Saint-Paul et Amsterdam (Îles)

De wikimerdja
Aller à : navigation, rechercher

Saint-Paul et Amsterdam (Свети-Павле et Амстердам en macédonien - Sant Pau et Amsterdam en nissard) sont deux petites îles de l'Océan Indien distantes de 90 km.

Localisation protivophile

Les îles Saint-Paul et Amsterdam
Distantes l'une de l'autre de 90 km, les îles Saint-Paul et Amsterdam sont respectivement situées à 11543 et 11468 km de la rue Catherine Ségurane à Nice, ville de naissance de F. Merdjanov. Ce qui, en terme protivophile, signifie qu'elles sont distantes d'environ 10585 et 10510 du monument aux Bateliers à Skopje en Macédoine tout en restant éloignées entre elles de la même distance de 90km. Les îles les plus proches sont celles des Kerguelen à 1325 km au sud. Saint-Paul et Amsterdam sont géographiquement dans le sud de l'Océan Indien, au nord du 40° parallèle, au dessus de la zone de rencontre entre les eaux chaudes de cet océan et les eaux froides de l'antarctique. Le climat est tempéré et ne connaît ni la neige, ni le gel. La température la plus basse est au alentour de 10° et la plus chaude de 20°. Les deux îles sont les pointes émergentes d'un plateau montagneux sous-marin bordé par des fonds de 3000 mètres. Saint-Paul fait 8 km2 et culmine à 268 mètres au dessus du niveau de la mer, et Amsterdam, plus au nord, 58 km2 avec un point culminant à 881 mètres. Les deux îles sont des volcans dont l'activité sous-marine a mené à leur apparition progressive. La flore qui s'est développée sur ces gros rochers sortis des eaux est faîte de hautes herbes et de fougères. Seule l'île Amsterdam contient une espèce d'arbre, le Philica arborea. Probablement importé par des oiseaux de passage, cet arbre est présent dans l'île Tristan da Cunha, située sur la même latitude mais dans l'océan Atlantique à plus de 7500 km à l'ouest. Outre les quelques espèces d'oiseaux sources de graines et de fertilisants, la faune locale se compose de petites colonies de mammifères marins de type otaries ou éléphants de mer, et plus occasionnellement de phoques, pour lesquels les îles servent de zone de reproduction. Nulle présence de mammifères terrestres. L'albatros d'Amsterdam est un type de grand oiseau marin que l'on ne trouve que sur cette île et dont la population totale est estimée aujourd'hui à quelques 50 individus. Le pourtour maritime des îles Saint-Paul et Amsterdam est riche en poissons et en langoustes.

Homininisation

La première mention connue de l'île Amsterdam par des hominines date de 1522 après Jésus aka Christ©[1] et celle de Saint-Paul de 1559. Les navigateurs ne s'y arrêtent pas mais les cartographient. Saint-Paul est ainsi nommé en référence au navire portugais São Paulo qui la découvre en 1559 et Amsterdam est une référence au navire hollandais Nieuw Amsterdam qui mouille au large de l'île en 1633. Le premier débarquement d'hominines sur la terre ferme des deux îles a lieu en 1696. Situées non loin de la route commerciale maritime entre le sud de l'archipel indonésien et la pointe du sud de l'Afrique, entre l'Asie et l'Europe, les îles Saint-Paul et Amsterdam sont connues des navigateurs et des pêcheurs qui viennent dans la région à partir du début du XVIIème siècle y traquer baleines, phoques, poissons et langoustes. Les deux îles sont parfois confondues. La première occupation durable d'hominines sur Saint-Paul est l'abandon de cinq marins bretons par un navire de pêche étasunien en septembre 1792, lesquels survivent pendant 40 mois en chassant des mammifères marins. Quatre d'entre eux sont secourus en décembre 1795[2]. Revendiquées par personne, Saint-Paul et Amsterdam sont alors terra nullius.

En 1842, Adam Mieroslawski, un navigateur français d'origine polonaise, "redécouvre" les îles et un an plus tard sollicite une reconnaissance par la France de sa souveraineté sur Saint-Paul et Amsterdam. Les autorités françaises prennent officiellement possession des deux îles volcaniques en y envoyant un détachement militaire et quelques pêcheurs. Jugées de peu d'intérêt économique, et face à l'opposition du royaume britannique[3], elles sont rapidement abandonnées par la France qui renonce à ses prétentions et retire ses militaires. Finalement, une pêcherie et une conserverie sont installées sur Saint-Paul par Adam Mieroslawski en 1845 mais l'activité périclite et ne survit pas à la mort du découvreur-entrepreneur franco-polonais. L'entreprise ferme en 1853.

Venus de l'île française de la Réunion, la famille Heurtin et quelques paysans s'installent en décembre 1870 sur Amsterdam avec 5 bovins pour y faire de l'élevage et des cultures. Devant les difficultés, ils doivent y renoncer et retournent à la Réunion en août 1871. Les bovins sont abandonnés. Sur Saint-Paul, ce sont 289 britanniques qui, contraints par le mauvais état de leur bateau, débarquent sur l'île. Ils y restent trois mois avant d'être secourus. Durant l'hiver 1874-1875, la France et l'Allemagne envoient des expéditions scientifiques afin d'observer le passage de la planète Vénus entre le Soleil et la Terre. Membre de l'expédition française, un géologue publie en 1878 une description des deux îles[4].

Langousterie de Saint-Paul en 1931
Finalement, la France s’accapare les deux îles en 1892 en y plantant son drapeau[5] et les intègre en 1924 à sa colonie de Madagascar. Depuis la première tentative d'implantation d'une pêcherie en 1845, plusieurs autres se soldèrent par des échecs. Fin 1928, deux fils d'un armateur baleinier du Havre investissent dans un projet de mise en conserve de queues de langoustes sur Saint-Paul[6], La langouste française. La construction de l'atelier finie, la production est de plusieurs milliers de langoustes par jour. La méthode est simple : les manchots et les oiseaux sont tués à coup de bâton pour servir ensuite d’appât pour les langoustes, ravies. La pause de l'hiver austral entre mars et octobre n'est qu'un court répit pour les chassées et leurs malheureux appâts. Une centaine de personnes sont recrutées pour la seconde saison qui dure de octobre 1929 à février 1930. La plupart sont malgaches et les autres - hommes et femmes - sont originaire de Bretagne. Sept acceptent de rester pendant l'hiver, jusqu'en octobre, afin d'entretenir les installations. Six sont bretons - dont une femme - et un est malgache[7]. Oubliés par leurs employeurs, illes sont abandonnés à leur sort pendant 10 mois[8]. Astreints à de la viande en conserve comme unique nourriture, trois meurent du scorbut. Un autre se perd en mer en tentant de fuir. L'enfant née sur place n'a survécu que deux mois. Lorsqu'une nouvelle équipe arrive en décembre 1930 à Saint-Paul, Louise Brunou, Julien Le Huludut et Louis Herlédan sont encore vivants. Seul ce dernier décide de repartir. Les deux autres restent[9] pour une nouvelle session avec la centaine d'ouvriers - hommes et femmes - malgaches fraîchement recrutés et les quelques dizaines d'européens les encadrant. L'exploitation de la langousterie tourne au rythme de 6000 langoustes par jour. Les conditions d'hygiène et la mauvaise nourriture affaiblissent les colons. En mars 1931, une épidémie de béribéri frappe les malgaches. Quarante quatre d'entre eux en meurent. L'île est entièrement évacuée et la langousterie abandonnée[10]. L'entreprise fait faillite.
Dans cette île où il n'y a rien, il y a un cimetière[11]

Après la Seconde guerre mondiale, la France installe une station climatique au nord d'Amsterdam sur laquelle quelques hominines se rendent pour des missions scientifiques spécifiques. Il n'y a aucun résidant permanent. Saint-Paul est épargnée de toute présence d'hominines et les anciennes installations sont en ruine. Administrativement, les deux îles forment un district au sein des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) qui regroupent les possessions coloniales françaises dans le sud de l'Océan Indien, dont Tromelin. Les îles et leurs eaux territoriales sont classées en réserve naturelle, et la présence d'hominines est réglementée. Soumis à des quotas, le massacre des langoustes continue.

Bovinisation

Restes bovins

Lorsque la famille Heurtin quitte Amsterdam en 1871, cinq bovins sont abandonnés sur place. Illes sont les seuls mammifères terrestres de l'île et n'ont aucun prédateur. Les hominines, désormais absents, ne les contrôlent plus et les bovins se lancent dans le marronnage[12]. L'herbe locale et le Philica arborea sont suffisamment abondant pour combler la panse des bovins. Petit à petit illes explorent l'île et s'installent où bon leur semble. Les bovins pouvant se reproduire toute l'année, les bonnes conditions entraînent la multiplication du groupe. Loin des contraintes imposées de l'élevage, les bovins s'organisent librement. Plutôt grégaires, illes se regroupent en troupeaux dans lesquels n'existent pas de hiérarchie. Les individus entretiennent entre elleux des relations affinitaires. Un siècle plus tard, la population bovine de l'île est estimée à 2000 individus. Jugées responsables d'un important déséquilibre écologique causé par leur ingestion de végétaux trop massive au vue des capacités de l'écosystème : le Philica arborea, l'unique espèce d'arbre de l'île, ne survit plus que dans les zones inaccessibles au pâturage. Sans compter les dégagements de méthane par leurs pets qui éventrent la couche d'ozone. Entre 1988 et 1993, une campagne de regroupement puis de cantonnement des anciens esclaves bovins dans 20% de l'île, derrière des barbelés, est lancée. Un abattage régulier est mis en place pour gérer le cheptel. Des graines de Philica arborea sont récoltées et replantées. La reprise progressive du Philica arborea dans le restant de l'île est une mauvaise nouvelle pour les emprisonnés car, pour les hominines, cela confirme leur hypothèse bovine sur la disparition de cet arbre. Plutôt qu'opter pour une solution respectant leur vie de marronnage, la décision est prise d'abattre progressivement tous les bovins - malgré l'opposition de quelques hominines ayant séjourné sur l'île - lors de différentes campagnes :

La première, entre 2008 et 2009, consistait à faire diminuer la taille du troupeau en abattant principalement les femelles adultes et les jeunes (0-2 ans). La seconde, entre 2009 et 2010, était d’abattre le reste du troupeau (environ 200 bêtes)[13]

Surnommé Babeuf par la protivophilie, le dernier bovin, survivant et libre, est dénoncé, capturé puis abattu en 2011[14]. Ainsi prend tristement fin 140 ans de marronnage bovin.

Éradication

Le pompier pyromane (Modèle 9093)

Depuis le premier pas posé sur les îles Saint-Paul et Amsterdam, les hominines n'ont eu de cesse de modifier l'écosystème local qui s'était mis en place depuis l'émergence des deux volcans. Les tentatives d'implantation se sont soldées par la présence de nouvelles espèces. Chats, lapins, souris et rats ont fait leur apparition, les graines issues des potagers abandonnés et celles importées involontairement se sont disséminées, de nouvelles essences d'arbres sont plantées et des insectes exogènes s'installent. Alors que les descriptions d'Amsterdam des siècles passés mentionnent de grands bois. En 1726, il est mentionné que sur Amsterdam le Phylica arborea couvre 1500 ha, soit environ un quart de son territoire, contre 250 ha en 1875 et 10 ha de nos jours. Il ne reste que quelques survivants qui ont échappé aux mâchoires des bovins, au feux de broussaille[15] ou aux haches des hominines. Les différents oiseaux qui nichent sur les îles sont confrontés à la prédation par les rats de leurs œufs et de leurs poussins, les chats raffolent des oiseaux, des rats et des souris, et ces dernières se contentent très bien d'un régime végétarien.

Depuis le milieu des années 1980, les hominines se sont lancés dans une technique qu'ils connaissent très bien : l'éradication. Sur Saint-Paul et Amsterdam, les végétaux et les petits animaux ont été traqués. La population de rats sur Saint-Paul, estimée entre 50 000 et 100 000, est exterminée à la fin des années 1990 pour permettre aux oiseaux marins - qui ne survivent que sur un rocher isolé par la mer - de reprendre palme sur l'ensemble de l'île. Des listes de végétaux sont progressivement établies afin de répertorier puis de mettre en place des opérations de cueillette après lesquelles les végétaux collectés et leurs graines sont incinérés. Méthodiquement. Avec plus d'insistance pour les plantes jugées invasives comme la ciguë. Certaines ne sont pas totalement éradiquées et font l'objet d'un suivi attentif. De la même manière, des insectes, tel des charançons, des mille-pattes ou des mouches subissent ce traitement[16]. La présence d'animaux domestiques est dorénavant strictement interdite. Pour parfaire ce dispositif, depuis le courant des années 2000, tout ce qui arrive dans les îles est au préalable nettoyé, inspecté, aseptisé. Pas de nouveaux insectes, ni de parasites. Toutes les missions d'observation ou d'intervention sur les oiseaux des deux îles se font avec les plus grandes précautions : nettoyage systématique du matériel des intervenants et stérilisation des instruments utilisés. Les campagnes pour replanter massivement des Phylica arborea reboisent doucement Amsterdam et la population d'albatros est en augmentation[17]. L'impact de la présence d'hominines sur la base d'Amsterdam est volontairement réduit au minimum et des mesures sont même prises pour limiter la pollution lumineuse. Cette sanctuarisation de Saint-Paul et Amsterdam n'empêche pas l'exploitation de leurs eaux par l'industrie de la pêche qui vient y glaner des dizaines de milliers de langoustes qui - face au massacre - ne s'étonnent plus qu'exploitation durable et écologie rentable fassent ripailles et bonne table.

Le but de ce projet de sanctuarisation est de mettre en place un endroit non-pollué, géographiquement isolé, duquel il est possible de faire une référence pour détecter les évolutions et l'impact des pollutions engendrées par les hominines à travers la planète. Un peu comme maintenir un petit endroit propre dans sa propre déchetterie. Ou, pour reprendre une métaphore marine, comme se réjouir d'avoir 10 mois de stock de conserves de viandes tout en sachant que l'on meurt du scorbut après 1 mois à s'en nourrir.

Notes

  1. La consommation de viande de porc est l'une des ruptures de pratique entre les moïsiens et les christiens, les adeptes de l'ex-moïsien Jésus. Ce bouleversement théologique eut un impact considérable sur la gastronomie locale lyonnaise et franc-comtoise qui appellent un hachis de viande de porc, séché dans du boyau du même animal, du nom de ce prophète porcin et inventeur putatif du premier saucisson. Ainsi, dans la région lyonnaise, le Jésus est une saucisson sec, en forme de poire et emmailloté, alors qu'à Morteau il est une petite saucisse fumée. Quel bon goût ! Un peu comme si les moïsiens, en souvenir de la légendaire traversée du désert, appelaient Moïse toutes leurs recettes de pain perdu ou de pudding ou que les mahométiens désignaient une des compositions kebabs - salade tomate oignon ? Quelle sauce ? - du doux surnom de Mahomet.
  2. L'un des survivants publie ses mémoires en 1824. Pierre-François Péron, Mémoires du Capitaine Péron : sur ses voyages aux côtes d'Afrique, en Arabie, à l'île d'Amsterdam, aux îles d'Anjouan et de Mayotte, aux côtes nord-ouest de l'Amérique, aux îles Sandwich, à la Chine, etc., vol. 1, Paris, Brissot-Thivars, 1824 - En ligne
  3. En 1831, la France et le Royaume-Uni se disputaient déjà une île volcanique, située entre la Sicile et la Tunisie. Julia pour l'un, Graham pour l'autre, cette dernière disparaît fin 1831 après 8 mois d'existence. Retournée sous les eaux, elle menace de réapparaître à la prochaine éruption. Pour celleux qui aiment les auteurs à l'imaginaire hïstérostorien, voir Bruno Fuligni, L'île à éclipses, Éditions de Paris, 2003
  4. Charles Vélain, Description géologique de la presqu'île d'Aden, de l'île de la Réunion, des îles Saint-Paul et Amsterdam, 1878 - En ligne
  5. Charles Vélain, "Réoccupation par la France des îles Saint-Paul et Amsterdam", Annales de Géographie, t. 2, n°6, 1893 - En ligne. Voir une description des îles par le même auteur, "Les Îles Saint-Paul et Amsterdam (Océan Indien)", Annales de Géographie, t. 2, n°7, 1893 - En ligne
  6. Henry et René-Émile Bossière obtiennent en 1893 une concession de 50 ans pour exploiter les îles Kerguelen sur laquelle ils tentent d'implanter des moutons venus d'Argentine. Mais l'expérience est un échec. Associés à des chasseurs de baleines norvégiens, ils implantent de nouveau aux Kerguelen des troupeaux d'ovins et fondent Port-Couvreux en 1911. La mort de nombreux ovins lors du voyage entame largement le projet qui s'éteint en 1913. Après la Première guerre mondiale, les deux frères se relancent dans l'importation et l'élevage aux îles Kerguelen. Ils font venir trois familles - hommes, femmes et enfants - en 1927 pour tenter de coloniser durablement les îles.
  7. Victor et Louise Brunou, Emmanuel Puloc'h, Julien Le Huludut, Pierre Quillivic, Louis Herlédan et François Ramamonzi
  8. Daniel Floch, Les oubliés de l'Île Saint Paul : Des Crozet et des Kerguelen, Ouest-France, coll. "Récits de mer", 2003
  9. La première fille de Louise Brunou, âgée de quelques années, est envoyée par la famille rejoindre sa veuve de mère. Elle arrive en décembre 1930
  10. Les derniers survivants de la colonisation des Kerguelen sont aussi évacués dans le même bateau
  11. Selon le témoignage de Louis Herlédan
  12. Le marronnage désigne le regroupement et l'organisation d'anciens esclaves - en fuite - dans des communautés autonomes et isolées
  13. Bilan d'activités 2011 de la réserve naturelle des TAAF- En ligne
  14. En référence au révolutionnaire français Gracchus Babeuf qui tenta de se tuer lors de son procès pour ne pas laisser le plaisir à ses bourreaux de le faire eux-mêmes. Voir Invisibilité sociale (Spéciste)
  15. La dernière éruption de 1792 fut dévastatrice par les feux qu'elle déclencha
  16. Une politique similaire est menée dans les îles Kerguelen pour gérer les populations de moutons et de rennes, et toutes les espèces végétales exogènes
  17. Bilan d'activités 2013 de la réserve naturelle des TAAF - En ligne