Hameau de Rien

De wikimerdja
Aller à : navigation, rechercher

Rien. Hameau situé dans le département français de la Drôme, à environ 245 km de la rue Catherine Ségurane à Nice et 1312 km de la Macédoine.


Triangulation

Tenant son nom de celui de la rivière, la Drôme est un département français créé en 1790 après JC[1] lors du redécoupage administratif des anciennes provinces du Royaume de France. Elle est constituée à partir de fractions de la province du Dauphiné, de la Provence et d'anciennes possessions papales. Les limites de la Drôme excluent une enclave, dans le sud, qui reste dans le département du Vaucluse[2]. Le couloir fluvial que forme le Rhône est sa frontière occidentale. Géographiquement, la Drôme est dans la partie centrale du quart sud-est de la France actuelle, rattachée à la région Rhône-Alpes jusqu'à la fusion en 2016 de la région rhônalpine et de l'Auvergne. La plus grande ville et préfecture du département est Valence. Au fil de ses réformes, l'État français a divisé la Drôme en 19 cantons.

Le village de Bren est localisé au nord de la Drôme, dans le canton de la "Drôme des collines". Les hominines vivant dans ce village sont peu. Depuis le premier recensement de 1793 qui dénombre 333 personnes, la population de Bren atteint son maximale en 1851 avec 573 hominines puis décline jusqu'en 1968 où il ne reste de 273 personnes. Le recensement de 1975 montre une légère remontée du nombre d'hominines habitants à Bren pour atteindre 551 en 2015.

Carte de Rien et ses alentours
Outre le village à proprement parlé, Bren est constitué de quelques quartiers dans sa proche campagne alentour qui abritent quelques hameaux ou lieu-dits. Dans l'un de ces quartiers, La Plaine, à l'ouest du village, se situe le hameau de Rien. À deux pas du chemin de Courrin, au nord de Rien, qui reliait cet autre hameau de Bren et qui, depuis, est connecté directement à la route départementale D112. Le hameau de Rien se compose de quelques maisons et de terrains attenants. La construction dans le courant des années 1990 de la ligne TGV Lyon-Valence a coupé en deux le quartier de la Plaine. Le seul passage entre les deux parties s'effectue à partir de Courrin par le chemin de la Plaine qui passe par un petit tunnel sous les voies. Il est possible de traverser les voies en prenant vers le sud de Rien, à travers les zones boisées ou en suivant le chemin qui longe la ligne TGV, pour rejoindre le hameau d'Érriens, dépendant de la commune de Marsaz. Pour sortir d'Érriens il convient de rebrousser chemin par le même itinéraire afin de ne pas emprunter, par mégarde, l'impasse des Érriens ou à quelques centaines de mètres plus au nord l'impasse Rien. Si le gentilé appliqué aux hominines de Bren est communément "Brennois" et "Brennoise", nul ne sait ce qu'il en est pour Rien. Les hypothèses protivophiles sont nombreuses et, en l'absence de documents, aucune d'elles n'a pour l'instant été retenue.

Les données des recensements faits à Bren entre 1793 et 2015 ne permettent pas d'établir exactement l'évolution de la population d'hominines de Rien. Avec des catégories par quartier, les données concernant le hameau sont noyées dans celles de La Plaine.

L'altitude du hameau de Rien est d'environ 270 mètres, avec, alentour, trois collines légèrement plus hautes. Celle qui sépare Rien à Courrin culmine à 326 mètres. Une triangulation protivophile, plus précise, place le hameau de Rien à environ 1312 km de la frontière macédonienne des vardariens, des irlandais ulstériens et des gibraltariens.

Histo-Rien

Les hominines sont l'une des dernières espèces animales à s'implanter dans la région. Les plus anciennes marques de leur présence attestées par l'archéologie sont des vestiges préhistoriques et de l'époque romaine. Passage vers le Rhône, cette région de collines est traversée par les hordes soldatesques des vandales, des wisigoths et des alains, venues de l'Est, qui annoncent le démantèlement de l'empire romain dans le courant du Vème siècle. Les burgondes, l'un de ces groupes armés et conquérants, se fixent dans la région et annexent l'ouest du Rhône à leur royaume en 471. Puis ce sont des francs qui les chassent et les remplacent. À partir de 534, ils contrôlent cette ancienne partie du Royaume de Burgondie, et ce jusqu'en 963. Les francs sont l'un des vecteurs de l'implantation des théories des christiens dans la future Drôme des collines. Le couloir fluvial rhodanien permet aux différentes hordes armées de remonter toujours plus au nord pour les unes, toujours plus au sud pour les autres, dans leurs volontés expansionnistes. Du sud arrivent tout au long du VIème siècle des hordes lombardes, puis au cours du VIIIème siècle les sarrazines. Une bataille, qui verra la défaite des sarrasins, se déroule à la frontière entre Bren et Marsaz, à moins d'un kilomètre de Rien.

La première mention de Bren est datée de 967. En 1029, le village est intégré au Dauphiné, lui-même issu de sa séparation d'avec la Savoie, et ce jusqu'en 1349, puis tombe sous la domination politique du Royaume de France. Ainsi rattaché à la féodalité de ce royaume, Bren est régit localement par un système politique contrôlé par une assemblée de notables, élus tous les ans et renouvelables. Bren est à la frontière entre, au sud, le Comté de Valence, appartenant à la famille Grimaldi de Monaco, et à l'ouest avec la Savoie. Vers la fin du XVIème siècle un péage y est instauré, marquant alors la frontière, avant que celle-ci ne soit modifiée. Attribué à un juge contemporain des évènements, le récit d'un soulèvement populaire dans la région de Rien est publié en 1877 sous le titre La guerre des paysans en Dauphiné (1579 - 1580). Il relate la révolte de paysans pauvres et d'artisans contre le pouvoir féodal, ses impôts et ses hordes militaires. Des attaques sont menées contre des patrouilles, des notables sont détroussés, parfois tués, des archives sont détruites et des revendications concernant le prix de produits alimentaires sont énoncées. L'apothéose du mouvement se déroule lors du carnaval de Romans [3] qui se solde par l'écrasement des révoltés et la mort de leur meneur, Jean Serve dit Le Paulmier [4], le 14 février 1580.

Les premiers [...] furent les habitants d'un village nommé Marsaz situé sur la baronnie de Clérieu. Les habitants d'un autre village nommé Chantemerle se joignirent à ceux de Marsaz lors d'une assemblée à laquelle participèrent un grand nombre de gens de mauvaise vie venus des villages voisins. Au cours de cette assemblée qui se tint au mois de janvier 1579 [...] il fut décidé qu'ils feraient une ligue des gens du tiers état et qu'ils pourchasseraient les gens de guerre. [...] Ils poursuivaient ainsi leurs assemblées auxquelles participaient la plus grande partie des villageois de six lieues à la ronde, et commencèrent à se procurer des armes [...] [5]

Très peu d'informations sont disponibles sur la vie quotidienne à Bren [6] et il n'est pas possible de confirmer que le tremblement de terre de 1581 ou que la peste qui tua, entre 1585 et 1586, plus de 4000 hominines sur les 6000 qui peuplaient la ville voisine de Romans aient fait des victimes. Grands producteurs d'invisibilité sociale, les documents historiques laissent plutôt une large place aux notables, aux religieux et aux impôts. En 1600, les registres notent que le village de Bren comporte 50 feux[7] et qu'en 1698, il est habité par 260 hominines. Malgré quelques variations, moins d'un siècle plus tard, en 1789, il y a encore 50 feux à Bren. Nous ne disposons pas d'indications plus précises pour la population du hameau de Rien.

La réponse à un questionnaire envoyé à Bren le 28 février 1789 par une Commission chargée de collecter les doléances dans les hameaux ou villages du Dauphiné français livre de nombreuses informations sur la vie quotidienne dans le village de Bren. Contrairement au précédent rapport établi en 1743 par le seigneur, le greffier et le consul, ce texte est réalisé en présence de tous les hominines de Bren, du village même et des hameaux environnants.

La communauté de Bren est de l'étendue d'environ un quart de lieue de circonférence, il n'y a qu'une seule église et presbytère. [...] Il n'y a aucun chirurgien, ny médecin, sauf en la paroisse de Marsaz limitrophe à cette communauté, où réside un chirurgien. Il n'y a aucune accoucheuse, sauf encore en la paroisse de Marsaz, laquelle est assez peu instruite. [...] La communauté de Bren est située sur une hauteur formant un pain de sucre dont le sol est pour la plus grande partie sablonneux, terre morte, bruyères et pays hermes[8], ny ayant très peu de fonds fromental : elle se trouve aussi, étant dans un pays sec et aride, sans aucune prairie naturelle, ny artificielle, et, lorsque les orages sont excessifs, ils ont le regret de voir leurs terrains et récoltes emportés ; étant, comme on l'a observé, en partie pays penchant ; les ravines en temps de pleuye ravagent et sablent toutes les récoltes à ne pouvoir profiter de leurs terrains que trois ou quatre ans après. [...] Il n'y a aucune forêt, soit bois taillis, soit bois de haute futaye et les habitants pour leur consommation n'usent pour la plupart que des bruyères, balais et mort bois. Il n'y a aucune rivière dans la communauté et par conséquent aucune prairie [ainsi] les habitants ne peuvent faire aucuns élèves de grand bétail et pour la nourriture, les grands bestiaux qui sont au nombre d'environ dix paires de mules, ils sont obligés d'acheter le foin dans les communautés circonvoisines éloignées d'environ trois lieues. Le menu bétail est aussi peu considérable et ne peut être de grande production, n'ayant les endroits propres à leur nourriture.
Absence de Rien sur la carte de Cassini[9]
Le même document indique que le hominines de Bren sont sous la coupe d'une seigneurie locale. Sans revenus et sans possibilité de pâturages ou de collectes du bois, les hominines du village n'ont aucun droit sur les terres alentours et le seigneur les contraint à payer des impôts sous forme d'avoine, dont les grains doivent être obligatoirement moulu dans le moulin de Saint-Donat, propriété du dit seigneur. Cet impôt pour les maigres terres octroyées est appelé civerage. En plus du racket seigneurial, les hominines de Bren doivent payer pour les assemblées, le sonneur de cloche, le cierge pascal et l'entretien de la fontaine. Parmi les réclamations figure la levée de ce civerage, jugé injuste par les hominines du village, ainsi que la remise en état, ou la construction, de chemin entre Bren et les quelques villes et villages alentours. La première cartographie du royaume de France, dite Carte de Cassini, établie au cours du XVIIIème siècle ne mentionne aucun chemin, ni route passant par Bren. Quelques hameaux sont indiqués, mais nulle trace de Rien. Pour autant cela ne prouve pas qu'il n'existe pas encore, car si la carte de Cassini est assez précise en ce qui concerne le réseau routier, elle l'est moins sur les limites forestières et la localisation des lieu-dits et des hameaux.
Les chemins pour y aboutir sont des plus inaccessibles, n'étant que sable, montées, descentes, combes affreuses et précipices, chemin qu'il serait avantageux, pour cette malheureuse communauté, de faire réparer, s'il plaisait à nos seigneurs de la commission de jeter sur les habitants des regards favorables et vouloir les aider de quelques soulagements, bienfaits ou indemnités, ayant toujours été dans l'oubli et privés de dégrèvements qui ont pu être répartis dans les temps derniers.

Bien en-deça des espoirs de changement qu'elle promettait, la Révolution française de 1789 n'amène que très peu de bouleversements pour les hominines de Bren. Les terrains de l'Église sont vendus à ceux qui avaient les moyens de les acheter et, pour les plus pauvres, les impôts sont maintenant perçus par une autorité républicaine. Le premier document administratif stipule qu'en 1790, Bren abrite "303 personnes grandes et petites" pour "66 citoyens actifs".

Le coup d'État en 1799 du "Nano malefico", plus connu sous son nom d'acteur Napoléon Bonaparte, et les guerres d'expansion dans lesquelles il lance vers la mort des millions d'hominines aboutiront à l'occupation d'une partie du territoire de l'ex-république française par les armées autrichiennes et sardes vers la fin de 1813. L'année suivante, Bren est sous domination austro-sarde. En mars, une centaine de militaires autrichiens campent dans le quartier de La Plaine avant de se diriger vers Saint-Donat où eurent lieu de furieux combats entre militaires français et autrichiens. Une trentaine de maison sont détruites. La présence de ces militaires dans la région, outre les combats destructeurs, impose des taxations supplémentaires pour les hominines qui se voient contraints de fournir une partie de leurs rations et la nourriture pour leurs chevaux. Là où les autrichiens usent de rapines, les français créent de nouveaux prélèvements. L'occupation militaire du Dauphiné pendant la seconde moitié de 1815 par plus de 30000 austro-sardes et leurs 5000 chevaux a de lourdes répercussions sur les hominines de la région qui doivent assumer ces bouches à nourrir et faire quelques corvées obligatoires. À Bren, vingt personnes sont ainsi imposées. Après le départ des troupes austro-sardes, Bren et sa région retombent sous une autorité française, qui hésite encore pendant quelques années à se dire monarchiste ou républicaine. Entre 1811 et 1820, la population de Bren passe de 408 hominines à seulement 370. La plus forte diminution depuis le XVIIème siècle.

Rien

"Courrin et Rien" sur le cadastre de 1833

Le cadastre napoléonien mentionne en 1833 le hameau de Rien et ses quelques maisons, et le recensement de 1836 indique les hominines qui y vivent. Le relevé cadastral indique Courrin et Rien comme étant rattachés, tout en maintenant un relevé distinct pour le hameau de Courrin, ce qui complique les possibilités de déterminer quelles sont les maisons qui appartiennent à l'un ou à l'autre. La maison de Marguerite Bois[10], où elle vit seule, est peut-être à la "frontière" car son acte de décès précise que son habitation se trouve à Courrin. La maison du couple de septuagénaires Antoine Moulin[11] et Jeanne Marie Bouvier[12] semble sur la carte être dans le strict périmètre de Courrin. L'autre maison répertoriée est celle de Jean-Claude Izier[13] et sa femme Marguerite Clairet[14], tout deux cultivateurs, et leurs deux enfants, Jean-Claude Izier[15], 13 ans, et Pierre Clairet, 10 ans[16]. Si l'on inclut les trois maisons qui sont dans l'ouest du périmètre Courrin-Rien, le recensement de 1836 y dénombre 9 personnes à ajouter à la population totale de ce périmètre Courrin-Rien. Ainsi, soit le hameau de Rien se résume à la seule maison Izier-Clairet, soit il s'étend sur quelques autres maisons, et dans ce cas-là sa population passe de 4 hominines à 7, voire 16.

À partir de cette date, le hameau de Rien apparaît sur tous les relevés cadastraux réalisés et sur les cartes géographiques actuelles. Le hameau est aussi parfois dénommé Blache de Rien, une blache désignant dans les parlers locaux une portion de forêt[17]

L'origine du nom de Rien pour ce hameau n'est pas encore certifiée. Il est possible que ce terme de Rien soit à rapprocher de celui d'Érriens qui nomme un hameau dans la commune limitrophe de Marsaz. Les pratiques linguistiques de cette région sont généralement classées dans l'espace franco-provençal, ou arpitan[18]. La Drôme est divisée en deux, une large partie au sud appartient à l'occitanophonie et une plus petite, au nord, est en zone arpitane. La limite entre les deux passe pas très loin au sud de Rien. Du point de vue linguistique il n'y a pas de frontière nette entre deux espaces mais des formes de continuum. Historiquement, ces pratiques se nourrissent du latin médiéval et se différencient petit à petit de ce qui deviendra les espaces linguistiques d'oïl et d'oc. À partir de la racine latine deretranus, "derrière", les langues d'oïl construisent le terme de derrien [19] qui signifie "derrière" ou "dernier" et dont les formes sont très variables : darrien, derrin, dairien, dorien, dairen, etc. En toponymie, les termes de "dernière", "dernier", "derrière" sont parfois utilisés pour indiquer l'isolement d'un lieu ou le caractère éparse d'habitations. Dans l'espace linguistique arpitan, il existe aussi de nombreuses formes de ce mot latin dont on retrouve les traces dans la toponymie régionale[20]. Ainsi les hameaux de Rien et d'Érriens tiendraient leurs noms du fait d'être situés derrière le village de Bren ou d'être les dernières habitations liées à ce village. Le plan du cadastre par masse de culture de 1805 montre que Rien est derrière Bren, la dernière zone à la limite de la zone boisée exploitée pour le village de Bren. Un lexique français-drômois de 1873[17] indique que localement "rien" se dit "rein", "ré" ou "ren". Les glissements linguistiques et phonologiques ont fait le reste.

Quoi qu’a dit ? – A dit rin.
Quoi qu’a fait ? – A fait rin.
A quoi qu’a pense ? – A pense à rin.

Pourquoi qu’a dit rin ?
Pourquoi qu’a fait rin ?
Pourquoi qu’a pense à rin ?

– A’ xiste pas.[21]

Ex-nihilo

Le XIXème est, pour Bren et ses hameaux, un siècle de grands bouleversements. Une maison commune (mairie) est inaugurée en 1843 et la première école communale vers 1846. Un projet de pont sur la route entre Romans et Saint-Donat est abandonné et finalement remplacé par un mur de chute en 1848. Les accès aux différents hameaux de Bren restent encore des chemins forestiers difficiles. Le nombre le plus élevé - de toute son histoire - d'hominines à Bren est atteint en 1851 avec une population de 573 hominines. Un atelier de tissage de lin et de chanvre, deux cabarets, un débit de tabac, une boulangerie sont ouverts. En 1867, il existe dans le village une école pour les jeunes filles, dirigée par une institutrice religieuse, et une pour les garçons avec un instituteur laïque. Quelques cours sont mis en place pour des adultes. Pour compenser l'absence de réseau ferré, un tramway est inauguré en 1894. Depuis le renversement du système féodal, le pouvoir politique est aux mains de quelques familles de notables qui monopolisent les sièges de maires et de conseillers, parfois sur plusieurs générations.

Après le pic de 1851, la population de Bren ne cessent de chuter et au début du XXème siècle, il ne reste plus que 478 hominines. Ce phénomène touche l'ensemble du département de la Drôme qui passe de 326846 à 297381 hominines sur la même période. Par sa mort, l'un des hominines de Bren se retrouve, bien malgré lui, au cœur d'un fait divers qui défraie la chronique. Le 6 mai 1907, la bande dite des "Chauffeurs de la Drôme" s'introduit dans sa maison de Courrin, près de Rien, pour le détrousser. Refusant de donner son argent aux assaillants, l'ancien zouave et curé est torturé pour qu'il révèle ses cachettes[22]. Ils lui dérobent 900 francs et le laissent agonisant. Ce début de siècle est aussi celui de l'électrification avec l'installation de deux lampes publiques en 1911 dans le village puis dans les alentours à partir de 1925. Impossible d'affirmer que Rien est aussi concerné par cette électrification. La première cabine téléphonique, installée chez un habitant, est ouverte en 1911 et le service postal automobile se met en place à partir de 1930. La ligne de tramway est supprimée en 1935.

Au commencement de la Première guerre mondiale, sur les 444 habitants, 107 sont des hominines mâles âgés de 15 à 45 ans. 86 sont mobilisés et 26 meurent lors de cette grande boucherie[23], soit un quart de la population masculine adulte.

Extrait du cadastre de 1936 du quartier de La Plaine, à l'ouest de Bren, où se situe Rien
Entre 1921 et 1936, les hominines de Bren passent de 408 à 340 habitants, chiffre équivalent à la population de 1793. Après une année de guerre entre la France et l'Allemagne hitlériste, celle-ci occupe une partie du territoire français à partir de juin 1940. Une compagnie d'infanterie s'installe dans les alentours de Bren, puis se retire selon les termes de la reddition. La France est divisée entre une zone nord, occupée par des troupes allemandes, et une zone sud, dite "zone libre", dans laquelle le pouvoir collaborationniste français exerce son autorité. Malgré l'armistice et la démobilisation, 7 hominines du village restent en prison pour leur refus de prendre part à la guerre. Bren est de fait situé en zone libre. Cette situation permet au village d'accueillir une quarantaine de familles (plus d'une centaine de personnes) venues de Modane, de Toulon ou de Lorraine, qui s'y réfugient. Des réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO)[24] et une famille juive - les Ben Ayoun - trouvent aussi de l'aide auprès des hominines de Bren. La Drôme, et plus généralement le Dauphiné, est durant la Seconde guerre mondiale une zone d'implantation forte de la résistance clandestine à l'occupation allemande. Après-guerre, les 7 prisonniers originaires de Bren sont libérés. Le recensement de 1946 indique qu'il ne reste que 308 hominines à vivre dans le village et ses hameaux. Du fait de la mort de certains de ses habitants, le hameau de Rien est partiellement abandonné. Restée sans héritiers clairs, une des maisons se délabre doucement et devient ruines en quelques années.

Jusqu'en 1968 la population de Bren ne cesse de chuter : à cette date elle se résume à 273 hominines, équivalent à sa démographie des XVII et XVIIIème siècles. Le recensement de 1985 met en évidence une nette augmentation de la population qui s'explique par l'installation de nouveaux venus dans le courant des années 70. En 2015, l'ensemble du village de Bren retrouve à peine son niveau de population du milieu du XIXème siècle avec 551 hominines.

    Évolution de la population de Bren entre 1600 et 2015
    1600 1698 1709 1730 1754 1755 1758 1763 1774 1789 1790 1793
    50 f.[7]26059 f.25720052 f.40 f.66 f.40 f.50 f.303333
    1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
    324392370486511502565573548564544518
    1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
    533526526512502478432444408387356340
    1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
    308310295273281376431471526534536551


Dans le années 1980, la maison en ruine de Rien est rachetée puis reconstruite[25]. En 2018, l'intégralité du hameau de Rien est occupée par des hominines.

Historien

La micro-histoire tend à étudier la réalité quotidienne et les faits historiques de très petit groupes d'hominines, telles des villages ou des communautés. Généralement elle s'intéresse aux spécificités locales en matière d'organisation sociale, de rapports de pouvoir politique ou familiaux, tout autant qu'aux pratiques linguistiques et aux "folklores", parfois pour les remettre dans un contexte plus large.

Jaimrien.png
Tout en permettant une lecture de la situation de hominines qui y vivent, l'histoire de Bren et du hameau de Rien rend visible les évènements du reste du monde qui les entoure. Les guerres napoléoniennes ou mondiales, les occupations militaires sont inscrites dans la démographie comme le sont la révolution industrielle, l'exode rural ou le récent mouvement d'implantation vers les "campagnes". Loin d'être un isolat d'hominines, Bren et Rien sont traversés par les incessants conflits, de la féodalité à nos jours, entre les pouvoirs économique et politique locaux, régionaux et nationaux pour le "partage du gâteau". Ces générations d'hominines n'échappent pas à l'exploitation économique qui se raffine toujours plus, à l'omniprésence de l'Église et de sa morale insidieuse, à la main-mise de l'État sur la gestion de leur quotidien ou à la mise en place de l'insertion progressive des territoires autour de Rien dans une dynamique mondiale de consommation.
Pour le reste, [le hameau de Rien] est un [hameau] comme les autres : ses frontières sont une chimère, son histoire nationale une mythologie, son pouvoir politique un rapport de domination et son organisation sociale une contrainte. Comme toute identité collective, [le hameau de Rien] est une illusion. Bien sûr, [le hameau] a connu des épisodes de son histoire qu’[il] ne partage pas avec les autres [hameaux], mais cela ne change rien.[26]

Passage à Rien

Analectes de rien, l'ouvrage de F. Merdjanov paru en 2017, trace une nouvelle géographie de Rien sans qu'il soit possible d'affirmer avec certitude qu'un passage dans le hameau de Rien fut nécessaire à la rédaction de ce livre.

Proposition protivophile

Plutôt que s'acharner à démonter les impasses de cette science sociale que les hominines nomment "Histoire" lorsqu'ils tentent d'explorer le passé par l'analyse des "grands phénomènes" ou discuter des limites rencontrées par la micro-histoire lorsqu'elle pense rendre compte des "petits phénomènes", la protivophilie propose de mettre Rien au cœur de ses préoccupations. Par la collecte, puis l'analyse de faits, il est ici question de placer le hameau de Rien au centre de la carte du monde, par des raisonnements protivophiles qui, évidemment, se posent contre. Contre les visions auto-centrées, schématiques, réductrices ou fantasmées que véhiculent les sciences sociales historiques développées par les hominines.

Géniale logique

Depuis des siècles la généalogie est un jeu auquel se livrent les hominines, parfois pour des raisons pratiques, souvent pour des raisons politiques. Ils cherchent ainsi parmi leurs ascendants celleux auxquels il serait prestigieux d'être lié ou se prétendent descendants directs de telle ou telle personne. Pour une meilleure compréhension, cette partie de l'article utilise une double datation. La première est notée JCR, en référence à la naissance de Jean-Claude de Rien en l'an 1825 de la seconde - entre parenthèses - qui se réfère à Jésus aka Christ noté simplement JC. Sans rien.

Se faire des illusions est un problème dans la mesure où, justement, il est question d’une illusion
Ascendance de Jean-Claude Izier
Il est aisé de faire une courte généalogie des ascendants de Jean-Claude Izier[15], l'un des habitants de Rien. Pour des raisons biologiques évidentes, jusqu'à peu inhérentes aux hominines, chaque individu de cet arbre ascendant provient de deux géniteurs, l'un mâle, l'autre femelle. Ce phénomène est constaté à chaque génération remontée. Les quelques cases vides ne signifient pas qu'il y ait eu des personnes "apparues" sans ascendance mais que leur état civil n'est pas connu, parce qu'il n'est pas accessible dans les nombreux registres administratifs ou que ceux-ci n'ont pas encore été fouillés par les généalogistes. Quoiqu'il en soit, l'état civil n'est qu'un repère parmi d'autres car naître de parents inconnus ne sous-entend pas une création ex-nihilo. L'immaculée conception est une croyance christienne sur la naissance de leur prophète qui s'enracine dans la mythologie plutôt que dans la biologie, et qui n'a pas sa place en généalogie.

Une approche mathématique permet de voir qu'à partir de un - Jean-Claude Izier -, illes furent deux, quatre, huit, seize et trente deux hominines nécessaires à sa création biologique. Soit un total de 62 personnes échelonnées sur plus de 150 années. Cette suite mathématique se note [2n - 1] où n est le nombre de génération. Dans l'arbre représenté, cela correspond à 26 - 1 avec un total de 63 qui inclue Jean-Claude Izier. Le résultat est facilement vérifiable sur l'arbre ci-contre. Si l'on remonte à la septième ou la huitième génération, le chiffre se monte à 127 et 255. Et ainsi de suite. Les registres d'état civil de Bren et de Marsaz le plus anciens datent de la première moitié du IIème siècle av. JCR (XVIIème). Par conséquent, ils ne peuvent aider à désigner qui étaient les ascendants manquants. A la dixième génération le nombre des ascendants de Jean-Claude Izier est de 1025 et 32767 à la quinzième. Bien évidemment, ce calcul mathématique doit être pondéré afin de prendre en compte le fait qu'à l'échelle de quelques villages et hameaux il est probable qu'une certaine consanguinité réduise un peu ce chiffre théorique. Ainsi une même personne peut se retrouver à deux endroits dans une construction généalogique en arbre, soit parce que certaines de ses descendantes, après plusieurs générations, procréent ensemble, soit parce que la consanguinité est sur une génération. Les registres mentionnent parfois des autorisations de mariage exceptionnelles entre deux personnes de proche parenté.

Si, sur la base de 25 ans pour une génération, nous appliquons ce calcul pour remonter jusqu'aux premières mentions de Bren, soit environ 1000 ans en arrière en 40 générations, le résultat non-pondéré indique qu'un total de 1099511628000 hominines ont été nécessaires à la naissance de Jean-Claude Izier. Ainsi, vers l'an 900 av. JCR (900), un peu plus de 549 milliards d'hominines doivent vivre quelque-part entre Marsaz et Bren, près du futur hameau de Rien. Bien évidemment ce chiffre doit être pondéré pour les raisons évoquées ci-dessus : plus nous remontons dans le temps, plus nous avons de chances d'être confronté à des doublons. Néanmoins ce facteur de pondération nous est inconnu et il convient d'admettre que ces quelques 549 milliards d'hominines ne peuvent tous être dans la région de Rien en même temps car sinon la densité de population - pour une superficie à l'actuelle département de la Drôme - frôlerait les 84 millions au km2. Ces hominines ne sont sans doute pas tous nés dans la région. De la même manière, il faut ôter à ce résultat son aspect purement mathématique et prendre en compte qu'ils ne vivent peut-être pas tous en même temps car le principe mécanique des générations inclue des personnes d'âges parfois très différents.

Jusqu'à maintenant les études menées par des instituts spécialisés pour déterminer le chiffre total des hominines ayant vécu l'ont évalué à environ 108 milliards. Avec prudence, elles insistent sur la difficulté de se livrer à un tel calcul et ses aspects approximatifs[27]. Par ses études sur Rien la protivophilie bouleverse les travaux précédents. Si pour le seul Jean-Claude Izier il a fallu plus de 1099 milliards, qu'en est-il pour les autres hominines ? Quel est alors le véritable résultat du nombre d'hominines ayant vécu sur terre ? Que sont-illes devenus ? Et pourquoi un tel dépeuplement qui aboutit à n'être plus que 7 milliards d'hominines en 193 (2018).

Des travaux très récents - non encore publiés - émettent l'hypothèse que la suite mathématique [2n - 1] n'est pas valide pour déterminer le nombre d'ascendants de Jean-Claude Izier - ou de quiconque - mais propose que [2n/2 - 1] exprime le nombre absolu d'actes copulatoires féconds nécessaires à sa naissance - ou celle de quiconque, où n est le nombre de génération. n ne peut être égal à 1 car il faut au moins un acte copulatoire pour avoir deux générations. Moyen mnémotechnique pour se souvenir de cette règle de la mathématique protivophile, cette constante est appelée "Acte Copulatoire Acte Binaire" mais elle est plus connue sous son acronyme ACAB.

Archéozoophilie

Reprenant à son compte une partie des travaux sur la constante ACAB, l'archéologie entre dans des dimensions jusqu'alors inexplorées. Les fouilles menées à partir du Ier siècle (XIXème) dans la région de Rien n'ont permis la découverte que de quelques vestiges romains. L'actuel quartier de la Plaine semble être alors une voie de passage et des restes de voies romaines ont été mis à jour. L'activité des hominines de la villa breno au IXème siècle av. JCR (Xème) est connue à travers les restes d'un atelier de poteries et de ses productions, de sa fontaine et des vestiges de l'église. Mais aucune traces de quelques 549 milliards d'hominines sensés avoir vécu à cette époque. Ni sépultures, ni mentions écrites dans les récits et témoignages de contemporains. Le hameau de Rien est situé dans la "Drôme des collines" et des projets sont en cours pour sonder l'ensemble de ces dites collines et déterminer si elles ne sont pas des sépultures gigantesques abritant ces hominines invisibles. Des caveaux redécorés en énormes mottes de terre. De semblables sépultures, appelées tumulus, sont attestées dans de nombreuses régions du monde mais la découverte d'une telle nécropole en ferait la plus grosse jamais exhumée.

Une des autres pistes parcourues par le rapprochement entre l'archéologie et la constante ACAB est la diffusion de ces milliards d'hominines sur des territoires bien plus vastes que ceux qui entourent Rien. Les actes copulatoires se sont-ils passés dans la région ou ont-ils été fait ailleurs ? Dans quelle direction sont partis ces hominines ? Pour quelles raisons ? Que reste-t-il de leur présence dans les lieux traversés ou habités ? Placer Rien et ces milliards d'hominines au centre du raisonnement incite à penser que la plupart des hominines actuels et leurs ascendants en sont les descendants, d'une manière ou d'une autre. Ce postulat peut être confirmé par les nombreuses fouilles archéologiques de sites antiques qui laissent imaginer des liens, qui doivent encore être décryptés, entre la région de Rien et, par exemple, les illyriens[28] ou les bactriens[29], entre l'antique Rien et le mythique Nihilistan. Ou, inversement, il est envisageable que l'ensemble des hominines de ces régions du monde aient convergé vers Rien, pour des raisons encore inconnues, afin d'enclencher, involontairement, le processus qui mènera à la naissance du hameau puis de Jean-Claude Izier.

En l'absence de toutes preuves matérielles de la présence de 549 milliards d'hominines dans les alentours de Rien, il convient de réfléchir aux limites d'une telle recherche. L'énoncé de la constante ACAB précise que les motifs de pondération sont suffisants pour modifier le résultat. Un doublon dans la parenté à la cinquième génération entraîne une réduction de 1/16ème du résultat de la formule mathématique protivophile [2n - 1] car ces hominines sont déjà comptabilisés et un doublon à la dixième génération est l'équivalent d'une diminution de 1/512ème. Ainsi, dans le cas où Henriette Garnier, la mère d'un des deux arrière-grand-pères paternels de Jean-Claude Izier, est aussi la mère (inconnue dans l'arbre) de l'un de ses arrière-grand-pères maternels (inconnu) le résultat sur 40 générations passe d'environ 1099 à 1030 milliards, soit une différence de 69 milliards, ce qui revient à dire qu'il n'y plus que 500 milliards d'hominines vivant autour de Rien au début du IXème siècle av. JCR (Xème). Il est probable qu'à différents niveaux de l'arbre ascendant il existe véritablement des doublons, ce qui est souvent le cas dans les généalogies. Plus nous remontons les générations et moins les doublons influent sur le nombre final. Dans le cas jamais rencontré - qui ne concerne donc pas Jean-Claude Izier - d'une succession d'actes copulatoires féconds systématiquement entre frères et sœurs sur 40 générations nous aurions au maximum 79 hominines, soit [2n -1].

L'une des hypothèses de l'archéologie protivophile insiste sur l'éventualité que tout ces hominines ne sont pas à chercher du côté de Rien mais qu'ils sont issus de longs processus de migrations de groupes d'hominines à travers les âges. La géolocalisation autour de Rien est très marquée dans les derniers trois siècles mais elle est beaucoup moins certaine lorsque l'on s'éloigne dans le temps. En effet, rien ne dit que 20 générations avant Jean-Claude Izier ses ascendants soient géolocalisés au même endroit. Ils peuvent être alors à des milliers de kilomètres les uns des autres et que la rencontre à Rien entre deux de leurs descendants se fasse à la dixième. Alors que dire lorsque nous rebroussons jusqu'à la quarantième. Ce raisonnement permet d'affirmer que, parmi ces ascendants, il faut en chercher à travers tous les continents et, ainsi, de relancer les recherches sur les tapuriens[30] de la mer Caspienne. C'est en effet près de la Tapurie que le roi des perses, Darius III, est tué en 2155 av. JCR (-330) puis remplacé par Alexandre III de Macédoine, dit Le Grand, en route pour conquérir de vastes territoires de l'ouest de la Méditerranée à l'Asie centrale, des sahariens aux tokhariens. Le prénom Darius existe sous de multiples formes, dont l'une, Darien, attire particulièrement l'attention des protivophiles. Les tapuriens l'utilisaient-ils pour prénommer leurs enfants mâles en célébration de la mort d'un tyran ? Cette région - en Iran actuel - est encore connue de nos jours pour ses "originalités coutumières"[31]. La probabilité qu'un des ascendants, mâle ou femelle, de Jean-Claude soit issu de Tapurie n'étant pas nulle, il est possible de poser que le terme de "darien" se soit perpétué, avec des glissements de sens, jusque dans la "Drôme des collines". Si l'introduction de ce terme tapurien dans la toponymie locale est antérieure à l'arrivée de la langue latine, les théories sur l'origine du nom du hameau de Rien doivent être révisées. Rien et Érrien n'auraient pas une étymologie à chercher dans l'arpitan ou dans des formes anciennes du mot "derrière" mais dans le souvenir tenace et joyeux d'un régicide transmis par une ou un tapurien. Selon les spécialistes[6], le terme Bren tire son origine soit d'un étymon celtique signifiant "forêt", soit de Brennos, un guerrier "celte" qui participe au XXIIème siècle av. JCR (IIIème av. JC) à la "Grande expédition". Au cours de ce siècle, des hordes guerrières venues d'Europe centrale et orientale attaquent les royaumes de Thrace et de Macédoine. Une partie s'installe sur les rives de la mer Noire et fonde l'éphémère royaume de Tylis[32], une autre parvient jusqu'en Anatolie sous le nom de "galates", et une troisième partie se replie dans les Balkans, au confluent de la Save et du Danube : toutes se mêlent aux populations locales d'hominines. Est-ce Brennos le lien entre Rien et les tapuriens ?

Taenia Solium cohabitant à Rien[33], sur plusieurs mètres, avec des bilatériens. Gravure non datée.
Rien ne m'est sûr que la chose incertaine[34]

Quoiqu'il en soit des réponses exactes à apporter à la question de savoir d'où vient Rien, de ce qu'il est advenu de ces centaines de milliards d'hominines ou du bien-fondé des critiques de la constante ACAB, la protivophilie déduit du nombre total d'ascendants ou d'actes copulatoires absolus nécessaires à la naissance de Jean-Claude Izier que la grande majorité des hominines d'aujourd'hui - à peine 7 milliards - ont un lien de parenté avec lui. Peut-être est-ce le cas de F. Merdjanov ?

Qui [naît à] Rien est l'égal de tout le monde[35]

Dans l'hypothèse où [2n - 1] et la constante ACAB soient fausses et que les chiffres obtenus ne correspondent pas à la réalité, il n'en reste pas moins que tous les hominines actuels ont un lien de parenté, plus ou moins direct, plus ou moins lointain. Les hominines se classent dans la grande famille des hominidae qui rassemble les orangs-outangs, les gorilles, les chimpanzés et les bonobos. Cette famille phylogénétique est un sous-groupe des primates dans lequel se trouve aussi les petits singes et les lémuriens. Les primates sont des mammifères au même titre que le raton-laveur ou le phoque. Tous sont classés parmi les vertébrés aux côtés des oiseaux, des poissons et des reptiles pour ne citer qu'eux. Dans le règne animal les hominines appartiennent à la famille des zoobiotes bilatériens qui se caractérise par une symétrie bilatérale du squelette ou des organes, et par un tube digestif avec une entrée (bouche) et une sortie (anus). Eucaryotes, ils sont cousins des champignons, des plantes et des algues, proches parents des archées et du monde bactérien[36].

A la manière de ce traité de théologie qui s'interrogeaient sur l'existence ou non du taenia au paradis - ce qui repousserait la datation estimée du premier animal domestiqué par des hominines - l'archéozoophilie se doit, avec ses méthodes modernes, de déterminer si le taenia est un facteur d'explication de cette volatilisation jusqu'à maintenant inexpliquée. Ou est-ce une trop grande proximité avec le monde bactérien qui est responsable de la disparition de ces centaines de milliards d'hominines ? Disparus corps et biens. Rongés puis pourrissants. Une sorte de retour à l'humus.

G.O politique

Toutes les géographies national(ist)es aiment à glorifier l'endroit situé au centre de leurs frontières. Mais ce calcul n'est pas aisé, et, en France par exemple, plusieurs villages revendiquent ce "statut". Lorsque le discours post-colonial se saisit de cette problématique et introduit les territoires d'outre-mer ou les anciennes colonies, il ne fait que complexifier cette passionnante question mais sans y apporter de réponse définitive. Qui saurait dire quel est le centre de la Macédoine ? Contre par principe, la protivophilie refuse ces tracés sur les cartes et déplore les conséquences néfastes qui en découlent. Elle postule que le hameau de Rien est le centre, celui de la planète terre. Il ne s'agit pas d'une approche romantique mais de l'observation attentive d'un globe terrestre et de quelques notions de mathématique non-euclidienne. Si à partir d'un point sur une sphère nous traçons plusieurs lignes droites (en fait courbes) dans différentes directions, pour rejoindre ce point, nous constatons qu'elles mesurent toutes la même longueur. Il en est évidemment de même lorsque Rien est défini comme étant ce point. Ce qui est le cas dans la protivophilie. Rien est objectivement au centre du monde car, subjectivement, nous en avons décidé ainsi, et inversement. Car, selon la mathématique protivophile, il est à équidistance de lui-même.

"Graves attentats à la dynamite" dans Le Petit Journal du 1er mai 78 (1903)[37]
Cette donnée fondamentale rebat les cartes. Si le hameau de Rien est central, il est sans doute possible de relire des pans entiers de l'histoire mondiale des hominines. Mais ceci représente un travail monumental, quasi impossible à réaliser dans son intégralité. Nous ne pouvons qu'évoquer quelques faits marquants de l'histoire de la région de Rien qui montrent sa centralité. Des marches de l'empire romain à la présence austro-sarde au Ier siècle (XIXème), de la ligne de démarcation lors de l'occupation de la France aux péages des royaumes du sud, des invasions burgondes ou incursions des sarrasins, les alentours de Rien sont depuis deux millénaires la pièce maîtresse du "Grand Jeu" auquel se livrent les pouvoirs politiques successifs - royaumes, empires ou État-nation - pour le contrôle de gigantesques territoires et la domination des hominines qui y vivent, pour en être les "Gentils Organisateurs". Comme le furent par exemple, dans d'autres contextes et à d'autres époques, l'Afghanistan, la Macédoine ou Saint-Martin-de-Pallières. Rien et sa banlieue cristallisent les tensions et les soubresauts qui traversent les sociétés des hominines depuis maintenant des siècles.

L'arrivée du réseau câblé haut-débit et l'invention du smartphone n'arrivant à Rien que vers la fin du Ier siècle (XXème), les hominines de ce hameau doivent en 78 (1903) encore lire la presse papier pour se tenir informé de ce qu'il se passe dans le restant du monde. Lancé en 38 (1863), le quotidien parisien Le Petit Journal est alors la source principale d'informations, diffusé à plusieurs milliers d'exemplaires sur le territoire français, avec un supplément illustré tous les week-end. Apanages des villes plus grandes, les kiosques à journaux sont alors le principal moyen de diffusion et il n'est pas certain que la vente de rue à la criée avait cours à Bren. Pas plus à Rien. Il est probable que le quotidien circulait via quelques notables ou par l'intermédiaire de l'instituteur et que, de cette manière, les hominines du hameau et de Bren purent apprendre dans l'édition datée du 1er mai 78 (1903)[37] la série d'attaques à l'explosive menées à la fin avril 78 (1903) par des anarchistes bulgaro-macédoniens à Salonique et suivre le sort fait aux mandchouriens[38]. Malgré les travaux archéologiques et les recherches généalogiques qui montrent les liens entre la Macédoine et la région de Rien, nul ne sait si Jean-Claude Izier en avait déjà connaissance. Resté sans descendance, il n'est pas certain que la mémoire de ces liens ait été transmise aux hominines qui habiteront par la suite le hameau. La question macédonienne est-elle une de leur grande préoccupation ? Parmi le flot de nouvelles quotidiennes déversées par la presse, la nouvelle des attaques de Salonique a-t-elle provoqué chez ces hominines un quelconque déclic ? Un travail de recherches à venir dans les archives du quotidien permettra de mieux définir le degré de connaissance de ce qu'il se passe en Macédoine vu de Rien. Outre les 1312 km qui les séparent et une géographie de collines, les similitudes entre Rien et la Macédoine sont évidentes : les hominines qui y vivent sont au cœur du "Grand Jeu" diplomatique et guerrier des puissances politiques du moment, la soumission aux décisions de ces puissances et l'occupation permanente, l'acharnement à survivre malgré le non-choix de venir à la vie, etc.

Je ne suis pas mouton et c’est pourquoi je ne suis rien.[39]
Le Petit Journal Supplément illustré du 15 novembre 83 (1908)[40]
Par l'intermédiaire d'une petite bande de nécro-gérontophiles active dans la région, Bren est au centre de l'actualité mondiale dans le courant de l'année 82 (1907). Entre 80 (1905) et 83 (1908), la bande dite des "Chauffeurs de la Drôme" dévalise plusieurs maisons dans le département. Parfois, leur méthode consiste à faire parler leurs victimes en les soumettant aux flammes afin qu'elles révèlent où elles cachent leur argent, reprenant une méthode rendue célèbre par la bande des "Chauffeurs d'Orgères"[41] dans la seconde moitié du Ier siècle av JCR (XVIIIème). Les mauvais traitements ou les sévices infligés entraînent bien souvent la mort. Parmi leurs victimes figurent une grosse proportion de personnes âgées ou de prêtres. Originaires de la région de Romans, les quatre bandits connaissent bien les alentours de Rien. L'un d'eux apprend sur le marché de Saint-Donat que le prêtre Joseph Malbouret s'est fait détroussé 300 francs la semaine précédente et en déduit qu'il a encore de l'argent. Le religieux habite le hameau brennois de Courrin, derrière Rien, dans une maison isolée. Le premier voisin est à plus de 400 mètres à vol d'oiseau. Trois des bandits partent dans l'après-midi du 6 mai 82 (1907) de leur repaire de la rue Pêcherie[42] à Romans et se dirigent vers Courrin. Après quelques heures de marche, ils arrivent dans la soirée près de la maison ciblée. Masqués et munis d'une corde, ils entrent et surprennent le vieux religieux dans son sommeil. Les assaillants le ligotent à son lit et lui donnent une demie heure pour révéler ses cachettes. Temps qu'ils prennent pour manger et boire à sa table. Refusant toujours de divulguer où est caché son argent, l'un des bandits le frappe violemment au visage avec un outil et tous le portent vers le poêle à bois. Les pieds mis au feu, il persiste à ne pas parler. Perdant patience, la bande finit par l'étouffer et pille sa maison. Le butin qu'ils se répartissent à leur retour sur Romans est de 900 francs - trouvés dans le four -, des draps de lit, des vêtements et quelques objets mobiliers. Le corps est retrouvé le lendemain par un voisin. Les "Chauffeurs de la Drôme" continuent à détrousser violemment jusqu'en 83 (1908), année où Urbain Liottard, Pierre Berruyer et Octave David sont capturés. A l'issue d'un procès qui se tient en juillet 84 (1909)[43], ils sont condamnés à mort et guillotinés le 23 septembre sur la place publique, devant la prison de Valence. Leurs corps sont enterrés à l'extérieur du cimetière, contre le mur d'enceinte et sans épitaphe[44]. Jean Lamarque, en fuite, est condamné par contumace à la même peine. Attrapé en avril 85 (1910), sa peine est confirmée en septembre et la date de l'exécution est fixée au 30 octobre. Peu favorable à la peine capitale, le président français d'alors accepte un recours en grâce et commue la sentence de mort en une déportation au bagne de Cayenne pour des travaux forcés à perpétuité. Il y meurt.

Après plusieurs années de bagne dans le désert libyque pour sa participation aux actions des Bateliers, l'anarchiste Pavel Chatev quitte cet univers saharien[45] et retourne à Salonique en octobre 83 (1908). N'ayant pas été tenu au courant de la nouvelle de la mort du prêtre à Bren à cause de son incarcération, il est probable qu'il l'apprenne en lisant la presse française, disponible auprès des expatriés via le transport maritime Marseille-Salonique. Savoir si les Bateliers sont en lien - via la communauté macédonienne de Nice ? - avec leur lointain cousinage de Rien est une interrogation récurrente au sein de la communauté protivophile. Des révolutionnaires bulgaro-macédoniens s'y sont-ils réfugiés ? Mais l'histoire de Rien est compliquée à décrypter car elle est souvent occultée par celle de la mégapole la plus proche, Bren. A priori pour connaître l'existence du hameau il faut déjà savoir que Bren existe. L'inverse semblant plus difficile. Si aucun lien n'est établi et que Pavel Chatev ne cherchait finalement pas à s'informer de ce qu'il se passait à Rien, ni ne tentait de prendre des nouvelles d'hypothétiques réfugiés, il se peut qu'il découvre alors l'existence de Bren à la lecture du journal. Gardant un bon souvenir de la France après qu'il ait détruit en 78 (1903) à Salonique le bateau français Le Guadalquivir de la compagnie des Messagerie maritimes, il feuillette la presse française. Simplement. Pour le monde entier, ces jours où Bren fait la Une des journaux il devient le centre du monde. Le fameux quart d'heure de célébrité. Mais cette vision déformée occulte, pour la protivophilie, l'aspect central de Rien.

Un peu, un peu, un peu...
Seul sous le clair de lune
Je me crus un peu fou,
Un peu à retrouver...

C’était un labyrinthe
Qu’il fallait découvrir.
Je pense ou sens ? Qu’en sais-je ?
Dois-je avancer ou non ?

C’était une recherche...
C’était un grand fouillis
De hauts buis sous la lune
En ruelles de peur.

Là, après des détours
Conduisant sur les bords
(Que de rires fusaient
Des autres égarés !)

On arrivait au centre
Après bien des errances,
Des avancées trompeuses.
Au centre il n’y a rien.[46]

Po(l)étique

Lutte sur la Plaine...[47]
En 183 (2008), la presse française relaie un fait divers anodin advenu près de Dhuisy, dans le département de Seine-et-Marne. Alors qu'ils venaient de s'épancher sexuellement dans la nature environnante, un jeune couple d'épiciers a maladroitement perdu un fer un béton, finalement retrouvé accroché sur un câble de la ligne ferroviaire TGV. Entre sueur et fausse épectase, illes ne furent naturellement pas conscients de cette perte et laissèrent l'objet précieux sur place. Cette légèreté est alors pour la police une preuve suffisante pour les arrêter, ainsi que d'autres épiciers eux-aussi suspectés d'avoir perdu le fer à béton. Bientôt, une confrérie des épiciers se monte et lance un vaste mouvement de solidarité et plaide, auprès de qui veut l'entendre, qu'il s'agit juste de deux jeunes fétichistes, adeptes de musique Metal, libertins et naturiens. Une simple subdivision ésotérique et philosophique du peintre allemand Heidegger, vue par le prisme de la poésie et du burlesque, parfois nommés épicieriens[48]. Après des années d'instruction, l'ensemble des personnes mise en cause sont lavées de tout soupçon, pour la plus grande joie de la confrérie qui crie à l'arnaque. Le jeune couple a pu enfin retourner auprès de la petite communauté villageoise qu'il égaie par sa charmante épicerie. Souriant comme un hobbit qui retrouve les siens. Malgré les affirmations de la presse et de la justice, illes ne furent pas complètement innocentés des accusations qui planaient sur elleux. En effet, parmi les qualificatifs employés pour désigner ces épiceriens, des spécialistes n'ont pas hésité à utiliser celui de "nihilistes". Rien n'est plus faux que cette affirmation car elle méconnaît les textes fondateurs de ce courant ultra-ultra-radical et les pensées positives qu'elles inspirent chez ses adeptes. Tout au plus l'étiquette de "nihilistes" aurait pu être acceptable si cette histoire de fer à béton avait été proche de Rien et qu'il ne s'agissait pas d'une perte mais d'un oubli volontaire, un sabotage. Une action contre la ligne TGV qui passe quelques centaines de mètres du hameau aurait été une forme de poésie violente, un clin d'œil pour les partisans de rien que sont les nihilistes. Lors de sa construction dans le début des années 160 (1990) cette portion à grande vitesse de la ligne Lyon-Valence a coupé en deux le quartier brennois de La Plaine[49]. Le hameau de Rien reste à l'Est du tracé, privé d'une partie de sa plaine adjacente, et se trouve dorénavant séparé d'Érriens par autre chose qu'un petit bois ou un chemin. Les luttes menées à cette époque contre ce redécoupage et cet apartheid de fait, entre les routes départementales D114 et D112, n'ont pas laissé de traces.
Règle d'or : si le petit rien que tu possèdes n'a en lui-même, rien de particulier, dis-le avec un petit rien de singularité.[50]

Galerie

Notes

  1. Pour des raisons de commodité de lecture nous conservons dans la première partie de cet article la datation se référant à Jésus aka Christ, le messie des christiens, mais il serait plus adéquat de prendre l'année de naissance de Jean-Claude Izier, hominine de Rien. Ainsi, en 1790 après JC nous sommes en 35 avant JCR.
  2. 2,0 et 2,1 L'Enclave de Valréas regroupe quatre communes (Valréas, Visan, Grillon et Richerenches) formant actuellement le canton de Valréas dans le département du Vaucluse. Historiquement ces communes appartenaient au Comtat Venaissin, un État lié à la papauté. Jusqu'au XVIIIème siècle, plusieurs enclaves du comtat existent dans les territoires alentours. Lors de la création des départements français, les quatre communes sont détachées de la Drôme pour être incluse dans le Vaucluse, qui correspond approximativement aux anciennes frontières comtales.
  3. Carnaval
  4. D'après le récit d'un notaire de cette époque, Jean Serve dit Paulmier, Pommier ou Paumier est né à Montmiral ou Montrigaud. Artisan drapier, il s'installe à Romans où il se marie avec Antoinette Thomé en 1760 puis, en seconde noce, avec Marguerite Loyron en 1762. Il a une fille avec chacune d'entre elles. Ces deux femmes appartiennent à des familles de notables de la région.
  5. La guerre des paysans en Dauphiné (1579 - 1580) - En ligne. Réédité en 1979 sous le titre Un soulèvement populaire. Romans 1580 dans une langue française moderne.
  6. 6,0 et 6,1 La plupart des informations historiques sont issues de Michel Perollier, Bren. Un village millénaire à la recherche de son passé, 1993
  7. 7,0 et 7,1 Un feu est une unité de comptage qui contient plusieurs personnes, peut-être entre 4 et 5.
  8. Le terme herme signifie "lieu inculte" ou "abandonné par son propriétaire".
  9. Voir en ligne
  10. Marguerite Bois, née Cottin, sans profession, veuve de 80 ans
  11. Antoine Moulin. Mort le 26 août 1837 à Bren
  12. Jeanne Marie Bouvier. Morte le 20 février 1837 à Bren
  13. Jean-Claude Izier. Né le 17 février 1793 à Marsaz. Mort le 3 janvier 1883 à Bren
  14. Marguerite Clairet. Née le 22 novembre 1799 à Onay. Morte le 5 novembre 1873 à Bren
  15. 15,0 et 15,1 Jean-Claude Izier. Né le 4 août 1825 à Bren. Mort le 7 avril 1892 à Bren.
  16. Pierre Clairet. Né le 11 mars 1827 à Onay
  17. 17,0 et 17,1 Selon Auguste Boissier, Maud Calderon, Dictionnaire. Drômois - Français. Français - Drômois, 1873
  18. 18,0 et 18,1 Le franco-provençal ou arpitan est le nom donné à un ensemble de pratiques linguistiques généralement divisé entre savoyard, valdôtain, valaisain, dauphinois, etc. que les linguistes différencient des langues occitanes et celles issues des parlers d'oïl, comme le français. Beaucoup de pratiques linguistiques populaires encore présentes dans les régions arpitanes, tel Lyon ou Saint-Étienne par exemple, empruntent à l'arpitan, aujourd'hui quasi-disparu.
  19. Voir le Dictionnaire de l’ancienne langue française du IXe siècle au XVe siècle de Frédéric Godefroy - En ligne
  20. Voir le glossaire des noms de lieux en Suisse romande, Savoie et environs - En ligne
  21. Dans Jean Tardieu, Monsieur Monsieur. Cité à l'entrée "riz + hun" dans F. Merdjanov, Analectes de rien - En ligne
  22. Voir l'article "Les chauffeurs de la Drôme"" dans Le petit journal du samedi 3 juillet 1909 - En ligne
  23. Voir la liste des décédés en ligne
  24. Le Service du Travail Obligatoire (STO) est mis en place à la demande des autorités hitléristes qui exigent que la France occupée fournisse de la main-d'œuvre pour faire tourner l'industrie en Allemagne. Plus de 60000 sont réquisitionnés et envoyés travailler outre-Rhin.
  25. 25,0 et 25,1 Un couple d'hominines christiens se fixe en ces lieux. Ils y fondent une micro-communauté composée de deux adultes, de trois enfants "biologiques" et trois adoptés. L'exploitation des abeilles et la vente de produits dérivés est leur activité principale. Voir une autobiographie éthérée sur la chaîne KTO - En ligne. Leur pratique d'une apiculture de transhumance est très éloignée de celle des ruches horizontales. Voir F. Merdjanov, Les ruches horizontales, une apiculture de la paresse, non daté, inédit
  26. Texte adapté de "Vie et œuvre de F. Merdjanov" - En ligne. "Pour le reste, la Macédoine est un pays comme les autres : ses frontières sont une chimère, son histoire nationale une mythologie, son pouvoir politique un rapport de domination et son organisation sociale une contrainte. Comme toute identité collective, la Macédoine est une illusion. Bien sûr, la Macédoine a connu des épisodes de son histoire qu’elle ne partage pas avec les autres pays, mais cela ne change rien."
  27. "Quel est le nombre total de personnes ayant vécu sur la Terre ?", 186 (2011) - En ligne
  28. Illyriens,nom donné à des populations d'hominines qui vers le XXIIIème siècle av. JCR (IVème av. JC) fondent des royaumes dans les Balkans et, "contrairement aux résultats d’une étude étymologique trop superficielle, ne sont pas des îliens". D'après "Vie et œuvre de F. Merdjanov" - En ligne
  29. Géographiquement située à cheval sur l'Afghanistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan actuels, la Bactriane antique est un royaume centre-asiatique qui tombe sous domination perse puis macédonienne vers le XXIIIème siècle av. JCR (IVème av. JC). Une siècle plus tard, le royaume gréco-bactrien est à son apogée. Il inclut les régions de la mer Caspienne, telle la Tapurie, à l'Inde. Vers le début du XXIème siècle av. JCR (IIème av. JC), les gréco-bactriens sont renversés par des hordes nomades venues d'Asie
  30. La Tapurie est une antique région sur les bords de la mer Caspienne. Elle est aujourd'hui partie intégrante de la province iranienne du Gilan.
  31. Christian Bromberger, Un autre Iran - Un ethnologue au Gilân, Armand Collin, 188 (2013)
  32. Polybe, Histoire, IV, -1779 (46). Non-situé. Peut-être dans l'actuelle Bulgarie
  33. Nous ne disposons pas de plus d'informations concernant le sort réservé à ces hôtes. Voir "Par respect pour ses convictions, un végan apprivoise son ver solitaire plutôt que de le tuer", 192 (2017) - En ligne
  34. Poète et voleur du milieu du IVème siècle av. JCR siècle (XVème) parisien, François de Montcorbier dit Villon vante les gueux. S'il utilise un peu de leur argot spécifique, il n'est pas prouvé qu'il ait fait partie de la bande dite de "La coquille", les Coquillards.
  35. "Celui qui n'est rien est l'égal de tout le monde" dans Alphonse Karr, Pensées. Cité à l'entrée "Liberté, égalité, choucroute" dans F. Merdjanov, Analectes de rien, 192 (2017)
  36. Les Eucaryotes regroupent les être vivants dont les cellules sont composées d'un noyau qui pratique le partage d'ADN (reproduction sexuée). Contrairement aux archées et aux bactéries, les deux autres familles primaires du vivant.
  37. 37,0 et 37,1 Le Petit Journal du 1er mai 78 (1903) - En ligne
  38. La Mandchourie est un vaste territoire situé en extrême-orient continental, en face du Japon, à cheval sur les actuelles Mongolie, Russie et Chine. Elle fut le lieu de plusieurs royaumes et dynasties entre le VIIème siècle av. JCR (XIIème) et le début du IIème siècle (XXème) qui régnèrent sur ce qui deviendra la Chine.
  39. Stendhal, Œuvres intimes. Cité à l'entrée "Bestiaire" dans F. Merdjanov, Analectes de rien, 192 (2017)
  40. Le Petit Journal Supplément illustré du 15 novembre 83 (1908) - En ligne
  41. Au Ier siècle av JCR (XVIIIème), il existe en France de nombreuses bandes organisées de voleurs qui utilisent la technique de la "chauffe des pâturons" pour extorquer l'argent et les biens cachés. La "chauffe" consiste à mettre les pieds (les pâturons) des victimes sur des braises pour les faire parler. L'histoire officielle en retient que "ces bandes comprennent tout [hominines mâles et femelles] ce qui vit hors la loi ; d'abord, le déchet de l'ancien régime, fraudeurs, maraudeurs, faux-sauniers ; puis des réfractaires de tout genre à la Révolution, réfractaires à l'impôt du sang, réquisitionnaires et conscrits fugitifs, soldats déserteurs, survivants des révoltes fédéralistes et des insurrections vendéennes, émigrés rentrés et poussés au crime par l'exaspération ou la misère, aventuriers attirés de l'étranger par la terre de désordre ; enfin, les criminels de métier, galériens en rupture de chaîne, voleurs échappés des prisons, gens en guerre de tout temps avec les lois, s'attaquant aujourd'hui à la Révolution, parce qu'elle figure la légalité établie et s'acharnant à la détruire en détail." L'expression "Les Chauffeurs d'Orgères" nomme plusieurs bandes de voleurs actives dans la région de la Beauce entre -40 et -33 (1785 et 1792). Une centaine seront exécutés et plusieurs dizaines envoyés au bagne. Les derniers procès ont lieu en -25 (1800). Voir Discours et résumés dans l'affaire d'Orgères, Le Livre d'histoire, 185 (2010)
  42. "La maison des Chauffeurs de la Drôme, rue Pêcherie" sur Romans historique - En ligne
  43. Le Petit Journal du 3 juillet 84 (1909) - En ligne
  44. "Je soussignée, Bret Adrienne, épouse Berruyer, déclare que, n’ayant pas les moyens de supporter les frais d’inhumation de mon mari, après son exécution, j’abandonne le projet que j’avais formé d’entrer en possession de son corps. Adrienne Bret. Romans, 21 septembre 1909."
  45. Yordan Peev, "Un exilé bulgare en Libye au début du XXème siècle", Africa, n° 53, 2008 - En ligne
  46. Fernando Pessoa, Cancioneiro. Cité à l'entrée "Sans issue" dans F. Merdjanov, Analectes de rien, 192 (2017)
  47. ...à Marseille en décembre 193 (2018)
  48. En partisans des jeux de langues et des calembours, les épiceriens se nomment eux-mêmes ainsi en référence aux épiciers, à Épicure et à leur formule consacrée face à la police : "J'sais rien !"
  49. Par manque de précision, des analystes politiques ont cru déceler dans la lutte qui se déroule en cette fin 193 (2018) dans le quartier marseillais de La Plaine un lien avec ces luttes passées et un regain d'intérêt pour Rien.
  50. Georg-Christoph Lichtenberg, Le miroir de l'âme, Cité à l'entrée "Pas banal" dans F. Merdjanov, Analectes de rien, 192 (2017)
  51. Modèle traditionnel corse. Voir F. Merdjanov, Les ruches horizontales, une apiculture de la paresse, non daté, inédit