Protivophilie

De wikimerdja
Aller à : navigation, rechercher

Protivophilie. Méthode de décryptage de la vie et de l'œuvre de F. Merdjanov


Étymons

Le terme protivophilie est composé, d'une part, de l'étymon slave protiv qui signifie "contre", dans le sens de "opposé à", et d'autre part de l'étymon grec phili qui signifie "pour", dans le sens de "attiré par". En français le terme de contre a un double sens. Il exprime tout autant la proximité que l'opposition. Ainsi "être contre" renvoie au fait d'être très proche alors que "être contre" indique une très forte défiance vis-à-vis de la chose contre laquelle nous sommes.

Rien ?
Dans l'état actuel de nos connaissances, la première mention du terme protivophilie apparaît dans le texte "Vie et œuvre de F. Merdjanov", publié en annexe des Analectes de rien par Gemidžii Éditions. Selon les passages et les ambivalences dans le choix des mots, sa rédaction semble être le fait d'une ou plusieurs personnes qui, à mots couverts, s'auto-désignent créatrices du concept et se disent inspirées de leur rencontre avec B. Smotivni. En quelques mots, la protivophilie est définit ainsi :
La protivophilie n’est pas une foi ou une croyance, elle est une remise en cause permanente. La protivophilie n’est ni une science ni une théorie, elle est un doute persistant. À la grande question de savoir à quoi elle sert [...] : à rien. L’affirmation protivophile est que nous basons notre cause sur rien.[1]

Rien dans ce texte n'indique les raisons du choix de ce néologisme mais il nous renseigne sur le pourquoi du rejet d'autres possibilités :

D’autres options que le terme "protivophilie" s’offrent à nous, mais toutes ne permettent pas la finesse de la racine protiv. Et certaines existent déjà. La paraphilie, par exemple, définit, selon les spécialistes de la sexualité médicalisée, une propension aux déviances sexuelles en tout genre. Construite sur para avec le sens de proximité, de contact et non avec para au sens de contre, "opposé à". Ne pas confondre avec la parologie qui serait une science de la parole qui s’écoute parler, à mille lieux des pratiques de la protivophilie. Ni avec le paralogisme qui nous obligerait à lire de la philosophie pour savoir ce qu’il en est exactement. La nihilogie ou la nihilophilie – basées sur le radical nihil au sens de "rien" – ne sonnent pas très bien. Quant à la protivologie, elle risque d’inciter à une énième imposture scientiste, un savoir sur rien.[1]

Basique

La protivophilie se laisse à divaguer pour mieux étudier l'œuvre de F. Merdjanov et ne cherche qu'à confirmer ainsi que de cette évanescence personnifiée il n'y a rien de plus à savoir. Pour mener à bien cette tâche basique, la communauté protivophile s'est dotée[2] d'un outil puissant avec ce wikimerdja qu'elle présente comme une encyclopédie pour rien.

Le développement fulgurant de la protivophilie dans la période séparant la première mention connue de F. Merdjanov et la publication [...] des Analectes de rien met en avant l’impossibilité d’en savoir beaucoup plus sur la vie de son auteur. Nous avons cependant beaucoup à en dire.[1]

Fumier

Sans qu'ils soient explicitement cités, l'affirmation protivophile renvoie aux écrits de Max Stirner et particulièrement au texte L'Unique et sa propriété (1844) dans lequel l'auteur affirme "Je n'ai basé ma cause sur rien"[3]. Malgré cela, il serait réducteur de classer la protivophilie parmi les seuls courants de pensée individualistes tant les sources de F. Merdjanov sont diverses. Tout au plus peut-elle être qualifiée de "sensibilité individualiste"[4], pour reprendre le titre d'un texte de 1909 de Georges Palante.

Suffit-il de se proclamer individualiste ?
Non. Une religion peut se contenter de l’adhésion verbale et de quelques gestes d’adoration. Une philosophie pratique qui n’est point pratiquée n’est rien. [5].

La protivophilie pourrait être qualifiée outrageusement de nihilisme alors que cette construction en -isme laisse transparaître ici une simple illusion rhétorique : le nihilisme n'est pas contre, il est pour. Or, la protivophilie, elle, est contre. Depuis son apparition dans le contexte de la Russie du XIXème siècle, l'emploi du qualificatif de "nihilisme" est généralement utilisé pour dénigrer, ou du moins caricaturer, ceux et celles qu'il désigne[6]. Ce terme désigne aussi un courant littéraire russe[7] et suscitera plus tard un engouement chez certains auteurs tels Albert Camus[8], Hans Magnus Enzensberger[9] ou Oscar Wilde[10]. Une sorte de fascination pour les tenants du Catéchisme du révolutionnaire[11] et son auteur, l'amant russe d'Albertine Hottin.

[...] bien loin de la protivophilie, un catéchisme, même révolutionnaire[11][12], n’en reste pas moins un catéchisme[13], avec sa martyrologie, ses oublis de soi et sa négation des autres[1]

Les thèses marxistes ont autant ébranlé la vision du monde qu'elles sont parvenues à le changer selon ses détracteurs, alors qu'elles sont fondamentales pour d'autres qui s'en saisissent pour révolutionner ce monde. Certains relativisent. Les écrits de Karl Marx ont été interprété par des générations de révolutionnaires qui y ont puisé inspiration et explication de leurs révoltes contre. La myriade d'interprétations s'appuient sur les nombreux textes, articles et lettres de Karl Marx qui ne constituent évidemment pas un corpus totalement cohérent. Dans des contextes et des époques différentes, les marxistes ont produit une littérature conséquente en vue d'analyser le monde qu'ils espèrent voir changer. Toutes les tentatives ont pour l'instant échoué. La fragmentation infinie en courants antagonistes est tout autant la conséquence d'une lecture pointue des écrits de Marx que d'un libre questionnement qui s'en éloigne tellement qu'il en oublie la question. Même s'il serait fallacieux de voir dans la protivophilie une énième déclinaison des thèses marxistes il n'en reste pas moins qu'elle se rattache, par sa pratique et ses écrits, au monde du spectacle - comme les clowns ou les trapézistes par exemple - et plus spécifiquement à un petit courant de l'illusionnisme que l'on qualifie généralement d'anti-illusion ou prestidigitation marxiste. Pour élaborer sa grille d'analyse marxiste, cette tendance marginale s'appuie sur une lettre de Marx à son ami Engels :

Costume intégral de Hulk. Pour se sentir indestructible dès 3 ans.
Il est possible que je doive faire une pirouette. Mais dans ce cas il est toujours possible de s'en sortir avec un peu de dialectique. J'ai développé mes arguments de façon à avoir également raison dans le cas contraire[14]

Que l'individualisme puisse être considéré dans l'absolu comme le meilleur allié de l'anarchisme est une chose, mais que ce dernier fasse de l'individu une centralité absolue en est une autre. Il n'en reste pas moins que l'anarchisme est la théorie politique la moins hostile à l'individualisme. La relation entre les deux est très protivophile, elle se pose contre. Dans son sens de proximité et dans celui d'opposition. Cette relation est faîte d'entente, de croisements et de limites. S'il ne suffit pas de se proclamer individualiste pour l'être, il en va de même avec anarchiste. En effet, ce terme désigne une personne qui soutient qu'elle est pour l'anarchie mais ne dit rien sur sa réalité. Vit-elle réellement en anarchiste, dans le présent, ou simplement espère-t-elle l'anarchie dans un futur plus ou moins proche ? Ce qui rapproche l'individualisme de l'anarchisme est aussi leur volonté de se situer contre les planifications et le dirigisme dans la guerre sociale infinie comme le souligne très bien le documentaire Avengers. Infinity War[15] dans le dialogue entre, d'un côté, Drax le Destructeur et sa bande et, de l'autre, Iron Marx et les siens.

- Ok, j'ai un plan. Enfin, le début d'un plan. C'est très simple...
[Baillements]
- T'es en train de bailler au moment même où j'expose mon plan ! T'as entendu ce que j'ai dis ?
- J'ai arrêté de t'écouter quand t'as dis "J'ai un plan"
- Waouh, Mr Net est vraiment dérangé
- Faut savoir que la planification c'est pas du tout leur truc...
- Et c'est quoi exactement leur truc ?
- C'est ça passe ou ça casse...
- Ouais, c'est ça
- Il va falloir qu'on s'entende. Si on est trop présomptueux, on n'a pas la moindre chance...
- Nan, on est pas présomptueux. On sait même pas ce que ça veut dire ! Par contre restons positifs : J'aime bien votre plan, sauf qu'il est nul...

Librement inspiré de Los Siete Locos (Les Sept Fous - 1929) de Roberto Arlt et de Guignol's Band de Louis-Ferdinand Céline, le film Los Porfiados de l'argentin Mariano Torres Manzur [16] s'ouvre sur une devise qui illustre parfaitement ce qu'est la protivophilie.

Se faire des illusions est un problème dans la mesure où, justement, il est question d’une illusion

Contamination

Même si elle s'est construite contre, la protivophilie n'échappe pas aux sciences développées par les hominines et à leurs limites. Que ce soit dans les domaines dits des sciences sociales ou dans ceux des sciences "dures". Plus discret, le phénomène de contamination propre à la protivophilie s'est doucement propagé dans l'ensemble des sciences. Insidieusement, la géographie, les mathématiques, la biologie, l'histoire, la linguistique, l’entomologie, la gastronomie, la chimie, la physique quantique et tant d'autres sont dorénavant marqués du sceau indélébile de la contamination protivophile. L'acharnement de la protivophilie à confirmer que de F. Merdjanov il n'y a rien à ajouter a permis de nouvelles approches. Par ses recherches en direction de rien les implications sont multiples pour ces sciences non-protivophiles qui, dorénavant, ne peuvent plus les ignorer.

Il est difficile d'établir une nomenclature complète des domaines explorés par la protivophilie et d'en lister ici toutes les conséquences sur les sciences des hominines. Nous nous contenterons de n'en citer que quelques-uns.

Archéozoophilie

Composite, cette application de la protivophilie à l'étude des rapports entre les hominines et les autres espèces du vivant tente d'en "mesurer" l'intensité. De la place d'Egosolistus Hominina - dit Ladislav Klíma - dans le règne du vivant et de son cousinage avec les hominines à la mise en évidence de la présence historique de taenia dans le hameau de Rien, des amours canines de Claudine de Culam aux marronnages bovins de l'île d'Amsterdam, des orgasmes ovins de François Augieras à l'histoire de Achtag (#) le chat, l'archéozoophilie dévoile des pans entiers des relations complexes entre les hominines et ce qu'ils appellent les "animaux", cette vaste catégorie du vivant créée par les sociétés hominines – et donc subordonnée[17]. Elle va de ceux utilisés pour l'alimentation[18] ou les loisirs[19], le travail[20] ou la guerre[21], aux animaux de compagnie. Plus généralement elle englobe l'ensemble du vivant animé, des insectes aux primates.

Mathématiques protivophiles

Le postulat que le hameau de Rien est le centre de la planète terre n'est pas une approche romantique mais une observation attentive d'un globe terrestre et de quelques notions de mathématiques non-euclidiennes. Si à partir d'un point sur une sphère nous traçons plusieurs lignes droites (en fait courbes) dans différentes directions, pour rejoindre ce point, nous constatons qu'elles mesurent toutes la même longueur. Il en est évidemment de même lorsque Rien est défini comme étant ce point. Ce qui est le cas dans la protivophilie. Rien est objectivement au centre du monde car, subjectivement, nous en avons décidé ainsi, et inversement. Car, selon la géo-mathématique, il est à équidistance de lui-même.

La théorisation de la constante "Acte Copulatoire Acte Binaire" (ACAB) permet dorénavant de calculer, selon les générations, le nombre précis d'actes copulatoires féconds nécessaires à l'existence de chaque hominine. Elle est notée [2n/2 - 1] où n est le nombre de génération et ne peut être égal à 1 car il faut au moins un acte copulatoire pour avoir deux générations. Pour chaque hominine il a nécessité un acte reproducteur de la part de ses géniteurs - noté [22/2 - 1 = 1] - qui, eux-mêmes, ont nécessité un acte reproducteur de leurs propres géniteurs - noté [23/2 - 1 = 3]. Si l'on remonte ainsi sur cinq générations, il en a fallu 15 et sur dix il y en a eu 511. Et ainsi de suite.

Quelques esperluettes
Adepte de la macédoine, la protivophilie a expérimenté une approche linguistico-mathématique dans laquelle elle fait sienne cet énoncé algébrique : "La conjugaison complexe est un automorphisme de corps" [22]. Ainsi, le verlan complet de protivophilie peut être considéré comme un automorphisme de corps. La démonstration est simple. Le verlan classique de "protivophilie" peut se noter phili-protivo (ou fili-protiv) et si l'on applique à cela une inversion sémantique à chaque partie du nouveau terme, phili devient protivo et protivo se transforme en phili. Rappelons ici que protivo signifie "contre" et phili "pour". En tant que conjugaison complexe, le verlan complet transforme protivophilie en un automorphisme de corps. Des recherches seront nécessaires pour en trouver d'autres. Dans les mathématiques classiques, seuls les nombres complexes[23] ont cette même propriété. Avec les maigres moyens mnémotechniques à sa disposition, la protivophilie a nommé cette particularité par l'acronyme ACAB pour Automorphisme de Corps Automorphisme Bilatéral.

Lors de la traduction du macédonien au français d'un texte de F. Merdjanov des difficultés interprétatives et graphiques se sont posées. Le risque est d'induire une confusion dans la compréhension du titre, composé de deux parties "Le tout" et "Le rien" séparées par une virgule. Les mathématiques classiques possèdent quatre signes pour noter les opérations essentielles que sont l'addition, la soustraction, la multiplication et la division, respectivement +, -, x et /. Avec ces signes opératoires, il n'est pas aisé de mettre en rapport "Le tout" et "Le rien". Classiquement, la multiplication d'un chiffre par lui même se dit exposant, dont la valeur est selon le nombre de fois désiré. Par exemple, 2 x 2 x 2 se dit "2 exposant 3" et se note 23. En utilisant cet aspect multiplicateur on peut poser avec certitude [24] que n0 = 1 quelque soit la valeur de n, ce que confirment les premiers études sur le calcul du nombre d'ascendant d'un hominine de Rien noté [2n - 1]. A zéro génération il ne peut y avoir personne de vivant, ainsi pour que [2n - 1] soit égal à zéro lorsque n représente le nombre de générations il convient que [2n=0] soit égal à 1.

Tout + Rien = Tout
Tout - Rien = Tout
Tout x Rien = Tout
Tout / Rien = Tout
ToutRien = Tout

Ainsi, du point de vue de la traduction, il ne peut y avoir l'un des quatre signes opératoires entre "Le tout" et "Le rien" car le résultat fait systématiquement disparaître "Le rien". Motivée à mettre rien en avant par tout, tout autant que le contraire, la protivophilie ne peut se permettre une telle erreur de traduction linguistico-mathématique.

Nos travaux quant à la création d’un signe particulier, un peu comme l’esperluette &, entre le slash et les deux points pour exprimer le rapport protivophile entre deux choses n’ayant pas encore abouti, nous avons préféré conserver la virgule entre "le Tout" et "le Rien", comme dans la version originale en macédonien.[1]

Gastro-entomologie

Les premiers travaux sur la salade chopska, puis plus récemment sur la salade niçoise, ont ouvert un champs d'investigation jusqu'alors inexploré dans le domaine de la gastronomie, de l'histoire et de l'entomologie. Par des approches intersectionnelles, la protivophilie tente de rendre compte de l'évolution du principe culinaire de macédoine - c'est à dire un mélange d'ingrédients crus - de la préhistoire des hominines jusqu'à la période actuelle. Après la parution du premier article scientifique sur ce sujet de la macédoine de légumes, une histoire universelle et populaire reste encore à écrire.

Antiphilie

Être "contre" est avant tout une attitude joyeuse qui mène à rien. L'antiphilie pose que si "Le savoir est une arme", rien n'empêche alors de tourner le canon en direction de sa propre bouche. Macédoine lunatique, l'antiphilie recoupe "tout et rien" avec pour préoccupation essentielle de mettre fin au désespoir. En réduisant l'espoir à rien. Pour se faire, l'antiphilie regroupe subjectivement dans une rubrique ainsi intitulée quelques textes que rien ne lie, si ce n'est la protivophilie.

Et à l'école ils m'disaient d'lire,
voulaient m'enseigner qu'j'étais libre...
Va t'faire niquer toi et tes livres.[25]

Régurgitations

Quelques citations concernant la protivophilie, vue par elle-même :

  • Si l'exégèse religieuse n'apporte rien à tout, la protivophilie rapporte tout à rien. L'une répond, l'autre questionne.
    - Voir Macédonien
  • Si la protivophilie perçoit aisément que "faire mourir" ou "laisser mourir" n'ont pas la même construction grammaticale, la nuance qu'introduit une intention différente est difficile à discerner au regard des conséquences individuelles ou collectives.
    - Voir Pridniestrie
  • D'un point de vue protivophile, il n'est pas plus compliqué de faire un lien entre Rambo et les îles Spratleys que de réussir à citer F. Merdjanov dans un article consacré à un archipel dont nous ne sommes pas sûr qu'il fut une destination pour F. Merdjanov. Ni même qu'il lui soit connu.
    - Voir Spratleys
  • Auto-définie comme une discipline contre, rejetant les illusions, la protivophilie ne se résout pas à accepter les identités collectives et par conséquent n’accepte pas le principe même de "langue".
    - Voir Français, Nissard, Macédonien
  • La protivophilie évacue la question de dieu, inutilité humaine qui persiste à affirmer et à incarner une omniprésence, une omnipotence et une omniscience. Une vision très éloignée des prétentions de la protivophilie à rien. [...] Inutile de s’évertuer à tuer dieu, car il n’existe pas. Le même raisonnement est applicable avec le Père Noël ou le dahu.[1]
    - Voir Qarmates

Notes

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Vie et œuvre de F. Merdjanov - En ligne
  2. Après un refus en février 2017 d'une page consacrée à F. Merdjanov sur l'encyclopédie wikipedia. Voir la discussion à propos de ce refus.
  3. Max Stirner, L'Unique et sa propriété, 1844 - En ligne
  4. Georges Palante, La sensibilité individualiste, 1909 - En ligne
  5. Han Ryner, Petit manuel individualiste. Cité à l'entrée "travaux pratiques" dans Analectes de rien
  6. Michaël Confino, "Révolte juvénile et contre-culture : Les nihilistes russes des "années 60", Cahiers du monde russe et soviétique, 1990 - En ligne
  7. Wanda Bannour, Les nihilistes russes, Aubier Montaigne, 1974
  8. Albert Camus, L'Homme révolté
  9. Hans Magnus Enzensberger, Les rêveurs de l'absolu, Éditions Allia, 1998
  10. Oscar Wilde, Vera ou les nihilistes, Paul Vermont, 1977
  11. 11,0 et 11,1 Serge Netchaiev, Le Catéchisme du Révolutionnaire, 1869 - En ligne
  12. Mikhaïl Bakounine, Catéchisme révolutionnaire, 1865 - En ligne
  13. Mikhaïl Bakounine, Relations avec Serge Netchaiev (1870 - 1872), Éditions Tops / H. Trinquier, 2003
  14. Lettre de Karl Marx à Engels du 15 août 1857 dans laquelle il évoque la situation dans les Indes britanniques - En ligne
  15. Le documentaire Avengers. Infinity War est réalisé en 2018 - Voir la bande-annonce en ligne
  16. Los Porfiados (Les Acharnés) réalisé en 2002 par Mariano Torres Manzur
  17. Robert Delort, Les animaux ont une histoire, Seuil, 1984. Éric Baratay, Le point de vue animal. Une autre version de l’histoire, Seuil, 2012. Peter Singer, L’égalité animale expliqué aux humain-es, Tahin Party, 2011 - En ligne
  18. Jean-Denis Vigne, Les débuts de l’élevage, Le Pommier, 2012
  19. Voir par exemple Élisabeth Hardoin-Fugier et Éric Baratay, Zoos. Histoire des jardins zoologiques en Occident. XVIème – XXème siècle, La Découverte, 1998. Éric Baratay et Élisabeth Hardouin-Fugier, La Corrida, P.U.F., 1995 - En ligne
  20. Éric Baratay, Bêtes de somme. Des animaux au service des hommes, Éditions de la Martinière, 2008
  21. Éric Baratay, Bêtes des tranchées, des vécus oubliés, CNRS Éditions, 2013
  22. MicMaths, "La conjugaison complexe est un automorphisme de corps" - En ligne
  23. Page wikipedia sur les nombres complexes - En ligne
  24. MicMaths, "Comment multiplier rien du tout ?", 2014 - En ligne
  25. Lunatic feat Malekal Morte, "Homme de l'ombre" sur l'album Mauvais œil, 1997 - En ligne