles preuves tangibles, Sugako Kanno lance au tribunal : "Nous vous demandons pardon de vous avoir dérangés." Douze voient leur peine commuée en détention à vie par décret impérial le 19 janvier et onze sont exécutés le 24 janvier 1911. Dont Shusui Kotoku. Sugako Kanno, la seule hominine femelle du groupe, est exécutée le lendemain. Pendue. Peu avant sa mort, elle écrit Sur le chemin de l’échafaud [95], le journal intime de ses derniers jours. Le dernier texte de Shusui Kotoku est publié après sa mort. Intitulé Le Christ supprimé, il démonte la religion christienne qu'il qualifie de superstition et nie l'existence même de son prophète Jésus aka Christ. Il est toujours bon de le rappeler !

La mort est pareille à un nuage sur une lointaine et haute colline. Vu de loin, il ressemble à un grand spectre, mais lorsque l’on s’en approche, cela n’est plus rien du tout. Pour un matérialiste, cela signifie simplement que les aiguilles d’une horloge ont cessé de bouger.[96]

Entracte

Les journaux du monde entier relaient les informations sur ces exécutions [97], et particulièrement dans les milieux révolutionnaires. Certains reprennent la version officielle du complot contre l'empereur, d'autres défendent la thèse d'une machination politique. Des manifestations, des rassemblements et des protestations sont organisés pour dénoncer le sort fait à ces 26 hominines. La presse anarchiste est vent debout. De Mother Earth [98] aux États-Unis d'Amérique à Freedom [99] au Royaume-Uni britannique, en passant par Le Réveil [100]en Suisse ou Les Temps Nouveaux [101] en France. Mais tout ceci n'y change rien.

Ces exécutions impactent le mouvement anarchiste-socialiste pour quelques années. Les hominines qui ont échappé à la répression redoublent de prudence dans leurs activités politiques et se cachent, d'autres quittent le Japon et se réfugient à l'étranger, d'autres préfèrent renoncer. La traque aux "socialistes" est un sport policier. L'historiographie de l'anarchisme au Japon appelle cette période "Ère de l'Hiver". La joie lors de l'annonce de la mort — naturelle — de l'empereur Mutsuhito à la fin juillet 1912 ne suffit pas à réchauffer les cœurs.

Entract.jpg

Son fils et successeur Yoshihito continue la politique de modernisation de l'économie et de libéralisation de son père. Les partis politiques autorisés s'installent encore plus confortablement au parlement nippon. Le contexte international est changeant. Profitant du déclenchement de la Première guerre dite mondiale en 1914, le Japon déclare la guerre à l'empire allemand et son armée se lance à l'assaut de ses possessions en Asie et dans l'océan Pacifique [102]. L'empire nippon est à son aise. Il prend pied en Mongolie intérieure et en Mandchourie, au nord-est de la Chine. Celle-ci n'est pas en capacité de s'opposer à cette présence militaire nippone. La conjonction de la modernisation de l'industrie et du secteur marchand, de l'expansion territoriale, des besoins de la guerre et du commerce de produits manufacturés avec les puissances européennes est bénéfique pour l'économie nippone [103]. Entre 1914 et 1919, le nombre d'ouvriers, mâles et femelles, passe d'environ 950000 à plus de 1,6 millions. "D’après des statistiques officielles, alors qu’en 1914 il y avait eu 50 grèves, englobant 7 904 ouvriers, en 1918 il y en a eu 417, englobant 66 457 travailleurs." [68] L'augmentation des prix est souvent la cause de ce mécontentement. Les émeutes du riz de juillet à septembre 1918 en sont une démonstration [104]. Si les méthodes peuvent faire envie à des socialistes, ce n'est pas toujours le cas pour le discours de certains syndicats. Les restrictions légales sur les "socialistes" et la pression des partis et milices nationalistes ne facilitent pas l'émergence de structures syndicales portant un discours révolutionnaire.

À l'issue de la guerre en 1918, les nouvelles possessions sont confirmées par les accords internationaux signés entre les pays vainqueurs. Le Japon profite aussi de l'affaiblissement de la Russie depuis le renversement par les bolchevistes du tsar en 1917 pour tenter de s'installer dans l'Extrême-Orient russe. Il soutient l'effort de guerre des anti-bolchevistes jusqu'à l'écrasement de ces derniers. La prise de pouvoir des bolchevistes en Russie n'est pas sans créer de remous au sein de la mouvance révolutionnaire nippone. La réalité de leur autoritarisme et de leur acharnement à détruire tout ce qui ressemble de près ou de loin à des anarchistes, jusqu'à les assassiner, suscite des discussions et de sévères critiques. Il y a celleux qui y voient un danger, celleux qui doutent mais qui y voient une opportunité à saisir et celleux qui soutiennent, timidement ou pleinement. Les clivages se font plus forts parmi les socialistes. Les marxistes anti-autoritaires condamnent cette mainmise des bolchevistes sur le marxisme et celui-ci est regardé avec encore plus méfiance par les anarchistes. Le premier parti communiste au Japon est créé en 1922. Lors du congrès pour l’Union des militants anarchistes et communistes, en septembre 1922, les discussions autour de la liberté pour un syndicat de s'aligner ou non sur un parti politique divisent. La rupture avec les anarchistes est plus nette.

Sakae Osugi

Le 17 janvier 1885, Sakae Osugi naît dans la ville de Marugame, sur l'île de Shikoku dans le sud de l'archipel nippon. Il grandit au sein d'une adelphie de neuf enfants dont il est l'aîné. Comme son père, il tente de se lancer dans une carrière militaire et entre à l’École des cadets de l'Armée de terre. Mais il en est expulsé fin 1901 après une altercation avec l'un des autres cadets. L'année suivante, il s'installe à Tokyo pour y faire des études de littérature. En 1903, il s'inscrit à l’École des langues étrangères pour y suivre des cours de langue française et en sort avec un diplôme en juillet 1905. Pendant cette période il découvre les socialistes et les luttes sociales, et s'engage résolument contre la militarisation croissante qui mène le Japon à la guerre avec la Russie à partir du début 1904. Dès la fin 1903, Sakae Osugi se rend aux réunions hebdomadaires de la Société de la Plèbe à Tokyo et écrit son premier article dans le Journal de la Plèbe. Dans les débats qui divisent le Parti socialiste, il prend fait et cause pour Shusui Kotoku et les adeptes de l'action directe dans un article publié dans le Journal de la Plèbe. Comme d'autres hominines avec lui, Sakae Osugi est condamné à quelques mois de prison en mars 1906 pour "crime d'attroupement" lors du mouvement contre l’augmentation du prix des transports. À sa sortie de prison, il organise des cours d'espéranto et aide à la fondation de la première association espérantiste du Japon. Il participe à la revue féminine Revue de la famille (家庭雑誌, prononcer "katei zasshi") [105] dans laquelle il écrit "L'amour chez les animaux" [106] sur l'amour libre, et traduit le texte "Appel aux conscrits" paru dans le journal français L'anarchie [107]. La traduction est publiée en novembre 1906 dans la revue Lumière [108] (光, prononcer "hikari"). Puis, toujours du français, il traduit "Aux jeunes gens" de Piotr Kropotkine, un texte de 1881 republié en 1904 par Les Temps Nouveaux [109]. Pour ces deux textes, il est condamné puis emprisonné en mai 1907 pour quelques mois. En janvier 1908, il est de nouveau arrêté pour "attroupement interdit" et condamné à un mois et demi de prison. Lors de la manifestation le 22 juin 1908 pour la libération de Koken Yamaguchi[91] — condamné à un an et demi de prison pour "incitation à l'émeute" pendant le mouvement contre l’augmentation du prix des transports — une dizaine d'hominines sont arrêtés. Sakae Osugi écope de la plus lourde peine, deux ans et demi de travaux forcés. De fait, il échappe à la répression de mai 1910 qui s'abat sur 26 hominines. Sakae Osugi raconte ces années de prison dans le chapitre 7 de son Autobiographie [110]. Il explique qu'il profite toujours de ses séjours en prison pour apprendre une nouvelle langue. En plus du français, il maîtrise l'espéranto, l'allemand et le russe. Il est libéré en novembre 1910, en plein "Ère de l'Hiver".

Eros + Massacre [111]

Vers la fin de l'année 1912, Sakae Osugi et Kanson Arahata [92] lancent la revue La Pensée Moderne (現代思想, prononcer "gendai shiso") qui propose des textes littéraires, philosophiques ou théoriques de "socialistes" et de libéraux du monde entier. Des cercles de discussions et des réunions publiques sont organisés. Sakae Osugi abandonne cette revue en septembre 1914 pour relancer le Journal de la Plèbe, au ton plus révolutionnaire et résolument anti-guerre. Les numéros sont saisis à chaque parution et finalement le journal s'arrête en mars 1915. Bien décidé à continuer son œuvre de propagandiste, Sakae Osugi fait paraître de nouveau La Pensée Moderne entre octobre 1915 et janvier 1916.

Bien qu'il soit marié depuis juin 1906 et malgré les injonctions sociales sur le couple [112], Sakae Osugi entretient une relation "amoureuse" avec Ichiko Kamichika [113] à partir de 1915 et Noe Ito à partir de l'année suivante. Toutes deux sont membres de la Société des Bas Bleus (青鞜社, prononcer "seito sha"). La situation n'est pas simple, comme l'illustre le film Eros + Massacre [111] consacré aux "amours plurielles" d'Ichiko, Noe et Sakae. Jalouse de Noe Ito, Ichiko Kamichika tente de poignarder Sakae Osugi et le blesse à la gorge. Face au scandale, la femme de Sakae Osugi demande le divorce et Noe Ito est bastonnée par des proches d'Ichiko Kamichika. Cette dernière est condamnée à quatre ans de prison en première instance, puis finalement à deux ans en appel. Les fiançailles de la sœur de Sakae Osugi sont annulées et celle-ci, par déshonneur, se suicide. Noe Ito et Sakae Osugi auront par la suite cinq enfants, quatre femelles et un mâle, dont Ema, Louise et Nestor. Pour Emma Goldman, Louise Michel et Nestor Makhno [114] !

Sakae Osugi s'installe avec Noe Ito dans une cité ouvrière tokyoïte et publient entre janvier et avril 1918 la revue Critique de la Civilisation (文明批評, prononcer "bunmei hihyo"). Kyutaro Wada [8], Unosuke Hisaita [115] et Sakae Osugi publient d'avril à juillet le Journal du Travail (労働新聞 , prononcer "rodo shinbun"). Clairement plus syndicaliste-anarchiste, la revue Mouvement Ouvrier (労働運動, prononcer "rodo undo") est lancée en octobre 1919. Elle paraît jusqu'en juillet 1920. Après une courte peine de prison pour des violences sur un hominine de la police, Sakae Osugi contribue à la mise en place d'une Fédération Socialiste du Japon en août 1920 pour unir les "socialistes" radicaux, c'est-à-dire les anarchistes et les communistes. Mais les différences politiques et les divergences pratiques sont de plus en plus difficiles à surpasser. Sakae Osugi se rend alors à Shanghai pour assister à un Congrès des socialistes d'Extrême-Orient organisé fin 1920. Mais il n'en revient pas enchanté. Dans cet esprit d'alliance, la revue Mouvement Ouvrier est relancée. Mais l'écrasement de la révolte des marins de Kronstadt en mars 1921 par les bolchevistes coupe toujours un peu plus les anarchistes des communistes. Tristement, la plupart des partis communistes d'Extrême-Orient soutiennent les choix politiques des bolchevistes russes. Mouvement Ouvrier cesse de paraître. Éclaircissements faits, une troisième série de Mouvement Ouvrier est publiée, sans bolchevistes, à partir de décembre 1921. Sakae Osugi, Noe Ito, Kyutaro Wada [8] et Kenji Kondo [116] sont à la manœuvre.

"Me semble-t-il", restriction à appliquer à chaque mot, – ou à aucun : rien de rien n’est certain, et il est à supposer que nos lecteurs ne seront pas de ces péquenots qui prennent tout ce qu’ils voient imprimé pour paroles d’évangile. [27]

Sakae Osugi est prolixe. Outre les articles qu'il publie dans les journaux auxquels il participe, il rédige aussi plusieurs textes et réalise quelques traductions. Par exemple, ses Notes de prison écrites pendant son séjour en prison de fin 1919 à début 1920. Il traduit et publie L’Entraide, un facteur de l’évolution de Piotr Kropotkine en 1917 [117] et Mémoires d'un Révolutionnaire en 1920 [118], ainsi que Souvenirs d'un entomologiste de Jean-Henri Fabre sous le titre Chronique des insectes en 1920 [119]. Mais aussi le naturaliste Charles Darwin, le syndicaliste révolutionnaire Georges Sorel, l'écrivain Romain Rolland ou encore le philosophe Henri Bergson. Il fait paraître de nombreux textes sur et de Mikhaïl Bakounine.

En parallèle de ces activités de propagandiste par l'écrit, Sakae Osugi n'a de cesse de vouloir trouver la meilleure forme de contestation dans le monde du travail. Quel type de syndicalisme ? Pour lui, la grève générale et l'action directe sont les moyens et le but d'un syndicat doit s'inscrire dans une perspective anarchiste. Qu'importe un syndicat nationaliste ! Avec Kanson Arahata [92] il crée la Société d’études syndicalistes en 1913 pour diffuser un vision syndicaliste anarchiste de la lutte. Il s'informe de ce qu'il se passe dans le reste du monde et scrute toutes les tentatives de créer des organisations syndicales au Japon. Invité par l'anarchiste français André Colomer [120], contributeur au Libertaire et animateur de La Revue Anarchiste, Sakae Osugi quitte le Japon en décembre 1922, via Shanghai, pour assister au Congrès international des anarchistes de Berlin prévu pour début 1923 — puis finalement annulé. Sakae Osugi arrive en France en février 1923 avec un faux passeport chinois au nom de Chin Chen, étudiant à Lyon. Il fait une demande de visa pour pouvoir se rendre à Berlin. Il espère y rencontrer des proches de Nestor Makhno. Il profite de cette pause pour rencontrer des anarchistes et des syndicalistes de France et aussi quelques anarchistes de Chine en exil dans ce pays. Accompagné de Shizue Hayashi [121] un artiste nippon, il fréquente aussi les bars et les cabarets parisiens de Montmartre où il a une courte relation amoureuse avec une jeune danseuse nommée Doré. Il se documente largement sur Nestor Makhno [114] et "son" insurrection paysanne et makhnoviste dans l'ouest de la Russie. Dans une lettre envoyée de Lyon à Noe Ito, Sakae Osugi lui fait part de ses hésitations politiques : "Je ne suis toujours pas en mesure de décider si je dois travailler avec les masses ou poursuivre le mouvement du "pur anarchisme" que nous avons maintenant." Lors du rassemblement du 1er Mai à Saint-Denis, dans la banlieue de Paris, Sakae Osugi est arrêté après une prise de parole publique. Malgré une tentative collective de le libérer [122], il est emprisonné trois semaines par les autorités françaises. Expulsé de France en juin, il prend le bateau à Marseille, direction le Japon. Après son retour sur l'archipel, il publie Une histoire d’évasion du Japon où il relate son récent voyage : "Mon plus grand regret en ce qui concerne mon voyage en Europe était que je n’avais aucune chance, puisque je ne pouvais pas entrer en Allemagne, de rencontrer les nombreux ex-Makhnovistes qui vivaient alors en exil à Berlin, en particulier la soi-disant "Chef d’état-major" Voline". Il rédige et édite Un Général anarchiste. Nestor Makhno. Son dernier texte.

Noe Ito

Noe Ito naît le 21 janvier 1895 sur l'île de Kyushu, dans le sud de l'archipel nippon. Aînée d'une famille dont le père se retrouve sans emploi, elle arrête sa scolarité en 1909 pour travailler. Aidée financièrement par de la famille à Tokyo, elle part en 1910 s'inscrire au lycée de jeunes filles de la capitale nippone. De retour dans sa province natale, elle est mariée en 1912 après un arrangement entre familles. Mais Noe Ito fuit ce mariage forcé et part se réfugier à Tokyo chez Jun Tsuji son professeur d'anglais. Pour cela, elle est reniée par sa famille et Jun Tsuji perd son emploi. Elle divorce l'année suivante. Noe Ito et Jun Tsuji entament alors une relation amoureuse et se marient. Elle a 18 ans et lui 29.

En 1911, cinq hominines femelles fondent la Société des Bas-Bleus (青鞜社, prononcer "seito sha") et lancent Bas-Bleus (青鞜, prononcer "seito"), la première revue écrite "par et pour des femmes" et consacrée à la littérature. Cette expression de "bas-bleus" est une référence au Cercle des Bas Bleus, un salon littéraire qui, dans le Royaume-Uni britannique du XVIIIème siècle, est animé par des hominines femelles cultivées, les fameuses "femmes de lettres". Mâles et femelles y discutent. Au siècle suivant, dans la bouche des misogynes et des réactionnaires qui ne supportent pas l'idée de considérer les femelles comme leurs égales, l'expression bas-bleus devient péjoratif. Étrangement, l'expression s'emploie au masculin : une hominine femelle cultivée est un bas-bleu. Outre les fondatrices qui écrivent dedans, la revue nippone Bas-Bleus ouvre ses pages à des romancières, des poétesses ou des illustratrices. Elle se veut avant tout revue littéraire au prisme féminin. Le premier numéro sort en septembre 1911, tiré à 1000 exemplaires. La Société des Bas-Bleus édite un recueil de nouvelles, écrites par douze d'entre elles. La première interdiction de la revue intervient en avril 1912 pour la publication de la nouvelle La Lettre d'Iku Araki [123] qui parle de l'adultère. Noe Ito rejoint la Société en septembre 1912 et s'implique rapidement dans Bas-Bleus. Elle publie ses premiers poèmes. Après un an d'existence, le tirage de la revue est passé à 3000 exemplaires. En janvier 1913 paraît le premier supplément de Bas-Bleus consacré aux "femmes nouvelles" et qui décortique le statut des hominines femelles dans un contexte culturel nippon qui laisse peu de place à ce qui n'a pas une odeur de mâle. Les questionnements sur l'amour, l'avortement, la virginité pré-maritale, la sexualité, la prostitution ou encore la modernité divisent les hominines femelles, même au sein de la Société des Bas-Bleus [124]. Un recueil de romans sur les rapports de genre, écrits par des hominines femelles, est édité en février 1913 et le second numéro du supplément de la revue sur les questions de genre est interdit. La critique se radicalise. La publication dans Bas-Bleus du texte de Raicho Hiratsuka [125] Aux femmes de ce monde créé la polémique en 1913. Elle conteste l'institution du mariage et plaide pour l'autonomie individuelle. Pour cela, la revue est condamnée pour atteinte aux bonnes mœurs et quelques membres, dont Noe Ito, reçoivent des menaces de mort. Le texte est interdit. Certaines membres prennent leurs distances, les effectifs s'amenuisent. Début 1915, Noe Ito devient directrice de rédaction de Bas-Bleus. Le ton est plus anarchisant, dans le sens de contestation de l'ordre établi, avec une pointe d'individualisme qui offre une échappatoire sociale possible. Sa découverte et la lecture de l'anarchiste russe Emma Goldman est décisive dans les évolutions politiques de Noe Ito. Elle traduit de l'anglais trois textes d'elle, extraits de Anarchisme et autres essais publié en 1911, et les publie : La tragédie de l’émancipation des femmes, Mariage et Amour et Minorités contre Majorités. De Diverses pensées sur la chasteté de Noe Ito sur les relations sexuelles hors-mariage à D'une femme en prison à son homme de Satsuki Harada [126] sur l'avortement, les textes publiés dans Bas-Bleus font polémique. Sous forme de lettre à Noe Ito, Sakae Osugi publie La virginité, la chasteté et la pudeur en avril 1915 dans un autre journal. Le texte de Satsuki Harada provoque une troisième interdiction de la revue en juin [127]. Bas-Bleus s'arrête début 1916 après 52 numéros. Environ 200 hominines femelles ont collaboré à la revue depuis 1911.

Bas-Bleus, n° 1, sept. 1911

Comme d'autres hominines femelles qui dans les deux premières décennies du XXème siècle ont fait le choix de ne pas se plier au mariage et à la virginité imposée, Noe Ito suscite de très nombreuses réprobations. La vie commune pour les couples non-mariés est très mal vue et les enfants naissant de ces unions sont très mal considérés. La pression sociale est forte. Mariée avec Jun Tsuji, Noe Ito vit avec lui et leurs deux enfants. Elle le quitte dans le courant de 1916 après avoir découvert que Jun Tsuji entretenait une autre relation amoureuse. Lors de cette séparation, elle prend un enfant avec elle, et Jun Tsuji garde l'autre. Elle se réfugie chez Sakae Osugi et sa femme qui l'accueillent. La relation amoureuse secrète qui se noue alors entre Noe Ito et Sakae Osugi est rendue publique fin 1916 par l'agression au couteau de Sakae Osugi par son autre amante Ichiko Kamichika.

La période de la première guerre dite mondiale, de 1914 à 1918, n'est pas sans conséquence pour les hominines femelles de l'archipel nippon. Le départ des hominines mâles pour se battre et les besoins en main-d'œuvre de l'économie de guerre accélèrent l'entrée des hominines femelles dans le monde ouvrier. Dans des secteurs de l'économie jusqu'alors essentiellement masculins. Certaines vivent seules, d'autres doivent s'occuper des enfants, mais toutes doivent subvenir à leurs besoins. Elles expérimentent l'autonomie économique. Noe Ito et les participantes à la Société des Bas-Bleus sont de la seconde génération d'hominines femelles à avoir accès à l'éducation, de la première à bénéficier des critiques sociales formulées depuis la fin du XIXème siècle. Les approches sont diverses. Certaines contestent ce qu'il y a de misogyne dans la culture nippone, d'autres préfèrent s'appuyer dessus pour dénoncer la misogynie générale. Faut-il nécessairement abandonner le kimono et les sandalettes pour être émancipée ? Suffit-il simplement d'opter pour des tenues vestimentaires et des attitudes sociales venues d'Europe et des États-Unis d'Amérique, jugées indécentes, pour être moderne ? Dans le Japon des années 1920, parmi les hominines femelles vivant dans les centres urbains, émerge le phénomène des Moga (モガ), abréviation de l'anglais modern girl. Elles fument des cigarettes, consomment de l'alcool, prennent la parole, flirtent ouvertement et/ou s'habillent comme des hominines mâles occidentaux. Un peu garçonne, provocante, la Moga est alors l'archétype de beauté en vogue dans cette modernité nippone. Dans ce contexte, quelques anciennes membres de la Société des Bas-Bleus, dont Raicho Hiratsuka [125], créent en 1919 une Association des Femmes Nouvelles (新婦人協会, prononcer "shin-fujin kyokaï". Mais Noe Ito ne s'y retrouve pas.

La liberté ou rien [128]

Depuis la fin de Bas-Bleus, Noe Ito participe à des projets qui ne sont pas à proprement parlé féministes. Début 1918, Sakae Osugi et Noe Ito publient la revue Critique de la Civilisation (文明批評, prononcer "bunmei hihyo") qui ne sera qu'éphémère. Politiquement, Noe Ito se situe dans l'esprit de la revue Mouvement Ouvrier (労働運動, prononcer "rodo undo") à laquelle elle participe et dans laquelle elle écrit quelques textes. Après des vicissitudes avec les bolchevistes, cette revue, animée par Sakae Osugi, Kyutaro Wada [8] et Kenji Kondo [116] et Noe Ito, défend une approche critique anarchiste du monde et le syndicalisme anarchiste comme moyen de lutte. Elle rédige entre autres le texte Étude sur Kropotkine.

Noe Ito est très critique vis-à-vis de l'Association des Femmes Nouvelles à qui elle reproche d'être exclusivement portée par des bourgeoises, comme le résume le titre d'un texte qu'elle publie en février 1921, L'Égoïsme du mouvement des femmes de la bourgeoisie. En avril, quatre hominines femelles créent la Société de la Vague Rouge (赤瀾会, prononcer "sekirankai") dont le discours mêle la critique du système économique capitaliste et une approche féministe. Pour elles les deux sont indissociables et la Société de la Vague Rouge se fixe pour but de participer à la manifestation du 1er mai pour porter ce discours. Le Manifeste aux femmes rédigé à cette occasion est clair : "La Sekirankai est une organisation de femmes qui prévoit de participer à l'entreprise de destruction de la société capitaliste et de construction d'une société socialiste. La société capitaliste nous transforme en esclaves à la maison et nous opprime en tant qu'esclaves salariées à l'extérieur du foyer. Elle transforme beaucoup de nos sœurs en prostituées. Ses ambitions impérialistes nous privent de nos pères, enfants, amours et frères bien-aimés et les transforment en chair à canon. Il les force, ainsi que les prolétaires d'autres pays, à s'entretuer brutalement. C'est une société qui, au nom de ses profiteurs cupides, écrase et sacrifie notre jeunesse, notre santé, nos talents, toutes les chances de bonheur, même notre vie, et ne ressent aucune compassion. La Sekirankai déclare une guerre totale à cette société cruelle et éhontée. Femmes qui souhaitez être libérées, rejoignez la Sekirankai !" Une vingtaine de membres de la Société de la Vague Rouge défilent à la manifestation du 1er mai avec des drapeaux rouges et noirs ainsi que de petits drapeaux portant les initiales RW, pour "Red Wave" en anglais. Une première. Elles sont arrêtées en vertu de l'article 5 de la loi de 1900 qui interdit aux hominines femelles de s'organiser en mouvements politiques et de manifester publiquement.

Si tu veux, je te dépose dans les flammes, c'est sur mon ch'min.
Tous ces menteurs sont certifiés, j'comprends plus rien.
Pas eux les jefe[129], plus j'connais les faits, plus j'aime mon chien. [130]

Tout comme Kikue Yamakawa [131], Noe Ito est "conseillère" de la Société de la Vague Rouge pour laquelle toutes deux donnent des conférences et écrivent. L'une est marxiste, l'autre anarchiste. La Société est proche de la Fédération Socialiste du Japon fondée en août 1920 et qui regroupe des anarchistes et des communistes. En juillet 1921, Kikue Yamakawa fait paraître L'Association des femmes nouvelles et la Société de la vague rouge où elle critique sévèrement l'association à qui elle reproche de ne se préoccuper que des réalités des hominines femelles éduquées et bourgeoises, loin des réalités quotidiennes de leurs homologues prolétaires. Le même mois, deux conférences publiques sont organisées par la Société et la revue Propice (お目出度誌, prononcer "omedetashi") est lancée. Pour sa démonstration inédite et scandaleuse du 1er mai et ses discours révolutionnaires, la Société de la Vague Rouge s'attire les foudres de la presse nippone et la haine des nationalistes et conservateurs qui en parlent comme d'une bande de "dégénérées" ! Dans un contexte où le "communisme" est la grande peur politique nippone, par ses liens avec la Fédération Socialiste du Japon elle s'expose aux mêmes interdictions. En plus de celles spécifiques aux hominines femelles qui sont interdites de s'organiser et de manifester. L'intersectionnalité par le fait. En décembre 1921, l'expérience de la Société de la Vague Rouge prend fin. À l'image de l'opposition croissante entre anarchistes et communistes au sein de la Fédération Socialiste du Japon et de la revue Mouvement Ouvrier, les membres de l'ex-Société prennent ensuite des chemins différents. Certaines rejoignent les partis communistes du Japon qui s'alignent politiquement sur celui de la Russie bolcheviste, d'autres demeurent anarchistes. Avec Sakae Osugi, Kyutaro Wada et Kenji Kondo, Noe Ito participe fin 1921 à la relance de Mouvement Ouvrier, désormais débarrassé de sa composante bolcheviste.

Qu'elles soient bolchevistes ou anarchistes, ces hominines femelles évoluent dans des milieux militants où les hominines mâles prédominent par leur présence, par leurs écrits ou par leur auras. Ils sont tout autant critiques de la société nippone qu'ils en reproduisent des rouages sexistes. Cantonnées légalement hors de la sphère politique et très minoritaires dans les milieux politiques révolutionnaires, les hominines femelles activistes sont plus souvent condamnées à des amendes qu'à de la prison ferme. Dans les faits, elles se retrouvent bien souvent à devoir s'occuper seule des enfants qui ont été fait à deux. D'autant plus difficile lorsque cela se fait hors-mariage. Lors des quelques séjours en prison de Sakae Osugi entre 1916 et 1923, Noe Ito s'occupe de leurs cinq enfants en plus de l'un des enfants qu'elle a eu avec Jun Tsuji. Deux meurent en bas-âge. Pendant ces années où Noe Ito entretient une relation avec Sakae Osugi, les deux vivent ensemble. La contrainte économique est plus forte que leur projet initial d'avoir des logements séparés, une autonomie économique individuelle et une liberté sexuelle absolue.

Jun Tsuji

Le 4 octobre 1884, naît Jun Tsuji à Tokyo. Selon lui, sa jeunesse se résume à "rien d'autre que de la misère et de la souffrance, une série de difficultés traumatisantes"[132]. La poésie et la musique sont ses échappatoires. Il se passionne pour la littérature et la philosophie. L'ouverture de l'empire nippon sur le reste du monde offre à Jun Tsuji des opportunités de combler sa curiosité. Il se lance dans l'apprentissage de quelques langues étrangères dont l'anglais et devient enseignant de cette langue dans une école tokyoïte. Mais il perd ce travail en 1913 après l'officialisation de sa relation avec une jeune étudiante, Noe Ito. Le duo s'installe ensemble. Deux enfants naîtront de cette rencontre entre les deux hominines.

Grand lecteur, et maîtrisant suffisamment le français et l'anglais, Jun Tsuji se lance dans plusieurs traductions. L'Ombre et La Cloche, deux contes de Hans Christian Andersen, la nouvelle réaliste La parure de Guy de Maupassant [133], la pièce de théâtre Les Aveugles de Maurice Maeterlinck [134] et la première nouvelle de Stanley Makower, Le miroir de la musique, dédicacée à la chanteuse de cabaret au Moulin Rouge parisien Yvette Guilbert. Jun Tsuji traduit en 1914 le livre de Cesare Lombroso intitulé L'homme de génie, publié en 1877 [135]. Dans cet ouvrage, le fondateur de la criminologie moderne affirme sa thèse controversée que le génie est lié à la folie et à la dégénérescence sociale d'hominines. Pour lui, l'inspiration artistique et scientifique est équivalente à de l'épilepsie [136] et que la délinquance et la criminalité sont des espaces où des hominines font preuves de génie. Il cherche de la folie chez le poète Charles Baudelaire ou le scientifique Isaac Newton et reconnaît le talent d'un François Villon ou d'un Lacenaire, malgré leurs vies criminelles. Dans un autre de ses ouvrages, il assure que "la criminalité, chez les poètes et les artistes, est malheureusement plus forte. Beaucoup, parmi eux, sont dominés par la passion, qui est le plus puissant aiguillon de leur verve ; ils n'ont pas, pour les retenir le critérium du vrai, les sévères déductions de la logique, dont sont armés les savants." [137]. La très grande différence entre Cesare Lombroso et Jun Tsuji est que l'un défend cela pour mieux le condamner, là où l'autre ne veux qu'exalter la folie créatrice. L'un fonde ses raisonnements sur des préalables racistes et des hiérarchisations sociobiologiques, à la recherche d'une criminalité de naissance, alors que l'autre prône l'alcool, le rien faire et le vagabondage.

Les écrits de Friedrich Nietzsche et de Max Stirner bouleverse le cours de choses pour Jun Tsuji. Il découvre la pensée de Stirner grâce aux articles que Sakae Osugi fait paraître en 1912 dans sa revue Pensée moderne, deux articles critiques intitulés Les Egoïtistes et Différents aspects de l'individualisme moderne où il tente de lui donner une perspective sociale et collective dans ce qu'il appelle un "individualisme moderne" [138]. Comme en Europe, l'individualisme stirnerien est regardé avec méfiance dans les milieux politiques révolutionnaires nippons. En 1915, Jun Tsuji réalise et publie la première traduction en japonais de L'Unique et sa propriété de Max Stirner [139] sous le titre 自我経 (prononcer "jiga kyo") qu'il est possible de rendre en terme protivophile par Egodulie ou en français classique par Soutra de l'Ego. Dans la mythologie bouddhienne et la langue sanskrite, les soutras sont des traités de grammaire, de philosophie ou de théologie. Des recueils de règles et de préceptes [140], comme le Kamasutra pour la sexualité. Dans sa traduction, Jun Tsuji alterne avec trois formes pour désigner cet unique : 自我 (prononcer "jiga") qui se traduit par ego, 自分 (prononcer "jibun") par moi-même et 自己 (prononcer "jiko") par soi.

Pour faire rien[141]

Noe Ito quitte Jun Tsuji en mai 1916 pour se relationner et s'installer avec Sakae Osugi. Elle part avec l'aîné de leurs enfants et lui garde le cadet. Est-ce parce que l'Unique se retrouve plus solitaire, nul ne peut le dire, mais entre 1915 et 1923 Jun Tsuji enchaîne les traductions. Parmi les auteurs francophones, il traduit le conte philosophique Zadig de Voltaire [142], le roman L'enfer de Henri Barbusse [143], Poèmes de François Villon [144], le poème N'importe où hors du monde de Charles Baudelaire [145] et un poème dada de Paul Morand. Parmi les anglophones, le récit autobiographique Confessions d'un mangeur d'opium anglais de Thomas de Quincey [146], De Profundis [147], la lettre d'Oscar Wilde à son jeune amant, la nouvelle Ombre d'Edgar Allan Poe [148], le roman Confessions d'un jeune anglais de George Moore [149] et un recueil de poésie d'Arthur Symons. Et quelques autres auteurs encore. [150]

Les hominines de l'archipel nippon portent attention à ce qu'il se dit et s'écrit dans le reste du monde. Illes découvrent le cubisme, le dadaïsme, le futurisme italien et les futuriens russes. Et inversement, l'Asie fascine. Ses philosophies du rien attirent les hominines qui y voient une forme de nihilisme. D'autres misent sur une rencontre directe pour effacer les traces et séquelles des guerres passées entre la Russie et le Japon. En guise de réponse à des lettres de jeunes hominines du Japon publiées en octobre 1916 dans un journal russe, le poète futurien Velimir Khlebnikov publie l'année suivante une lettre à ses "Chers et lointains amis !" [151]. Pour lui, "cette idée commune, dont nous ne parlons pas, mais que nous sentons, c’est que l’Asie n’est pas seulement une terre septentrionale, habitée par un polynôme de peuples, mais aussi un morceau d’écriture, où doit surgir le mot "Je". Comme il n’est sans doute pas encore tracé, le destin ne doit-il pas, pour ainsi dire, prendre la plume pour inscrire ce mot si actuel ? La main de l’écrivain universel n’y a pas songé. Eh bien, arrachons un pin dans la forêt, trempons-le dans l’encrier des mers et écrivons le signe-enseigne "Moi, l’Asie"." Khlebnikov voit dans l'Asie "un projet transnational de libération personnelle et collective" car "en bon futurien Khlebnikov ne manque pas de remarquer que phonétiquement "Asia" se décompose en "az" + "ja" soit les "Je" en vieux slave et en russe moderne... Pour lui, l’ancien "az" correspond à un "Je libéré" ; en ouvrant le mot Asie, il indique la voie d’une libération non seulement individuelle (celle du Moi) mais également de tous les autres individus (celle du Nous) de cet espace géographique. Une raison plus que suffisante pour faire un "sien collectif" de cette entité géographique !" [152]. Le poète futurien David Bourliouk séjourne au Japon entre 1920 et 1922, lui qui aimait lorsqu'il était en Russie arborer un "Moi" écrit sur le front [153] [152], et influence le milieu culturel "underground" nippon. Pour les hominines qui y voient un quelconque intérêt, la poésie du rien est véritablement intarissable comme le rappellent très justement les rienistes russes :

Il est temps de nettoyer par la force la poésie de cet élément de vie qui est de fumier, traditionnel et de poésie artisanale, au nom de la collectivisation du volume de la création du principe universel et du Masque du Rien. Ce principe, pour les matérialistes et les idéalistes banals, n’existe pas : il n’est rien pour eux. Nous sommes les premiers à lever les briques de l’insurrection pour le Rien.[154]

En 1921, Jun Tsuji édite L’Affirmation est dadaïste de Takehashi Shinkichi [155]. Pour ce dernier, "Dada affirme tout, nie tout. L’infini et le néant sonne comme le tabac, le slip, les mots. Tout ce qui surgit de l’imagination existe dans le réel" ! Comptant parmi les précurseurs du mouvement dada [156] au Japon [157], Jun Tsuji se situe quelque part entre le monde des artistes contestataires et celui du socialisme radical de Shusui Kotoku. Entre, d'une part, le manifeste du groupe poétique dada Rouge et Noir (赤と黒, prononcer "aka to kuro") qui déclame en 1923 que "Un poème c’est une bombe. Les poètes sont des criminels obscurs qui lancent des bombes contre les murs épais de la prison", et de l'autre les écrits horrifiés d'hominines face à la guerre et au nationalisme nippon.

Jun Tsuji se nourrit autant de la philosophie du négatif et du chaos de Nietzsche que de la pensée négative bouddhienne avec son 無 (prononcer "mu") qui désigne le "rien" ou la "non-existence" [141]. À l'image du personnage principal du roman philosophique Ainsi parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche, il veut être son propre refus du monde face à l'absurdité de celui-ci. Kyojiro Hagiwara [158], un poète dadaïste et ami de Jun Tsuji, rapporte que "les vagabonds et les travailleurs de la ville se rassemblent autour de lui. Les chômeurs défaits et les sans-le-sou trouvent en lui leur propre maison et religion... ses disciples sont les affamés et les pauvres de ce monde. Entouré d'eux, il prêche passionnément les bonnes nouvelles du nihilisme. Mais il n'est pas comme le Christ et il prêche ivre et sans sens. Les disciples l’appellent simplement "Tsuji", sans le respect dû, et lui tapent parfois sur la tête. C'est une étrange religion... Tsuji a malheureusement été dépeint comme un personnage religieux. Cela semble contradictoire mais Tsuji est un homme religieux sans religion... Tout comme l'art n'est pas une religion, la vie de Tsuji n'en est pas une. Mais dans un sens si... Tsuji se considérait lui-même comme un Unmensch [Non-humain]... Si le Zarathoustra de Nietzsche est une religion... alors l'enseignement de Tsuji est une meilleure religion que celle de Nietzsche, car Tsuji vivait en accord avec ses principes. Tsuji a choisi de s'exprimer à travers la vie et non avec une plume, par le biais de sa personnalité. Autrement dit, Tsuji lui-même était l'œuvre de son expression." [159] Il est en cela bien plus proche des questionnements d'Han Ryner que des affirmations nietzschéennes :

Suffit-il de se proclamer individualiste ?
Non. Une religion peut se contenter de l’adhésion verbale et de quelques gestes d’adoration. Une philosophie pratique qui n’est point pratiquée n’est rien.[160]

Son mode de vie dépouillé est fait de vagabondages, de rencontres fortuites et de solitudes choisies, de pensées libres ou figées par l'écriture, comme il l'écrit lui-même en juillet 1921 dans Romance d'un vagabond :

Que j'ai marché, sans but et avec le minimum de biens, étant soudainement devenu absorbé par le vent, l'eau, l'herbe et toutes les choses de la nature, il n'est pas rare pour ce genre d'existence de devenir suspecte. Et c'est parce que mon existence est suspecte que je vole hors de la société et que je disparais. En certaines circonstances, il est possible de ressentir l'"extase religieuse du vagabond". Parfois, certains peuvent être totalement perdus dans cette expérience. Ainsi, lorsque je m'apprête moi-même à apposer quelque chose sur le papier, les sentiments de ces anciens moments remontent dans mon esprits, et je suis contraint de les transmettre comme tels. [...] Lorsque je suis emmené par l'écriture, c'est déjà trop tard et je deviens un captif enchaîné... Ainsi, après avoir écrit et bavardé abondamment, c'est comme si je ressentais avoir fait quelque chose de totalement inutile. Cela provoque en moi une perte de l'envie d'écrire. Néanmoins, jusqu'à maintenant, j'ai toujours écrit et vais continuer à écrire. [...] Mon envie de vagabonder vient de l'inquiétude de rester inactif... et cette inquiétude est pour moi terrible. [161]

Jun Tsuji est vu comme un original dont la parole est respectée car en conformité avec ses actes, une sorte de Diogène de Sinope nippon qui carbure au saké. Kyojiro Hagiwara raconte que "Jun Tsuji est toujours ivre. S'il ne boit pas, il ne supporte pas la souffrance et la tristesse de la vie. En une rare occasion il est sobre... et ne voit plus le monde par les yeux d'un incompétent et d'un fou Unmenschien. Puis ses fervents disciples lui apportent du saké à la place d'une offrande cérémonielle, verse l'électricité dans son cœur de robot, et attendent qu'il commence à bouger... Pour enseigner l’Unmensch. C'est une religion pour les faibles, les prolétaires, les égoïstes et ceux à la personnalité brisée, et en même temps, c'est une religion plus pure et plus douloureuse pour les intellectuels modernes." Selon ses propres mots, Jun Tsuji veut "Vivre dans l'ivresse et mourir en rêvant."

Fumiko Kaneko & Park Yeol

Park

Épilogue

Bande originale

  • 修羅雪姫 (Shurayuki-hime)
    • Sugako Kanno, 2015 - En ligne
    • Noe Ito, 2016 - En ligne
    • Yamakawa Kikue, 2017
    • In The Beginning, Woman Was The Sun, 2021 - En ligne
  • Dead Territory, John Cage - 4'33 Death Metal Cover, 2015 - En ligne [162]
  • Euphonik, "Ito Noe", Dieu est un femme 3, 2017 - En ligne
  • Eros+Massacre, La Agon​í​a Del Eros, 2016 - En ligne

Nominations

Controverses

Notes

  1. "Les origines de la mention Toute ressemblance avec des personnages...", France Inter, 9 décembre 2020 - En ligne
  2. Dans cet article, les noms d'usage des hominines sont constitués de leur prénom et de leur patronyme, contrairement à l'usage nippon qui fait l'inverse.
  3. Selon les légendes, Jésus aka Christ est né pendant le cycle 37 sous le signe astrologique chinois du Rat, dans la septième tige céleste et la première branche terrestre. Il n'est accepté officiellement sur les calendriers au Japon qu'en l'an 6 de l'Ère Meiji, noté 明治6年, soit en 1873年. Il est dorénavant connu sous le nom de イエス・キリスト
  4. "Nippon", relatif au Japon d'après le japonais 日本, prononcer "nippon", qui est le nom du Japon. La prononciation "ja-pon" vient de celle du chinois 日本 qui désigne ce pays.
  5. 5,0 et 5,1 Daijiro Furuta (1900 - 1925). Sur Le Maitron. Dictionnaire biographique - En ligne
  6. 6,0 et 6,1 Tetsu Nakahama (1897 - 1926). Sur Le Maitron - En ligne
  7. 7,0 et 7,1 Genjiro Muraki (1890 - 1925). Sur Le Maitron - En ligne
  8. 8,0 8,1 8,2 8,3 et 8,4 Kyutaro Wada (1893 - 1928). Sur Le Maitron - En ligne
  9. différentes versions
  10. 10,0 et 10,1 Daisuke Namba. Sur Le Maitron - [En ligne]
  11. Les hominines sont une espèce vivante proche des singes pour leur bipédie, leur cerveau et leur agressivité, et des ténias pour leur dimension parasitaire et potentiellement destructeur de ce qui les fait vivre.
  12. Akira Kurosawa (trad. Michel Chion), Comme une autobiographie, Cahiers du cinéma, 1997
  13. Cette méthode est appelée schibboleth ou chibolet, d'un terme hébreu signifiant "épi", en référence à une histoire de la mythologie moïsienne où l'une des tribus choisit ce mot à faire prononcer pour différencier celleux d'une tribu adverse. Par extension, un shibboleth est un "mot particulier, ou façon de prononcer un mot, propre à une nation, une confrérie ou à un cercle particulier" selon le Trésor de la langue française - En ligne. Cette méthode a été utilisée dans des conflits, du Moyen-Âge européen à la récente guerre entre la Russie et l'Ukraine.
  14. Des affrontements opposent en 1922 la police aux manifestants lors d'une grève à l'aciérie Ojima. 120 sont arrêtés et plus de la moitié sont emprisonnés
  15. L'historiographie nippone retient cet épisode sous le nom de "Incident de Kameido"
  16. L'historiographie nippone retient cet épisode sous le nom de "Incident d'Amakasu"
  17. Masahiko Amakasu est condamné à 10 ans de prison et libéré au bout de trois ans après une amnistie décrétée par le nouvel empereur. Il est envoyé en Mandchourie occupée et devient en 1939 le directeur de l'Association cinématographique du Mandchoukouo, l’État colonial japonais en Mandchourie. Il se suicide en 1945.
  18. Le Libertaire, 9 novembre 1923 - En ligne
  19. "Japon 1923 : vague anti-coréenne et l'incident Amakasu", une revue de presse - En ligne
  20. Sakuzô Yoshino, L'affaire du massacre des Coréens, novembre 1923. Dans Ebisu, n°21, 1999 - En ligne. Inosuke Nakanishi, "Plaidoyer pour les Coréens", Revue des femmes, novembre-décembre 1923. Dans Ebisu, n°21, 1999 - En ligne. Insung Sô, Une nuit de terreur. Témoignage. Dans Ebisu, n°21, 1999 - En ligne
  21. Les shoguns sont les généraux de l'empire. Ils détiennent le pouvoir militaire, puis politique à partir du milieu du XVIIème siècle
  22. La politique isolationniste du Japon entre 1650 et 1842 est nommée sakoku. Elle se veut être une réponse à la présence grandissante des pays européens dans la région. Les missionnaires christiens sont expulsés, interdiction est faite aux hominines de l'archipel d'en sortir sans autorisation, sous peine de mort, et seuls quelques ports sont autorisés aux navires étrangers.
  23. 23,0 23,1 et 23,2 Les bouddhiens sont les hominines mâles et femelles qui suivent les lois de Bouddha. Comme les mahométiens avec Mahomet, les christiens avec Jésus aka Christ et les moïsiens avec Moïse.
  24. Arnaud Nanta, "Expositions coloniales et hiérarchie des peuples dans le Japon moderne", Ebisu, n°37, 2007 - En ligne. Arnaud Nanta, "Koropokgrus, Aïnous, Japonais, aux origines du peuplement de l'archipel. Débats chez les anthropologues, 1884-1913", Ebisu, n°30, 2003 - En ligne
  25. Christine Lévy, "Autour de l’Affaire du crime de lèse-majesté : modernité politique et répression", Ebisu, n°44, 2010 - En ligne
  26. Les Temps Nouveaux, 7 janvier 1911 - En ligne. 14 janvier 1911 - En ligne. 21 janvier 1911 - En ligne. 28 janvier 1911 - En ligne. Et une série de 6 articles L'éveil de l'Orient parus entre le 11 février et le 27 mai 1911 - En ligne
  27. 27,0 et 27,1 Ladislav Klíma, Le Monde comme conscience et comme rien. Cité à l'entrée "salut à toi !" dans F. Merdjanov, Analectes de rien, Gemidžii Éditions, 2017
  28. Rikisaku Furukawa (1884-1911). Lecteur de la revue Lumière, il se rapproche de Shusui Kotoku. Avec lui et Sugako Kanno, il cofonde Pensée Libertaire en 1909. "Extrémiste, il souhaitait que fussent éliminés les ministres, le procureur général et le chef de la police, toutes personnes qui, selon lui, opprimaient les militants socialistes. Il lui arrivait de prendre avec lui un sabre, dans l’intention d’assassiner le premier ministre." Sur Le Maitron - En ligne
  29. Uitta Matsuo (1879-1911). Cofonde le bimensuel La critique de Kumamoto qui parait de juin 1907 à septembre 1908. Et aussi le premier et unique numéro de La Critique de la Plèbe. Diverses condamnations à des amendes et de la prison pour des articles dans ces journaux. Sur Le Maitron - En ligne
  30. 30,0 et 30,1 Takichi Miyashita (1875-1911). Ouvrier mécanicien, il est lecteur du Journal de la Plèbe. Sur Le Maitron - En ligne
  31. Unpei Morichika (1881-1911). Né dans une famille paysanne, il devient ingénieur agronome. Lance la Société de la Plèbe d'Osaka en 1905 et écrit dans le Journal de la Plèbe. Sur Le Maitron - En ligne
  32. Heishiro Nariishi (1882-1911). Diplômé de droit en 1907. Accusé de détention d'explosifs. Sur Le Maitron - En ligne
  33. Uichiro Niimi (1879-1911). Après une école de journalisme, il cofonde le bimensuel La critique de Kumamoto. Sur Le Maitron - En ligne
  34. Tadao Niimura (1887-1911). Lecteur du Journal de la Plèbe, il cofonde Littérature des Hautes Plaines et La Critique du Tohoku. Plusieurs condamnation pour "délits de presse". Sur Le Maitron - En ligne
  35. Seinosuke Oishi (1867-1911). Diplômé de médecine en 1895 aux États-Unis d'Amérique. Écrit des articles dans plusieurs journaux socialistes dont À Vrai Dire, Lumière ou La Critique du Tohoku. Sur Le Maitron - En ligne
  36. 36,0 et 36,1 Kenshi Okunomiya (1857-1911). Fondateur du Parti des tireurs de pousse-pousse. Membre du Parti Libéral, il est condamné à 15 ans de prison, faussement accusé de cambriolage et du meurtre d'un policier. Gracié et libéré en 1897. Publie son journal Confessions de prison. Il voyage en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. Sur Le Maitron - En ligne
  37. 37,0 et 37,1 Keikichi "Gudo" Uchiyama (1874-1911). Bonze d'une secte zen puis moine bouddhien. Achète du matériel d'imprimerie et l'installe secrètement dans son temple. Publie en 1908 Essai sur le démenti de la morale anarchiste, Devise pour les militaires impériaux et Communisme anarchiste en mémoire d’un emprisonnement. S'en suit diverses condamnations. Sur Le Maitron - En ligne
  38. Kenmyo Takagi (1864-1914). Moine bouddhien, il œuvre particulièrement parmi les burakumin, les hors-caste du Japon. En 1908, il rédige Mon Socialisme. Condamné à vie, il se suicide en prison le 24 juin 1914, le jour de son cinquantième anniversaire. Sur Le Maitron - En ligne
  39. Yasutaro Miura (1888-1916). Membre de la Société de la Plèbe d'Osaka. Condamné à vie, il sombre dans la folie et meurt le 18 mai 1916. Sur Le Maitron - En ligne
  40. Dogen Sasaki (1889-1916). Participe à la revue La Critique de Kumamoto. Condamné à vie, il meurt en prison le 15 juillet 1916. Sur Le Maitron - En ligne
  41. Eiichiro Okamoto (1880-1917). Ouvrier dans une fabrique de douilles d’ampoules électriques, il est membre de la Société de la Plèbe d'Osaka. Meurt de maladie en prison le 27 juillet 1917. Sur Le Maitron - En ligne
  42. Setsudo Mineo (1885-1919). Moine bouddhien. Il écrit de la poésie en haïku sous le pseudonyme de Sosei. Après 8 ans d'emprisonnement, il meurt de maladie le 6 mars 1919. Sur Le Maitron - En ligne
  43. Zenbei Niimura (1881-1920). Frère aîné de Tadao Niimura. Accusé de soutien logistique, il écope de 8 ans de travaux forcés. Libéré en juillet 1915, il meurt le 2 avril 1920. Sur Le Maitron - En ligne
  44. Kanzaburo Nariishi (1881-1931). Frère aîné de Heishiro Nariishi, il n'est pas vraiment activiste dans les milieux politiques socialistes. Condamné à la prison à vie, il est mis en liberté provisoire en avril 1929. Il meurt de maladie deux ans plus tard. Sur Le Maitron - En ligne
  45. Kuhei Takeda (1875-1932). Ouvrier, il participe à plusieurs tentative de monter des syndicats. Membre de la Société de la Plèbe d'Osaka. Mis en liberté surveillée en avril 1929. Il meurt d'un accident de circulation le 29 novembre 1932. Sur Le Maitron - En ligne
  46. Ushiji Komatsu (1876-1945). Lecteur du Journal de la Plèbe, in cofonde la Société de la Plèbe de Kobe avec Toramatsu Okabayashi. Mis en liberté conditionnelle en avril 1931. Dans un état de santé déplorable après 20 ans de prison et pauvre, il meurt le 4 octobre 1945 de malnutrition. Sur Le Maitron - En ligne
  47. Toramatsu Okabayashi (1876-1948). Entame des études pour être médecin. Un des fondateurs de la Société de la Plèbe de Kobe. Accusé d'avoir fourni des explications techniques à la fabrication d'une bombe. Mis en liberté provisoire en avril 1931. Gracié en 1947. Sur Le Maitron - En ligne
  48. Yojiro Tobimatsu (1889-1953). Participe à la revue La Critique de la Plèbe lancée en 1909. Premier libéré des condamnés de 1911, il est mis en liberté provisoire en mai 1925. Gracié en juin 1948. Il meurt de maladie le 10 septembre 1953. Sur Le Maitron - En ligne
  49. Seiichi Sakikubo (1885-1955). Mis en liberté provisoire en avril 1929. Gracié en 1948. Sur Le Maitron - En ligne
  50. Seima Sakamoto (1885-1975). Il aide Shusui Kotoku à traduire La conquête du pain de Piotr Kropotkine. Mis en liberté provisoire en novembre 1934 après 23 ans de prison. Gracié en 1947 mais n'obtint jamais la révision de son procès. Sur Le Maitron - En ligne
  51. Keishichi Hirasawa (1889-1923). Ouvrier dans les chemins de fer nippons, il participe à plusieurs tentatives syndicales et grèves. Poète et écrivain, il veut s'en servir pour sa propagande politique. Il organise des cercles de poésie ouvriers et publie plusieurs pièces de théâtre. Dont Lutte ou harmonie ou soumission ? et Réglementation des usines. Sur Le Maitron - En ligne Jean-Jacques Tschudin, "Hirasawa Keishichi et le théâtre ouvrier", Ebisu, n°28, 2002 - En ligne
  52. Yoshitora Kawai (1902 - 1923). Né dans une famille paysanne pauvre, il travaille dans des mines et des usines. Il prend part aux sociétés ouvrières et devient en 1922 membre du Parti communiste du Japon. Sur Le Maitron - En ligne
  53. Koju Kato (1897 - 1923). Né dans une famille paysanne, il prend part dans la création de plusieurs sociétés d'entraide ouvrières et de syndicats. Ce qui lui valut plusieurs condamnations. Sur Le Maitron - En ligne
  54. Kichizo Kitashima (1904 - 1923). Ouvrier dans les mines et la métallurgie, il participe à la création de plusieurs sociétés ouvrières ou syndicats. Sur Le Maitron - En ligne
  55. Kozo Kondo (1904 - 1923). Il découvre les sociétés ouvrières en 1922 après avoir échappé au renvoi de son usine grâce à l'intervention de l'une d'elles. Sur Le Maitron - En ligne
  56. Uhachi Nakatsuji
  57. Kinji Sato (1902 - 1923). Né dans une famille paysanne pauvre, il étudie à l'université en parallèle de sa vie d'ouvrier. Membre d'une société ouvrière. Sur Le Maitron - En ligne
  58. Naoichi Suzuki (1900 - 1923). Ouvrier dans des mines de cuivre puis dans des houillères. Sur Le Maitron - En ligne
  59. Jitsuji Yamagishi (1903 - 1923). Né dans une famille pauvre, il commence à travailler à onze ans. Il cofonde une société ouvrière en 1922 et participe à son journal Syndicats ouvrier (労働組合, prononcer "rodo kumiai". Sur Le Maitron - En ligne
  60. Koji Yoshimura (1900 - 1923). Né dans une famille pauvre, il est adopté en 1902. Ouvrier dans un usine et proche des organisation communistes, il cofonde plusieurs sociétés ouvrières. Sur Le Maitron - En ligne
  61. Masanosuke Watanabe (1899 -1928). Ouvrier, il est très actif dans le mouvement syndical. Condamné à 10 mois de prison en 1923. Membre du Parti Communiste du Japon dès 1922, il devient président du Comité central en 1928. Tué à Taïwan le 6 octobre 1928 lors d'un affrontement avec la police qui tente de l'arrêter. Sur Le Maitron - En ligne
  62. Le Mouvement pour la liberté et les droits du peuple (自由民権運動, prononcer "jiyu minken undo") est un vaste mouvement de la fin du XIXème siècle demandant des réformes sociales et politiques. Il débouche sur des pétitions, des partis politiques ou des soulèvements pour obtenir une libéralisation et une plus grande démocratisation du Japon.
  63. "La situation des classes laborieuses au Japon (IV)", Échanges, n° 110, automne 2004 - En ligne
  64. Alain Chany, Une sécheresse à Paris. Cité à l'entrée "vessies et lanternes" dans F. Merdjanov, Analectes de rien, 2017
  65. Les burakumin (部落民, "personne de la communauté") sont un ensemble de populations d'hominines cantonnées à des travaux sales et des taches sociales jugées dégradantes, autour de la mort d'animaux ou d'hominines par exemple. Boucher, tanneur ou croque-mort. Mais aussi saltimbanques ou matons. Elles sont ségréguées socialement et géographiquement du reste de la population, vivant dans des ghettos. Les burakumin descendent des eta (穢多, "pleins de souillures") et des hinin (非人, "non-humains"), deux classes de parias féodales. Héréditaires, les burakumin sont l'équivalent des intouchables en Inde. Leur statut de paria est officiellement aboli en 1871 mais illes restent parmi les plus pauvres du Japon. Des luttes sont menées tout au long des siècles suivants pour l'amélioration de leur condition sociale. Selon certaines estimation, environ 60% des hominines des gangs criminels de yakuzas sont d'origine burakumin. Aujourd'hui, plus de 2 millions d'hominines sont d'origine burakumin. Jean-François Sabouret, L'Autre Japon : les Burakumin, Paris, Maspero, coll. "Textes à l'appui", 1983. Caroline Taïeb, "La discrimination des burakumin au Japon", laviedesidees.fr,‎ 6 septembre 2019 - En ligne
  66. "La situation des classes laborieuses au Japon (III)", Échanges, n° 109, été 2004 - En ligne
  67. Catastrophe d'Ashio. Cyrian Pitteloud, "La Commission d’enquête sur la pollution minière d’Ashio de 1897 et ses enjeux : du laissez-faire à la prise en main étatique d’une crise environnementale", Cipango, juin 2020 - En ligne
  68. 68,0 68,1 et 68,2 Félicien Challaye, Le Mouvement ouvrier au Japon, 1921. Cité dans Échanges
  69. Le plus important est le soulèvement paysan de Chichibu, près de Tokyo, en novembre 1884. Sous la direction du Mouvement pour la Liberté et les Droits du Peuple, dans un contexte d'endettement des fermiers et la paysannerie, entre 5000 et 10000 hominines se soulèvent. Des bâtiments sont attaqués et des registres de dettes sont détruits. Des villages sont contrôlés par cette armée paysanne. Le nouveau calendrier adopté proclame 1884 "Première année de la liberté et de l'autonomie". Les combats avec la police et l'armée font de très nombreux morts, dont le chiffre exact est inconnu. Presque 3000 hominines sont arrêtés. Environ 300 sont condamnés à de la prison et sept à la peine de mort.
  70. Les mécaniciens de locomotives en 1898 ou les machinistes en 1899-1900, par exemple.
  71. Christine Levy, "La naissance du mouvement ouvrier moderne au Japon" dans Claude Hamon (dir.), Entreprise et société dans le Japon d’avant-guerre. Regards croisés sur les maux et les idéologies de l’industrialisation autour de l’ère Meiji, Arles, Philippe Picquier, 2011
  72. Le judo est créé en 1882 par le japonais Jigoro Kano qui réforme le ju-jitsu en s'inspirant des exercices gymniques développés en Europe et en supprimant les aspects jugés obsolètes du ju-jitsu. Le judo est pensé comme étant une pédagogie physique et morale, la voie de la souplesse (ju-do en japonais). Françoise Champault, "Du jûjutsu au jûdô, ou du particulier à l'universel, un exemple de changement durant l'ère Meiji", Ebisu, n°16, 1997 - En ligne
  73. Le ju-jitsu ("art de la souplesse" en japonais) est un ensemble de techniques de combat développées au Japon et enseignées par les guerriers samouraïs "au chômage" à partir du début du XVIIème siècle dans des écoles d'arts martiaux. Des centaines de styles différents du ju-jitsu voient alors le jour. Le ju-jitsu intègre progressivement de nouvelles techniques de lutte et se normalise au XIXème siècle. Il existe des formes sportives et plusieurs d'auto-défense, dont certaines évolueront séparément, tel le ju-jitsu brésilien
  74. David Douillet, L'âme du conquérant, 1998
  75. Lapsuceur, Suce ton pote, 2021 - En ligne
  76. Les Inconnus, Les téléphones - En ligne
  77. Héritiers de la Volonté du Peuple qui tente d'assassiner le tsar en 1887 et du mouvement narodniki (populiste) qui se tourne vers les plus pauvres des hominines, les socialistes-révolutionnaires s'organisent à partir de 1901 en parti politique structuré — le Parti socialiste révolutionnaire. Proche des anarchistes, la tendance "maximaliste" s'oppose aux marxistes en 1905 alors que les "SR de gauche" se rallient aux bolchevistes en 1917. Aucune des deux n'y survivra. Boris Savinkov, Mémoires d'un terroriste, 1917 (Rééd. Champ Libre, 1982). Jacques Baynac, Les Socialistes-Révolutionnaires, Robert Laffont, 1979. Collectif, Les Socialistes-Révolutionnaires de gauche dans la révolution russe. Une lutte méconnue, Spartacus, 1983
  78. Voir par exemple Maud Mabillard, La fleur rouge. Natacha Klimova et les maximalistes russes, 2007
  79. Comme en Russie où la communauté villageoise rurale, le mir, est analysée en tant que forme d'organisation sociale idéalisée, le village nippon devient la clef de voute d'une certaine pensée critique. La féodalité nippone est parfois présentée historiquement comme l'invasion par une dynastie guerrière étrangère d'un archipel où vivent des hominines libres.
  80. Scred Connexion, Partis de rien, 2000 - En ligne
  81. Chomin Nakae (1847 - 1901). Né dans une famille pauvre, Tokusuke Nakae apprend le français dans les années 1860 et est l'un des premiers étudiants à partir en France. Fervent démocrate, pacifiste, républicain et laïc, il traduit, entre autres, deux ouvrages de Jean-Jacques Rousseau et rédige des ouvrages sur la Révolution française de 1789. Il est surnommé Chomin, "peuple". Son texte le plus connu est Dialogues politiques entre trois ivrognes, paru en 1887. Il publie le premier texte matérialiste athée au Japon sous le titre de Un an et demi, suivi de Un an et demi, suite. Il est le premier hominine du Japon à se faire enterrer sans cérémonie religieuse. Eddy Dufourmont, "Nakae Chomin a-t-il pu être à la fois un adepte de Rousseau et un matérialiste athée ?", Ebisu, n°45, 2011 - En ligne. Dialogues politiques entre trois ivrognes, traduit et commenté par Christine Lévy et Eddy Dufourmont, Paris, CNRS éditions, 2008. Un an et demi. Un an et demi, suite, traduit, présenté et commenté par Eddy Dufourmont, Romain Jourdan et Christine Lévy, Paris, Les Belles Lettres, 2011
  82. Shusui Kotoku, L'impérialisme, le spectre du XXe siècle, 1901, traduit par Christine Lévy, CNRS, 2008
  83. Christine Lévy, "L’Internationalisme du Heimin shinbun (1903-1905) et son héritage lors de la Première Guerre mondiale", Cahiers Jaurès, vol. 215-216, n°1-2, 2015 - En ligne
  84. Écrit en 1848 par Karl Marx et Friedrich Engenls, le Manifeste du Parti Communiste est réédité en 1872 sous le titre de Manifeste communiste afin qu'il n'y ait pas d'ambiguïté. En effet, le terme "parti" ne désigne pas un type d'organisation en parti politique mais l'ensemble du mouvement révolutionnaire naissant - En ligne
  85. Christine Lévy, "Kotoku Shusui et l'anarchisme", Ebisu, n°28, 2002 - En ligne
  86. Ernest Cœurderoy, Hurrah !!! Ou la révolution par les Cosaques. Cité à l'entrée "systema" dans F. Merdjanov, Analectes de rien, 2017
  87. Industrial Workers of the World (IWW) est un syndicat créé en 1905 dans la ville étasunienne de Chicago lors d'un congrès regroupant 200 délégués syndicalistes, socialistes, anarchistes et syndicalistes révolutionnaires. Larry Portis, IWW, le syndicalisme révolutionnaire aux États-Unis, éditions Spartacus, 2003
  88. Piotr Kropotkine, La conquête du pain, 1892 - En ligne
  89. Arnold Roller, La grève générale et la révolution sociale, 1902
  90. Bulletin de l'Internationale anarchiste, n°3, 31 mars 1908
  91. 91,0 et 91,1 Gizo "Koken" Yamaguchi (1883-1920). Membre de la Société de la Plèbe. Condamné en 1907 pour un éditorial du Journal de la Plèbe intitulé "Donne des coups de pied à tes parents". Éditeur de la revue Lumière (光) dont le thème principal est le matérialisme. Il écrit en autres Pour abattre l'impérialisme en 1903 et Le socialisme et les femmes en 1905. Peu avant sa mort en 1920, il publie Essai sur l'histoire de la lutte des classes. Sur Le Maitron - En ligne
  92. 92,0 92,1 et 92,2 Kanson Arahata (1887-1981). Rejoint la Société de la Plèbe à partir de 1904. Condamné à un an et demi de prison en 1908 dans l'Affaire des Drapeaux Rouges. Proche de Sakae Osugi avec qui il lance la revue Pensée Moderne en 1912. Membre de Comité Central du Parti Communiste du Japon à sa création, il devient député social-démocrate après la Seconde guerre dite mondiale
  93. Hideko Fukuda (1867 - 1927). Née dans une famille aisée, elle fonde la Société de discussion des Femmes dans la ville d'Okayama, puis organise une école privée pour les jeunes hominines femelles. Membre active du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple à la fin du XIXème siècle, elle se rapproche ensuite de la Société de la Plèbe. Elle publie son autobiographie en 1904 sous le titre Regards sur la première moitié de ma vie. Sur le Maitron - En ligne
  94. Fumiko Horimoto, Pioneers of the women's movement in Japan, Hiratsuka Raicho and Fukuda Hideko seen through their journals, Seito and Sekai fujin, 1999 - En ligne
  95. 95,0 et 95,1 Sugako Kanno, Sur le chemin de l’échafaud, 1910. Pour une traduction, voir Aurélien Roulland, Sugako Kanno : les derniers mots d'une intrépide, Éditions de Monde Libertaire, 2021.
  96. F. G. Notehelfer, Kotoku Shusui: Portrait of a Japanese Radical, Cambridge University Press, 1971. Cité dans Émile Carme, "Shusui Kotoku – Longue vie à l’anarchie !", Ballast, n°5, 2016 - En ligne
  97. Le Petit Parisien, 25 janvier 1911 - En ligne
  98. Mother Earth, février 1911 - En ligne
  99. "Threatened Execution of Socialists and Anarchists in Japan", Freedom, décembre 1910 - En ligne
  100. "Trois lettres de Kotoku", Le Réveil, 4 mars 1911 - En ligne
  101. Les Temps Nouveaux, 28 janvier 1911 - En ligne
  102. Les possessions allemandes de l'océan Pacifique sont, entre autres, l'île de Bougainville et celle de Kabakon, hauts lieux des cocovores.
  103. "La situation des classes laborieuses au Japon (5)", Échanges, n°114 - En ligne
  104. Entre mi-juillet et septembre 1918, l'archipel nippon est secoué par les émeutes du riz, en réaction à l'augmentation des prix. Cela débute par une manifestation pacifique dans une petite ville de pêche et la remise d'une pétition. La contestation s'étend et se radicalise. Des bâtiments officiels et des postes de police sont attaqués. Une quarantaine de grandes villes, environ 150 petites villes et autant de villages sont touchés. Plus de 25000 personnes sont arrêtées, plus de 8000 sont condamnées pour différents délits et quelques-unes à la peine de mort.
  105. Revue de la famille. Publiée d'avril 1903 à juillet 1909
  106. "L'amour chez les animaux", novembre 1906
  107. "Appel aux conscrits", L'anarchie - En ligne
  108. Lumière (光) est un bimensuel socialiste matérialiste fondé en novembre 1905 par Koken Yamaguchi et Shuho Yoshikawa.
  109. Publications des "Temps nouveaux", n° 31, 5e édition, 1904, 32 p - En ligne
  110. "Vie en prison (1906-1910)", Autobiographie. Dans Esibu, n°28, 2002 - En ligne. Une version complète en anglais - en ligne
  111. 111,0 et 111,1 Eros + Massacre de Kijû Yoshida, réalisé en 1969. Bande-annonce en ligne
  112. Christian Galan, Emmanuel Lozerand (dir.), La Famille Japonaise Moderne (1868-1926) – Discours et Débats, Éditions Philippe Picquier, 2011
  113. Ichiko Kamichika (1888 - 1981). Lors de ses études universitaires, elle rejoint les Bas-Bleus et devient enseignante. Elle est condamnée à quatre ans de prison pour son attaque contre Sakae Osugi. La peine est ramenée à deux ans après appel. Journaliste et écrivaine, traductrice et autrice de nombreux textes, elle devient par la suite élue au parlement nippon. Elle milite pour l'abrogation des lois punissant les prostituées.
  114. 114,0 et 114,1 Nestor Makhno (1888 - 1934). Né dans une famille cosaque dans l'actuelle Ukraine, il s'implique dès 1905 dans le mouvement anarchiste et est condamné à perpétuité pour la mort d'un gendarme. Libéré en 1917, il prend la tête de l'Armée Révolutionnaire Insurrectionnelle Ukrainienne dite "Makhnovchtchina" qui se bat contre les tsaristes puis les bolchevistes dans le sud-est de l'Ukraine russe. Forte de plusieurs dizaines de milliers d'hominines, cette armée anarchiste est battue en 1921. Nestor Makhno fuit la Russie et se réfugie en France où il meurt. Mémoires et écrits : 1917-1932 (trad. Alexandre Skirda), Paris, Ivrea, 2010
  115. Unosuke Hisaita (1877 - 1922). Il renonce à ses études de commerce pour se convertir aux mythologies christiennes, puis découvre le socialisme. Il participe à plusieurs journaux, dont le Journal du Travail pour lequel il est condamné à cinq mois de prison en 1918. Il est mort de froid en janvier 1922 lors d'une randonnée à la montagne pour y faire des croquis du paysage. Sur Le Maitron - En ligne
  116. 116,0 et 116,1 Kenji Kondo (1895 - 1969). Après des études d'économie, il se rapproche de Sakae Osugi dont la lecture du roman Combat pour la Vie le motive à militer pour l'anarchie. Il cofonde le journal Monde Ouvrier. Il participe en 1926 à la formation de la Ligue Noire de la Jeunesse et publie les dix volumes des œuvres complètes de Sakae Osugi. Sur Le Maitron - En ligne
  117. Piotr Kropotkine, L’Entraide, un facteur de l’évolution, 1902 - En ligne
  118. Piotr Kropotkine, Mémoires d'un Révolutionnaire, 1898 - En ligne
  119. Les travaux de l’entomologiste Jean-Henri Fabre ont été utilisés pour imaginer des relations amoureuses libérées au sein de la mouvance anarchiste nippone, d'après Hsiao-yen Peng, "A traveling text : Souvenirs entomologiques, Japanese Anarchism and Shanghai Neo-sensationism", Studies in Language and Literature, n° 17, 2007 - En ligne
  120. André Colomer (1886 - 1931). Individualiste et poète, il cofonde plusieurs revues artistiques dont L'Action d'art en 1913, "l’organe de l'individualisme héroïque." Il refuse de se battre pendant la Première guerre dite mondiale et fuit la France. Après guerre, il publie des textes et donne des conférences contre la guerre et le patriotisme dont À nous deux, Patrie ! en 1920 où il affirme que "guerre ou Révolution pourraient éclater. Ni l'une ni l'autre ne me compterait au rang de ses soldats ; ni l'une ni l'autre n'aurait mon sang de héros parmi ses rangs." Quelques années plus tard il nuance son propos : "Je serai avec les prolétaires quand ils se révolteront contre les ordres de l'État, quand ils feront figure d'insurgés - même s'ils réalisent cette insurrection sous les drapeaux rouges du bolchevisme." Il meurt à Moscou. Sur Le Maitron - En ligne
  121. Shizue Hayashi (1895-1945). Il participait avec Sakae Osugi au Groupe de Recherches sur le Syndicalisme. Peintre, il séjourne en France de 1921 à 1926, entre Paris, Lyon et Aix-en-Provence. Il a peint en 1919 un portrait de Sakae Osugi, intitulé Monsieur O. le jour de sa sortie de prison
  122. Le Libertaire, 4 mai 1923 - En ligne
  123. Iku Araki (1888 - 1943). Née dans une famille d'aubergiste, au sein d'une adelphie de 10 enfants, elle fait connaissance de Raicho Hiratsuka et de Sohei Morita dont elle apprécie les écrits. Elle participe à Bas-Bleus dès ses débuts et y publie plusieurs articles. En 1914, elle publie un recueil de nouvelles La fille du feu. Jamais mariée, elle mène sa vie amoureuse et sexuelle hors de ce cadre. Elle soutient l'Association des Femmes Nouvelles. Devenue pauvre et alcoolique, elle en meurt à 53 ans.
  124. Marion Saucier, "Le débat dans Seito sur la femme nouvelle, atarashii onna" - En ligne. Tomomi Ōta, "Quand les femmes parlent d’amour… : le discours sur l’amour dans Seito" - En ligne. Isabelle Konuma, "La chasteté, d’un devoir vers un droit, au prisme du débat (1914-1916) autour de Seito" - En ligne. Parus dans le n°48 de Esibu en 2012 intitulé "Naissance d’une revue féministe au Japon : Seito" - En ligne
  125. 125,0 et 125,1 Haru "Raicho" Hiratsuka (1886 - 1971). Née dans une famille dont le père est haut fonctionnaire, elle est diplômée de l'université pour femmes du Japon. Elle et Morita Sohei, son amant et professeur d'anglais, tentent de se suicider en 1908, sans succès. Elle est la traductrice, entre autres, de l'écrivaine féministe suédoise Ellen Key et de La maison de poupée d'Enrik Ibsen - En ligne. Elle est l'autrice des premiers mots qui ouvrent le premier numéro de la revue Bas-Bleus : "Au commencement, la femme a été le soleil". À partir de 1914, elle vit ouvertement avec Hiroshi Okumara sans être marié avec lui. Illes ont deux enfants et ne se marient qu'en 1941. Christine Lévy, "Raichô (1886-1971), autobiographie d'une pionnière du féminisme au Japon" dans Écritures de femmes et autobiographie, Maison des Sciences de l'homme d'Aquitaine - Université de Bordeaux III, 2001. Christine Lévy, "Hiratsuka Raichô et le refus du modèle familial moderne" dans La famille japonaise moderne (1868-1926), Picquier, 2011.
  126. Satsuki Harada (1887 - 1933). Elle est mariée à l'âge de 17 ans mais le mariage est annulé après qu'elle ait contracté une pneumonie. Elle se marie en 1915 à Jun Harada avec lequel elle fait deux enfants. Elle divorce en 1932. Membre de Bas-Bleus et de la revue de l'Association des Femmes Nouvelles dans lesquels elle écrit plusieurs articles sur l'autonomie financière, l'avortement, la critique de la famille, etc. Pauvre et malade, elle se suicide en 1933.
  127. Les traductions de ces textes "polémiques" sont disponibles dans Christine Levy, Genre et modernité au Japon : la revue Seitô et la femme nouvelle, Archives du féminisme, 2014
  128. Selon le titre du livre La liberté ou rien. Contre l'État, le capitalisme et le patriarcat, une anthologie de textes d'Emma Goldman parue en 2021 aux Éditions Lux.
  129. "chef" en espagnol. Prononcer "réfé"
  130. Booba, "KOA" sur l'album "Ultra", 2022 - En ligne
  131. Kikue (Aoyama) Yamakawa (1890 - 1980). Elle étudie dans un collège d'anglais pour "jeunes filles" et découvre le socialisme au contact de Sakae Osugi et d'autres, dont Hiroshi Yamakawa, un des membres fondateur du Parti Communiste du Japon, avec qui elle se marie en 1916. Elle écrit dans Bas-Bleus à partir de 1916 et traduit plusieurs écrits dont Le sexe intermédiaire : étude de quelques types transitionnels d'hommes et de femmes et L'avènement de l'Amour. Série d'articles sur les relations entre les sexes du britannique et homosexuel Edward Carpenter. Au cours de sa vie, elle publie des textes sur le travail des hominines femelles et milite pour une meilleure prise en compte de celles-ci dans les syndicats et les partis politiques, communiste puis social-démocrate. En 1943, elle publie Les femmes dans les familles de guerriers où elle raconte la vie de la génération de sa grand-mère et, en 1956, La vie de deux générations de femmes où elle revient sur sa propre vie et celle de sa mère. A. Itô et C. Sereni, "Yamakawa Kikue et la dénonciation des discriminations" dans Japon colonial, 1880-1930. Les voix de la dissension, 2014
  132. ref
  133. Guy de Maupassant, La parure, 1884 - En ligne
  134. Maurice Maeterlinck, Les Aveugles, 1891 - En ligne
  135. Cesare Lombroso, L'homme de génie, 1877 - En ligne
  136. M. D. Grmek, "Histoire des recherches sur les relations entre le génie et la maladie", Revue d'histoire des sciences et de leurs applications, tome 15, n°1, 1962 - En ligne
  137. Cesare Lombroso, L'Homme criminel, 1876, page 320-321 - En ligne
  138. Philippe Pelletier, "Ôsugi Sakae, Une Quintessence de l'anarchisme au Japon", Ebisu, n°28, 2002 - En ligne
  139. Max Stirner, L'Unique et sa propriété, 1844 - En ligne
  140. "Soutra" sur le Trésor de la langue française - En ligne
  141. 141,0 et 141,1 無, prononcer "mu", désigne "rien" ou la "non-existence" dans la mythologie bouddhienne. Un emprunt au chinois 無, prononcer "wu", qui exprime la vacuité dans le taoïsme.
  142. Voltaire, Zadig, 1747 - En ligne. Traduction en japonais en 1921
  143. Henri Barbusse, L'enfer, 1908 - En ligne. Traduction en japonais en 1920
  144. Traduction en japonais en 1922
  145. Charles Baudelaire, N'importe où hors du monde - En ligne. Traduction en japonais en 1923
  146. Thomas de Quincey, Confessions d'un mangeur d'opium anglais, 1821-1822 - En ligne. Traduction en japonais en 1918
  147. Oscar Wilde, De Profundis, 1897 - [En ligne]. Traduction en japonais en 1919 de la version expurgée parue en 1905.
  148. Edgar Allan Poe, Ombre, 1835 - En ligne. Traduction en japonais en 1921
  149. George Moore, Confessions d'un jeune anglais, 1888 -En ligne. Traduction en japonais en 1921.
  150. Liste d'après Erana Jae Taylor, Tsuji Jun. Japanese Dadaist, anarchist, Philosopher, Monk, 2000 - En ligne
  151. Traduite dans Jean-Claude Lanne, Mitsuko Lanne, "Le futurisme russe et l'art d'avant-garde japonais", Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 25, n°4, octobre-décembre 1984 - En ligne
  152. 152,0 et 152,1 Poésie par le fait/faire, 2021 - En ligne
  153. Contrairement à son frère Vladimir qui déplaçait avec lui 20 kg d'haltères pour symboliser la vie des hominines.
  154. Décret sur la poésie, Rostov sur le Don, août 1920 - En ligne
  155. Takehashi Shinkichi
  156. mouvement dada
  157. Marc Dachy, Dada au Japon, PUF, 2002
  158. Kyojiro Hagiwara (1899-1938). Poète, il cofonde en 1923 la revue poétique dadaïste Noir et Rouge (赤と黒, prononcer "aka to kuro").
  159. Cité dans l'article Jun Tsuji sur Wikipédia
  160. Han Ryner, Petit manuel individualiste, 1903 - En ligne. Cité à l'entrée "travaux pratiques" dans F. Merdjanov, Analectes de rien, 2017
  161. Jun Tsuji, Romance d'un vagabond, 29 juillet 1921. D'après la traduction sur la page Jun Tsuji de Wikipédia. Version originale en japonais - En ligne
  162. Cité à l'entrée "le silence est d'or" dans F. Merdjanov, Analectes de rien, 2017